RSS

Enjeux et défis de la Défense nationale par El Yazid Dib

26 novembre 2011

Contributions

 

Enjeux et défis de la Défense nationale  par El Yazid Dib dans Contributions spacerLes tirs sont croisés. Les prétendus frères sont devenus les pires ennemis. Les révolutions régionales infestent le climat continental. L’Algérie subit l’invective et le prélude à je ne sais quoi. Le chroniqueur de province ne peut se figer dans un marbre par instinct grégaire et se défend sans commande et sans défendre quiconque.

Jennifer Rubin, journaliste au Washington Post dans un éditorial daté du dimanche 6 novembre et intitulé : «Démonstration de force d’Al-Qaeda au Maghreb» accuse un tant soit peu l’Algérie de se «cantonner dans une posture de blocage systématique de tout règlement de la question du Sahara» arguant que ceci «se témoigne par le rapt de travailleurs humanitaires occidentaux à Tindouf, ainsi que de l’intensification du trafic de drogues et des être humains». Jennifer Rubin trouve d’ailleurs «curieux» que les militants d’AQMI aient pu être en mesure de contourner des check-points mis en place par l’armée algérienne. L’on susurre aussi que les refugiés sahraouis sont «une population séquestrée» que l’Algérie n’ait pu en assurer la protection.

L’Algérie est devenue, depuis l’indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011, le plus vaste pays d’Afrique de par la superficie. Il est le deuxième pays arabe le plus peuplé après l’Égypte. Ce nouveau statut attise bien des convoitises et suscite des appréhensions. L’intérêt géopolitique qui tend de plus en plus à gérer un monde par souci de domination, s’accroit au fur et à mesure que s’accroissent les convoitises stratégiques. Hier n’est pas aujourd’hui. La guerre pure et dure s’est raréfiée au profit d’une autre plus sournoise et fangeuse.

Nonobstant quelques relents militaires encore en cours dans certaines régions, au nom d’une légitimité internationale trop controversée ; la justification est loin d’être une conquête à un espace territoriale. Les batailles des territoires étant révolues. D’autres cependant s’ouvrent au travers d’un droit universel étriqué dont le seul mobile demeure la faculté juridique d’intervention et d’ingérence. La présomption de l’égalité des Etats ou de leur inviolabilité n’est devenue en fait qu’une disposition malléable et flexible selon l’humeur du puissant et la densité de sa persuasion. L’Irak, l’Afghanistan, la Lybie et bientôt la Syrie, le Yémen et l’Iran sont les discours musclés liminaires à tout un plan d’hégémonie planétaire. L’Algérie apparaissant aux yeux du monde de par son héroïque histoire comme un symbole de la lutte pour l’autodétermination des peuples et de la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes, n’est pas indemne de tentatives de déstabilisation.

