RSS

…PORTRAIT… Henri Touitou Par : Hamid GRINE

19 décembre 2011

Contributions

Dimanche, 13 Novembre 2011 

Chaque nuit avant de fermer l’œil, il revient vers elle. Il parcourt ses rues, ses échoppes, bavarde avec les enfants du quartier, s’assied sur un banc du jardin public pour entendre le doux soupir des seguias et les coassements des crapauds. Et puis il se lève du pas alerte de sa jeunesse et va s’adosser  à un palmier comme on s’appuierait à un ami. Ses yeux souvent mouillés par l’émotion laissent échapper une larme rebelle. Il est à Paris, et il pleure l’absente. Non, Henri Touitou ne pleure pas une femme, ce genre de chagrin s’estompe chassé par un autre amour qui mourra de sa belle mort, assassiné à son tour par la nouveauté d’un énième amour. Henri pleure une ville. Et de cet amour qui pourrait l’en consoler? On ne guérit jamais d’une ville qu’on a perdue. Peut-on guérir d’un asthme si on manque toujours d’air ? Peut-on être heureux ici alors qu’on a laissé ses racines là-bas ? Une ville, ce sont des racines. Et depuis son départ, il y a une cinquantaine d’années, Touitou est déraciné. Sans racines, ni joie profonde. Son bonheur n’est jamais complet, quand sa tristesse l’est totalement. Oui, lecteur, quand il rit, il rit à 70%, quand il pleure c’est à 100%. Mais quelle est donc l’élue de son coeur? Biskra. C’est parce que j’ai écrit Le café de Gide qu’une lectrice me contacte pour me dire qu’il y a un ex-Biskri fou de Biskra, peintre de son état, qui serait heureux de me rencontrer pour me parler de sa ville natale. Elle me précise 
qu’à l’heure actuelle il expose ses œuvres dans un grand hôtel de Montparnasse. Extraordinaire 
coïncidence. Au moment où je 
lisais son e-mail j’étais à Montparnasse, à deux minutes de l’hôtel ! J’en restais bouche bée. Et hop ! Le voilà devant moi entouré de quelques fans. Je me présente, il bondit de joie et oublie tout le monde pour se consacrer à moi. Et il me parle avec, ô divine surprise, son accent trainant propre aux fils de la reine des Zibans. Il évoque ses souvenirs d’enfance, la tendresse de sa défunte mère et la droiture de son père, tous deux Biskris de souche. Les larmes coulent sur ses joues. L’homme est déchiré, le cœur brisé d’avoir perdu le paradis, le Biskra d’hier. Il me cite une à une les familles biskries, celles de son quartier et celle d’ailleurs. Sont-elles toujours là-bas ? Et Hamma est-il vivant et Mahmoud est-il toujours aussi rigolo ? Et le vendeur de “doubara” comment va-t-il ? Est-il toujours le meilleur spécialiste de ce plat ? Et telle séguia coule-t-elle toujours et telle palmeraie ombragée de Hadj Saci produit-elle toujours les plus belles dates de la ville ? Et le jardin public et le parc Landon, comment vont-ils ? Toujours aussi luxuriants et aussi beaux, hein ? Des ombres passent dans ses yeux tristes. Ombres d’hier, du souvenir et de la mémoire. Il aurait tant aimé retourner à Biskra pour s’incliner sur la dépouille de sa tante, décédée il y a quelques années. Même sa peinture lumineuse aux tons fauves est une déclaration d’amour à sa ville natale. Chaque tableau murmure : “Je t’aime Biskra”. Devant ce gros chagrin, je hasardais une question: “Pourquoi ne retournez-vous pas à Biskra pour atténuer votre mal, votre manque ?” Il réfléchit quelques instants et murmura entre deux sanglots : “J’ai peur que mon cœur craque à sa vue…j’ai peur de cette rencontre, de ce rendez-vous que je reporte à chaque fois.” J’ai compris alors que cette absence nourrit son art. Même si son art ne compense pas cette absence. Viendra pourtant le jour des retrouvailles. Henri l’attend avec l’impatience de l’amoureux. En attendant, au lieu d’habiter sa ville, il la laisse l’habiter.  Ainsi, à Paris, dans le froid et le brouillard de l’automne, on peut trouver le soleil éclatant de Biskra. Il a un nom : Henri Touitou. 
H. G.
hagrine@gmail.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...