RSS

Télévision et démocratie en Algérie par Faycal Sahbi *

3 novembre 2011

Contributions

Le 12 septembre dernier, le gouvernement donnait son feu vert à l’ouverture de l’audiovisuel, mettant fin au monopole de l’Etat sur la télévision et la radio, et par la même occasion a un paradoxe qui aura duré 21 ans.

On ne peut que s’interroger devant ce paradoxe qui était propre à notre exercice de démocratie : serait-il approprié de qualifier un système politique de «démocratique» quand ce dernier détient le monopole de la télévision ? Pourquoi le pouvoir politique en Algérie s’obstinait à garder ce monopole de l’Etat sur «sa télé» ? Avait-on aussi peur que cela que le peuple soit manipulé par le média de la télévision s’il tomberait entre des mains autres que celle du pouvoir politique ? Cette peur est-elle justifiée ? Et n’était-il pas paradoxale qu’on fasse confiance au peuple pour élire ses représentants et institutions politiques, le président en tête, alors que l’on a peur que ce même peuple soit manipulé par la télévision ? C’est justement par répondre à cette dernière question qu’on pourrait tenter d’élucider ce mystère de «démocratie algérienne».

1. Il est utile de noter que l’idée de la démocratie – qui garantie au peuple l’exercice de sa souveraineté- est basée sur deux acceptations qui constituent les piliers de chaque régime démocratique : une démocratie des institutions, qui se caractérise par la liberté du peuple à choisir ses représentants et élire ses institutions. Cela pourrait être désigné comme l’acceptation politique de la démocratie. Ceci d’une part. D’autre part, une deuxième acceptation est aussi valable que la première, c’est ce que nous appellerons : «l’acceptation communicationnelle» de la démocratie, illustrée en premier lieu par la liberté d’expression et de pensée. Cette acceptation est également indispensable à l’exercice de la démocratie. Si le suffrage universel représente parfaitement l’acceptation politique de l’idée de la démocratie, on ne trouvera pas plus illustrant à l’acceptation communicationnelle de la démocratie que le principe de la pluralité médiatique. A commencer par le plus lourd : La télévision. Autrement dit, il n’y guère de démocratie sans communication. Elle en est la condition de fonctionnement.

En Algérie, c’est un peu plus compliqué que cela. S’il est usuel de rappeler, avec chaque occasion électorale, l’importance de l’exercice de la citoyenneté par le vote et le suffrage universel, il n’est pas de même avec les questions d’exercice de démocratie par le biais des médias, la télévision en tête. On ne peut que souligner l’importance de l’expérience algérienne en matière de pluralité médiatique de la presse écrite, comme un acquis, difficilement restituable. Mais au même temps, l’exception que représentait la télévision (et la radio) à cette pluralité médiatique, ne peut être qu’une source d’ambigüité supplémentaire à cette situation, qui alimente les interprétations les plus divergentes, mais dont chacune trouve son fondement dans une scène politico-sociale algérienne des plus intelligibles.

Mais de quoi a-t-on si « peur » au juste ? Une certaine idée de manipulation ? Peut-être. Pourtant ce sont les mêmes individus qui votent, qui écoutent la radio et qui regardent la télévision. Comment d’un côté accepter l’intelligence des citoyens, au point d’en faire la source de la légitimité démocratique à travers le suffrage universel, et de l’autre supposer le public des médias influençable et « idiot » ? C’est ce même individu qui est au fondement des systèmes politiques, avec le suffrage universel, et qui est engagé dans la communication. Il semble qu’il est temps désormais que l’ « on » adopte un discours plus cohérent !

Si le citoyen est en mesure de distinguer les messages politiques et l’origine de la légitimité, il l’est également face aux messages de communication. La communication est ici inséparable du suffrage universel. N’était-elle pas « une ruse » pour éviter que le peuple soit ‘‘manipulé » par une éventuelle télévision indépendante des cercles de décisions de l’Etat et des rouages du système ? N’est-elle pas qu’une autre facette de la manipulation le fait de garder le monopole de l’Etat sur un média aussi important que la télévisons ? Le monopole de l’Etat sur la télévision, ne serait-il pas une sorte de manipulation préventive ? Mais avant tout cela, est-il fondé –du moins sur un plan strictement méthodologique- de prendre pour argent comptant cette idée de la manipulation du public par les médias ?

2. Mais pourquoi de tous les médias en Algérie, a-t-on persisté si longtemps pour que la télévision soit sous le contrôle du pouvoir politique ? Pour répondre à cette question, nous pensons qu’il est aussi intéressant de chercher la réponse sous son angle politique que sous son aspect communicationnel, où une approche communicationnelle des caractéristiques propres à la télévision en tant que média s’impose d’emblée. En effet, outre les qualités d’accessibilité et de démocratisation qu’offre le média qu’est la télévision, ce qui le rend un enjeu aussi grave et important -par rapport à la presse écrite qui peine à se soustraire d’une certaine image de média « lettré » à l’opposée de la télévision « populaire » – il a cette capacité à se destiner à plusieurs sens en même temps. De plus, du fait que la télévision est avant tout une image -du moins dans le sens commun – elle symbolise deux aspects décisifs : la réalité et la vérité.

La réalité est, par définition, le caractère de ce qui a une existence réelle, de ce qui existe comme chose et non seulement comme idée, allusion, ou apparence. La télévision n’est pas tout à fait loin de cette définition. Dans les représentations collectives, par sa qualité d’image, elle n’offre, à priori, que la réalité, elle transmet le réel, cela ne peut être modifié ni manipulé -toujours selon ses représentations- comme pourrait l’être dans le média écrit ou même dans le cinéma et la fiction. Dans la télévision, on peut presque «toucher» le réel. Des phénomènes comme l’identification et l’empathie sont facilités par la nature concrète de l’image télévisuelle. L’écriture n’est, quant à elle, qu’un nième intermédiaire entre l’idée et le sujet, un deuxième signifiant dans cette sphère de signes qui nous entoure. L’image, par contre, représente directement la réalité. Elle ne s’y substitue pas. Elle l’est.

L’écriture, comme média, est d’abord un symbole dans la hiérarchie des signes. C’est-à-dire le type le plus complexe et le plus arbitraire qui nécessite une conventionalité dans les codes et où le transfert du sens se passe assez difficilement et moins directement de ce qui pourrait être dans le cas de l’image. D’autant que cette dernière est animée est sonorisée dans la télévision. L’image, par contre, est une icône, le niveau le plus «abordable» quant aux processus de décodage et le chemin le plus court vers le sens et la vérité. On ne trouve –à priori- aucun intermédiaire qui s’interposerait entre le message iconique de la télévision et son destinataire. C’est pour cette raison qu’il y aurait moins de risques pour que ce message soit manipulé. En effet, le message télévisuel est de tous les messages médiatiques, sur le plan conceptuel, celui qui est le plus proche de la vérité. Il est la vérité, «puisqu’on ne peut pas mentir dans la télévision» dira-t-on. Du moins, dans un niveau strictement conceptuel loin des péripéties du «terrain». Ces visions, archaïques et fondées sur des bases précaires et usées dont le sens commun est la seule référence, pourraient expliquer, en grande partie, pourquoi tenait-on autant à garder la main mise du pouvoir sur la télévision. Tout est une question d’ère de temps et de génération ! Est-ce qu’avec cette ouverture du champ audiovisuel, nous assistons à la fin d’une époque ? Seul l’avenir nous le dira…ou pas. En tout cas, les signes ne trompent pas.

* Département des Sc. De l’information et de la communication, Université d’Oran

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...