LE SALUT DE LA NATION

Le pays a adopté le multipartisme et la démocratie, après tant de péripéties sous un régime de parti unique. Mais assez vite le changement démocratique est un peu disséminé et une cacophonie meurtrière ravageait durant presque dix ans le fondement du corps social national. Les forces barbares, criminelles et antidémocratiques voulurent prendre par la force le pouvoir national. Ce qui n’allait pas sans faire occasionner des dégâts considérables tant sur le plan humain que matériel. L’armée, appelée à la rescousse, s’est vue dans la morale constitutionnelle, obligée d’agir par des actions salutaires afin de sauver la nation d’un véritable désastre. Elle ne transcendait pas ses missions originelles dans le domaine politique, car depuis les événements d’octobre 1988, l’institution militaire s’est instinctivement dessaisie de toute immixtion du genre dans la gestion des affaires du pays. Se limitant à la noble prescription de protection du caractère républicain du pays et de la sauvegarde de la souveraineté nationale. Cette force militaire qui au cours du siècle dernier a mis à genoux la puissance coloniale et ses alliées outre-Atlantiques avait pu spontanément et graduellement s’adapter à une situation à laquelle elle ne fut guère préparée non sans un bilan humain assez lourd. Initialement une armée populaire vouée à la libération, elle se transformera, avec doigté et dextérité vers la fin de la guerre de libération nationale en une authentique armée de métier constituée de compétences, de corps d’élite et d’une solide expérience. De ce fait, et lorsque l’Etat s’est trouvé menacé dans ses fondements par les actes subversifs perpétrés par les groupes terroristes, l’ANP a été aux premières lignes de la lutte pour restaurer et maintenir la sécurité, la stabilité du pays et préserver la République et les institutions étatiques. Concomitant à ceci, l’institution militaire a poursuivi dans un élan studieux la mise en œuvre du vaste programme de modernisation dans lequel elle s’est engagée pour répondre aux exigences de la défense nationale et être au diapason des armées modernes. Avant la survenance du crash des tours World Trade Center le 11 septembre 2001, la notion du terrorisme n’avait pas la même définition. Les grandes puissances, l’opinion officielle internationale en faisait un menu fretin, croyant à un brin local de révolte ou de soubresauts fiévreux d’ordre politique interne. Au Washington Post en cette époque en faisait les éloges « aux défenseurs et victimes des droits de l’homme ». A Londres, Paris on leur offrait le gite et le couvert, plus une camera et un micro. L’Algérie ne cessait alors de déployer par preuve et conviction le caractère transnational de ce fléau, ses capacités de nuisance, sa connexion direct avec le trafic de drogue et les stupéfiants et son aptitude à frapper à tout moment et en tout lieu. Ainsi lors d ‘une conférence d’une instance des nations unies tenue à vienne en Autriche, en 1995, l’Algérie en son nom, au nom des états arabes et puis africains s’est vue le veto américain et britannique lui s’opposer en face de l’initiation d’un projet de résolution voulant mettre une liaison franche entre le terrorisme et le trafic des psychotropes. Depuis le monde a changé. Fortement. L’apparition des foyers de tensions de par le monde a contraint la réticence des puissances mondiales à plus de mesures et de compréhension. Ainsi l’Algérie commençait, par le biais de son armée à exporter l’expérience acquise dans la lutte antiterroriste et l’ingénierie militaire à contraindre à la réduction, voire à l’anéantissement du potentiel criminel des groupes lancés dans l’assassinat collectif. Elle joue actuellement dans la gestion de la galaxie garnie d’opacité et de non dits régnant au sahel, un rôle des plus importants et que les grandes puissances, Etats unis en tête, n’ont de cesse à stimuler et courtiser. L’ANP demeure dans ce contexte un pivot incontournable et essentiel dans la démarche professionnelle qu’entreprend l’effort international afin d’éradiquer les nouveaux fléaux naissant d’entre enlèvements, rapts et demandes de rançons. Les effets pervers engendrés par le bouleversement des révolutions arabes et le charivari libyen ont incité à plus d’engagement, de dispositions. Un accroissement maximum de vigilance y est observé.

INTEGRITE DU TERRITOIRE : UNE URGENCE PERMANENTE

L’Algérie, le plus grand pays africain, le plus peuplé partage aussi ses frontières avec sept pays (Libye, Maroc, république sahraouie, Mauritanie, Mali, Niger et Tunisie). Cette amplitude territoriale densifiait davantage le rôle de l’armée algérienne à devoir couvrir securitairement l’ensemble du pays. C’est à juste titre que par-devant la réplique des menaces et l’implantation du terrorisme d’Al-Qaïda sur son aile sud (le Sahel) qu’elle s’est mise dans la permanence d’une attention accrue. Le savoir dans le redéploiement de certaines de ses unités dans le grand Sud et la méthodologie d’usage de moyens de reconnaissance aérienne et électronique devaient permettre l’aisance de traquer des groupes hautement mobiles évoluant sur l’immensité spatiale désertique située en tenaille notamment entre le Mali, le Niger et la Mauritanie. Objectif fondamental la défense du pays contre toute atteinte à son intégrité territoriale.

