RSS

Pouvoir-Savoir: opposants ou ennemis par Mohammed GUETARNI*

17 décembre 2011

Contributions


«Écrire, c’est prescrire, conduire, transmettre, soumettre. L’œuvre tire son pouvoir non du Pouvoir mais de la voix de l’Autorité morale.»Régis Debray (Le Scribe) 

Le thème de l’intellectualité revient régulièrement dans les colonnes de la presse nationale en raison de son importance toujours pressante. En dépit de sa ritournelle cyclique, elle n’a pas pris une seule ride. 

Sa lecture reste toujours tout aussi attrayante parce que motivante, intelligente. Rien de plus normal parce qu’il s’agit de l’intérêt, voire de la destinée de tout notre peuple. L’intellectuel algérien est conscient de son rôle et de sa responsabilité morale vis-à-vis de sa nation. 

Son audience est large auprès de ses compatriotes. « Il refuse, comme disait Jean Paul Sartre, d’être le moyen d’un but qui n’est pas sien.» Son influence tient en trois points cardinaux: 

1/. Il exprime, souvent et avec précision, le fond de la pensée de son peuple. 

2/. Sa parole dépasse, parfois, son aire géographique et son ère temporelle pour devenir universelle. 

3/. Il parle au nom de la Vérité scientifique – et non démagogique – en ce que l’organisation de sa société repose, pour l’essentiel, sur la priorité de l’expérimentation. 

Telle devait être la nouvelle méthodologie de gestion. Le Savoir doit être l’élément essentiel de toute innovation politique et croissance économique à même de garantir une promotion sociale. Elle doit envisager d’abord l’univers des moyens avant celui des fins qui sont, quelquefois, justifiées en fonction des intérêts de quelques décideurs. 

A l’instar de toutes les nations en mutation, il y a une effervescence évolutionnaire patente dans la nôtre, particulièrement chez la frange juvénile en tant que promesse de l’avenir qui s’est traduite par les Révolutions dans le «cadre du printemps arabe.» Les générations diffèrent, les envies et les appétits aussi.       La génération de l’Internet, du numérique, du téléphone mobile, du scanner… n’est plus la même que celle des amulettes que portaient nos aînés sous leurs vêtements pour se prémunir contre les « mauvais esprits ». La première mutation est d’abord d’ordre intellectuel avant d’être culturel afin de battre en brèche toute forme d’obscurantisme politique et/ou religieux qui conduit en droite ligne vers une autocratie ou un fondamentalisme souvent paranoïaque et, parfois, sanguinaires. Il faut, donc, mettre à profit l’avantage de la Science et son corollaire la Raison cartésienne pour une meilleure organisation sociale. 

Une société peut s’affecter d’arthrose chronique si que le Pouvoir en place renie son intelligentsia, marginalise ses intellectuels, refuse de reconnaître les compétences. 

Un tel comportement favorise, dès lors, les frictions dans les rapports entre les membres qui la composent. De ce fait, toutes décisions prises en haut de la sphère de l’État restent inopérantes parce qu’elles n’ont aucun impact sur l’adhésion populaire. Selon Proudhon, « Le droit sacré à gouverner appartient plutôt à la société qui […] est censée s’auto-organiser. » 

 Le rôle de l’État devient, donc, régulateur. Il organise la vie de la société. Or, les systèmes diffèrent. Un système démocratique respecte l’entité humaine, protège les biens du citoyen et son intégrité physique et morale. Par contre, les systèmes totalitaires développent plutôt « le mécanisme de la tyrannie » (A. Bullock), conditionne la société au moyen de différentes techniques des répressions (physique, morale, idéologique…) jusqu’à la robotiser, par la terreur. Telle est le cas dans tous les pays arabes dont les régimes sont outrageusement despotiques. Ce qui est, en soi, un outrage caractérisé à l’encontre des Droits de l’Homme et de leurs compatriotes. 

Cependant, face à la loi lourdement pesante de la bureaucratie, se développe « le système D» afin de louvoyer avec la rigueur imposée par des lois sclérosées et, souvent, scélérates. S’ouvrent, alors, les portes des abus sur toutes leurs aberrations. Ce qui favorise des crises sociales à répétition en tant qu’appel au changement. Le printemps arabe peut être lu sous cet angle. 

Ce schéma d’analyse est, peut-être, réducteur. N’empêche que le Pouvoir, par son autisme, contribue, sciemment ou inconsciemment, à entretenir le blocage de toute une société en ce que nombre de difficultés inhibent la vie sociale qui se manifestent par des maux sociaux récurrents en l’occurrence le despotisme, le népotisme, l’injustice sociale, la corruption, le trafic d’influence, les abus de pouvoir, la répartition inéquitable des richesses nationales… qui empoisonnent le cadre de la vie quotidienne du citoyen. 

Par ailleurs et en dépit de l’embelli financière du pays (plus de 100 dollars le baril de pétrole, quelle manne providentielle!!!), le niveau de vie du citoyen ne cesse de se dégrader et son pouvoir d’achat de s’éroder. Cela se voit à l’œil nu au niveau du professeur (en titre) d’université qui a du mal à se tenir debout, encore moins à joindre ses deux bouts. Les dernières augmentations ne sont que de la poudre aux yeux et un marché de dupes devant la flambée effrénée des prix. Le mensonge et la fuite en avant sont devenus l’ADN de la politique nationale et la méthode de gestion officielle maintenue et protégée pour empêcher tout changement et toute forme d’ouverture sociopolitique. 

