RSS

Le retour par El-Guellil

3 novembre 2011

Contributions

Il est parti à la fin d’une journée et au début d’une autre. Une journée qui avait commencé en 54 et qui n’a fini qu’en 65. Pour seuls bagages, il avait pris les traces qu’avaient laissées les balles de l’occupant sur son corps. Il est parti un 5 Juillet 65, après une minute de silence. Sans bruit. Il nous a quittés.

Un homme. Comme ceux qu’on ne trouve plus. Un ancien. Ses valeurs et son honneur aussi nous ont quittés. Précipitamment. Trop rapidement. Arrivé de ses hauts plateaux ensoleillés, il construisit sa vie en France. Dans la tourmente de la précarité, il donna naissance à 6 enfants. Des enfants dits de deuxième génération. Ceux-là mêmes qui le reconduisent aujourd’hui vers la genèse de sa vie. Vers sa terre natale. Vers ses ancêtres, sa mère qu’il adorait de son vivant mais aussi durant toutes ses longues années d’absence. Khali. Ce petit bonhomme frêle. Fier et droit. Honnête et fiable. Vaillant et courageux.

- Un sens de l’honneur exacerbé. Te rendant nerveux et sans concession. C’est cette droiture qui t’a épuisé dans un environnement qui ne te convenait pas. Dans lequel tes repères n’existaient plus. C’est ton cœur qui s’est fatigué. C’est celui-là qui t’a lâché.

Hier matin, recroquevillé dans son lit mortuaire. Raide. Sa moustache blanche taillée correctement. Inodore. Même mort. Propre. Ces hommes d’expérience, en disparaissant, nous lèguent un héritage trop lourd.

- Je me souviens de ces week-ends passés chez toi. Au sein de ta famille. Nous avions notre espace. Autour de ta table. Toujours généreuse. Allongé sur ton lit. Froid. Tes yeux fermés pour toujours. Nous avons mal de toi, cher oncle. Tu resteras dans nos cœurs jusqu’à la fin de nos vies. Nous t’attendions le samedi comme le Père Noël et crions dans la maison «Khali ja !». Tu nous as habillés, tu nous as nourris, tu nous as éduqués. C’est à travers tes histoires du passé que j’ai compris d’où je venais et que j’ai aimé mon pays, l’Algérie. Tes papiers, tu les as déposés et tu es enfin libre.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...