 Ce qui accroit encore l’appréhension de cette menace, c’est assurément le conflit libyen. Les groupes de rebelles, doté anarchiquement d’armes et de moyens de guerre, par la France, l’Italie et autres entités européennes sont devenus comme une horde sauvage agissant sous un coup de gueule plus qu’ils ne le font sur une stratégie maitrisée militairement. Le brouillard et l’anarchie qui sévit en ce pays constituent non seulement pour l’Algérie mais aussi pour les autres pays limitrophes, un danger permanent et pérenne tant des armes de valeur destructrice sont à l’air libre. Point de place au fait de vouloir faire une forte impression par cette armada. L’Algérie, dans un passé récent, lors de la guerre des sables, eut à connaitre un nuage menaçant. Sans la mobilisation de ses énergies alors naissantes, sans l’engagement inébranlable de son armée à être sur un qui-vive perpétuel, le pays aurait connut quelques démêlés. Ce ne sera pas cette auteure le «Huffington Post» et leurs relais marocains qui agiront par la force sur la force de frappe d’une Algérie maintenant nouvelle et puissante ou sur ses positions face aux situations d’autodétermination des peuples.

La modernisation de l’armée projette une approche didactique de défense moins agressive singularisée par une politique de défense et de sécurité du territoire. L’enjeu qui se greffe à cette approche reste confiné dans le comment rallier le souci de la sécurisation interne, le besoin de s’affirmer en tant que force tranquille et le besoin d’ouverture vers un monde pluridisciplinaire, multipartisan et démocratique ?

LA DEMOCRATIE EN PARTIE PRENANTE

L’armée algérienne ne fait plus de politique. Ceci effaroucherait plus d’un qu’il n’étonnerait plus un autre. Eh oui, ceci est devenu une réalité tangible. N’en déplaise à quiconque. Depuis son retrait des instances exécutives du parti du front de libération nationale et à la lumière des nouvelles dispositions constitutionnelles, elle s’est mise au service de la nation en gardant avec beaucoup d’ardeur les compétences attributives conventionnelles qui sont les siennes : La protection du pays. Même l’amalgame crée par, justement l’exercice de l’acte politique par certains acteurs en mal d’égérie, n’a pu l’engendrer vers les méandres d’une ingérence dans la trame politique nationale. Gardienne, elle surveille d’un sens attentif le développement de la démocratie et fait en sorte qu’elle s’épanouisse. De nombreuses élections ont eu lieu, aucun mot d’ordre ne fut lancé par ses dirigeants, si ce n’était certaines voix voulant l’impliquer. La liberté d’expression élective est reconnue, sous le sceau de la confidentialité à tout élément faisant partie de cette institution. Par définition son effectif supérieur ou subalterne est déclaré légalement apolitique. En aucun cas depuis l’instauration d’un climat politique ouvert aux charmes de la démocratie, l’institution militaire avec tous ses démembrements n’ait eu à faire d’intrusion dans les trajectoires d‘ordre politique qui transcendent le pays, si ce n’est encore certaines voix qui voulaient l’impliquer. Bien au contraire, l’on a vu celle-ci inciter par un silence actif et de non-ingérence les forces nationales politiques à plus de débats et de cadres concertationnels. Il reste cependant qu’il existe des interférences à ne relever qu’au plan de l’acte personnel et non institutionnel.