Beaucoup d’universitaires, notamment ces derniers temps, n’ont pas manqué de souligner l’effondrement de l’université. Au lieu d’être « le cinquième pouvoir » dans le pays, elle se voit systématiquement éliminée de la course au moyen d’une centralisation étouffante par des « boureaucrates » à desseins inavoués. Elle a même perdu de son prestige intellectuel, son image de marque et plus particulièrement ses Lettres de noblesse d’antan. Elle est sous l’égide d’un système tel qu’il rejette, voire interdit toute forme de concurrence. Son manque d’autonomie fait qu’elle soit en passe d’être « une sous-université » vu le nombre pléthorique d’étudiants, chaque année sans cesse croissant (54% de réussite au bac en 2008 contre 53% en 2007, 54% en 2011) et une carence, chaque année chronique, de professeurs de rang magistral hautement qualifiés qui partent s’installer dans un ailleurs meilleur –(au vu et au su des pouvoirs publics qui semblent n’en avoir cure)- où ils sont, non seulement très bien rémunérés, mais en sus, beaucoup mieux considérés. L’université algérienne est devenue une institution qui garantie plus l’obtention d’un diplôme (en tant que document) que de dispenser une formation idoine. Quand on ne frappe pas très fort au portillon du savoir, l’on ne doit pas s’étonner d’atteindre un pareil niveau de décrépitude politique, social, culturel et …une indigence inqualifiable du niveau de formation. 

Pourtant, l’université est censée former les gestionnaires de demain lorsque les décideurs d‘aujourd’hui ne seront plus de ce monde. Quelle Algérie hériteront-ils à la postérité ? La gestion de l’université – la vraie – refuse toute forme d’ingérence et d’influence de quelle autorité que ce soit. De ce fait, elle est mise en face de ses responsabilités pour assurer un enseignement supérieur ès qualité à la hauteur des espérances de la population estudiantine et garantir une formation performante aux cadres de demain qui devraient être les « meilleurs continuateurs» de leurs «meilleurs devanciers.» Son but principal, à côté de la formation, c’est aussi de cautionner la promotion de la société et son émancipation. 

L’université est l’unique porte du développement. Elle est aussi l’unique arme à même de combattre le roi de tous les maux : « l’obscurantisme » au moyen de la luminescence du Savoir loué par l’Omniscient Lui-même. Le verset « Lis ! Ton Seigneur est le très Noble. Celui qui enseigna par la plume qui enseigna à l’homme ce qu’il ne connaissait pas. »         Dès la première Révélation, l’Omniscient (Gloire à Lui) fait l’éloge de «la plume» en tant qu’instrument de la connaissance humaine. N’a-t-Il pas dit encore : « Nul n’en connaît l’interprétation [du Coran] à part Dieu et ceux qui sont bien enracinés dans la science. » 

Avec un pareil style de gestion rationnel et intelligent, chaque citoyen se voit attribuer une place qui lui convient selon ses aptitudes et ses compétences. De ce fait, toute la société se rattache définitivement au train d’un avenir radieux, à son grand bonheur. Les destins de l’université et la société sont intimement liés pour le meilleur et/ou le pire. Elles sont appelées à vivre en symbiose. Aucune ne peut fonctionner sans l’autre tant elles forment un seul corps social. 

Aujourd’hui, l’université est non seulement sinistrée mais atrophiée, presque sous perfusion en raison de l’hémorragie de ses meilleurs cadres à compétences avérées. Son mode de gestion, plus bureaucratique que scientifique, encore moins relationnel (quel paradoxe!), semble être loin de la réalité. Son manque d’imagination et d’adaptabilité à son environnement sociétal aggrave son « arthropathie.»» Ce qui rend difficile la prescription d’un traitement d’attaque, c’est surtout le refus d’un diagnostic clinique qui peut se résumer en quatre points : 

1/. Le style relationnel université/société. 

2/. Problème de la culture en perte de vitesse dans notre pays. 

3/. Rôle et place de l’intellectuel dans son environnement social immédiat. 

4/. Statut juridique, social et politique de l’élite intellectuelle et les moyens pour la maintenir dans le pays. 

La solution à ces problèmes relève de la seule volonté politique qui semble absente. La communauté universitaire (enseignants/ étudiants), fidèle à ses principes, est prête à porter sa contribution pour éclairer davantage les décideurs à dessein de promouvoir l’évolution, l’épanouissement et le rayonnement de ce que nous avons de meilleur : «notre université.» 

En se pliant aux exigences de l’université en tant que sanctuaire de Savoir, l’État algérien ne fait qu’obéir à l’injonction divine : « Lis » avec toute la charge sémantique que peut porter son acception au sens littéral du terme et dans tous les sens. Faire de la société algérienne une société moderne, évoluée et savante relève-t-il de l’utopie ? Ou… doit-on s’interdire d’envisager un avenir qui ne semble pas encore poindre à notre horizon ? 

Rappelons juste que les politiques ne parviendront jamais à «détourner le fleuve» de l’Histoire de … son «lis.» 

*Maître de Conférences Docteur ès lettres Université de Chlef 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...