RSS

Noir et blanc LES BONNES -Par : Mustapha Mohammedi

8 novembre 2011

Contributions, M. MOHAMMEDI

Algérie profonde Mardi, 08 Novembre 2011 10:00 

             À moins d’avoir un cœur de pierre imperméable à toute compassion, mais moi les bonnes me font toujours de la peine. De par leur précarité, de par le sale boulot qu’elles font et dont personne n’en veut et qui les rend si humbles et si vulnérables.

Elles sont courageuses, ces femmes de ménage et très dignes. Quelques-unes ont été si proches des familles qui les emploient qu’elles en sont devenues des membres à part entière. Dans ces foyers qui ont la chance d’avoir ce genre de perles rares, on ne les appelle pas “khadama”, c’est vulgaire, on leur préfère le nom de “mourabia” (gouvernante). C’est plus poli. Avec leur ancienneté, elles ont fini par élever la plupart des enfants, donné le biberon aux tout derniers, accompagné les maîtresses au bain maure, aux cérémonies de mariage et recueilli même leurs confidences les plus intimes, bref elles sont au courant de leurs moindres secrets. Bien sûr, il y a toujours des brebis galeuses dans le lot, et il ne faut pas croire que toutes sont des saintes, car certaines malheureusement n’ont pas hésité à faire main basse sur les bijoux et les économies de leurs patrons. Dans le secteur public où elles sont assurées et bien payées, rares sont celles qui font leur travail jusqu’au bout. Elles trichent et n’attendent que la moindre occasion pour mettre les voiles et filer en douce. Entre deux coups de serpillière donnés à la hâte, elles trouvent tout de même le moyen de tricoter dans un coin, de préparer des gâteaux ou de griller des poivrons pour l’hiver au vu et au su de l’administration. Tout le monde est complice. Le beylik a bon dos. Et lorsqu’arrive le jour de paie, elles sont les premières à bousculer tout le monde aux guichets de la poste et n’ont pas de mots assez durs pour cracher leur venin sur les responsables qui les ont couvées, protégées et qui ont souvent fermé les yeux.
M. M.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...