LE PROFESSIONNALISME AU SERVICE DE LA DEFENSE NATIONALE

La défense totale et entière du pays, reste une déclaration frontale, sans équivoque, soutenue par toutes les composantes militaires et paramilitaires d’une Algérie se voulant libre et souveraine. Composée des commandements des forces terrestres, navales et aériennes, ainsi que d’un état-major responsable de l’emploi et de la préparation des troupes au combat, l’institution s’organise selon un schéma général conforme aux normes des armées contemporaines. Le sommet de la hiérarchie militaire aboutit directement au Chef de l’État, constitutionnellement chef suprême des Forces armées et ministre de la défense nationale. La restructuration organique et la professionnalisation entamée ont fait de l’armée nationale populaire une entité respectée, savamment gérée. Les conflits régionaux ont eu certes des effets pervers sur la quiétude régnant jusqu’à à un temps récent au niveau de nos frontières. Cependant, depuis le prélude de la guerre de Libye en février 2011, conflit dans lequel l’Otan est le principal belligérant, le statut géostratégique de l’Algérie demeure situé dans une notion aléatoire, voire menacé. Le bombardement des dépôts d’armes et de munitions de l’armée libyenne par les forces aériennes et navales de l’Otan et leur pillage par les rebelles dont des membres de l’organisation terroriste AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) a entrainé un accroissement comminatoire et pesant des armes conventionnelles en Libye et au Sahel. C’est toute la hardiesse des services de sécurité générale d’entre police et gendarmerie qui est mise en épreuve. Plusieurs tentatives d’introduction frauduleuse de ces armes furent avortées. Les services spécialisés ont la tête partout. Si avant cette mutation géopolitique régionale vécue par nos voisins, les frontières étaient quelque peu tranquilles, avec la survenance justement de ces derniers événements, elles constituent l’objet d’un souci permanent. Les services y veillent comme on le fait pour le lait sur le feu. Un regard, une présence, une concentration en veille continue. L’Algérie se retrouve sans ambages, menacée de tous les flancs.

UN ŒIL VIGILANT FACE AUX NOUVELLES MENACES

La sécurité extérieure du territoire, tel un rempart infranchissable de par la foi et l’engagement de ses acteurs aurait été l’une des meilleures au monde pour avoir à temps opportun su déjouer le complot et l’aversion guettant le pays. Digne héritière du fameux MALG, la sécurité générale du territoire obéit aux principes constitutionnels de défense du pays, en tant qu’organe réflexif, préventif et informatif ; voire de formation spéciale professionnelle de l’armée, tout en adoptant un agencement structurel qui avait conduit à une adaptation de la doctrine militaire sur la sûreté sectorielle. La menace ainsi n’est pas sans rapport de pouvoir peser sur les infrastructures sensibles dans des domaines tels que la circulation des personnes et des biens, l’énergie, l’industrie, la santé ou la communication. Il y va sans doute de la stabilité globale du pays dans toute son entièreté. De nouvelles menaces de niveau stratégique apparaissent, telle la prolifération des armes nucléaires, bactériologiques, chimiques et balistiques, la grande criminalité organisée, le blanchissement d’argent, le financement des activités terroristes et leur soutien, la liaison connexe avec la drogue et les réseaux mafieux, l’immigration clandestine, les rapts ; sont des créneaux potentiellement sérieux déjà pris en charge. Ainsi tout service dédié à la sécurité nationale s’investit dans l’exercice d’actions tendant à « rechercher et prévenir, sur le territoire de la république, les activités inspirées, engagées ou soutenues par des puissances étrangères et de nature à menacer la sécurité du pays, et plus généralement, pour lutter contre ces activités ». A ce titre, il s’exprime par un service de renseignement de sécurité disposant de pouvoirs de police judiciaire spécialisée. Donc, si tous les pays du monde, de surcroit ceux prétendant porter tout haut l’étendard des droits de l’homme et de la liberté, disposent de tels services, sans pour autant crier à une quelconque entrave aux libertés fondamentales, pourquoi tient-on à denier à l’Algérie l’exercice élémentaire par ses services d’un droit naturel de sauvegarde et de prévention contre toute tentative nuisible étrangère ?

 La paix, son maintien, la cohésion sociale et la sacralisation de l’intégrité territoriale demeurent l’objectif principal d’où se tire toute la puissance managériale de nos différents services de sécurité. La sécurisation de la vie citoyenne passe inévitablement par la présence puissante de services aussi puissants et forts. L’Etat de Droit est là justement par tous ses organes à garantir et stabiliser la situation sécuritaire qui prévaut, nonobstant quelques poches d’insécurité par-ci par-là. Le travail est long, et pérenne. La sécurité comme enjeu et défi n’est-elle pas l’affaire de tous ?

 Que Jennifer de Washington DC et ses lampistes cambrés à nos cotés dans un hypothétique plan d’autonomie contrenature, relisent l’épopée d’un peuple, certes se déchirant, se chamaillant, se vilipendant mais refusant l’extérieur et l’OTAN.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...