RSS

“LA BATAILLE DE SÉTIF” D’ABDELKADER BENARAB L’histoire au centre de la fiction Par : Faouzi Senoussaoui

1 novembre 2011

Histoire

Culture Mardi, 01 Novembre 2011 10:00 

Après Frantz Fanon, l’Homme de rupture (éditions Alfabarre et éditions Bahaeddine de Constantine), Abdelkader Benarab Abdelkader, quelque jours avant le 1er novembre, nous livre un roman fraîchement paru chez l’Harmattan (octobre 2011),

qui s’intitule la Bataille de Sétif. Il s’agit d’un roman sur fond de guerre de Libération nationale. C’est le récit d’un groupe de combattants ayant pour mission de tuer un certain lieutenant Saïd, fait service de l’armée française. Dahmani, le héros de cette histoire, avec trois de ses compagnons s’introduit furtivement dans la caserne où est affecté ce sinistre personnage. Bien renseigné, il suit le long couloir qui mène jusqu’a Saïd. Il fait irruption dans son bureau et s’apprête à l’abattre. Mais ce dernier n’était pas seul. Le capitaine Michel, son supérieur était en sa compagnie. Pas question de toucher à cet officier français qui n’était pas visé. L’opération se complique, et l’auteur nous entraîne alors dans une fiction au suspense haletant. Abdelkader Benarab nous emmène à la découverte de toute la région de Bougaâ, le petit village colonial d’Aïn Margoum, accroché au flanc des Béni Ourtilène,  pour atteindre par mille sentiers escarpés et raboteux, les sommets des hauteurs avoisinantes. La description de ces lieux magiques excite la curiosité du lecteur à revisiter ces hauts lieux historiques qui forment un maquis dense autour d’une nature luxuriante et impénétrable. Le récit nous dévoile d’autres actions comme l’attaque de la brigade de gendarmerie de Sétif. Le capitaine Michel, captif des maquisards, finit par épouser la cause algérienne. Nous retrouvons une belle description de Sétif de 1954 avec ses anciennes rues larges qui s’étirent sous la lumière nonchalante du mois de Novembre. Le lecteur sur les traces des personnages suit cette bataille de rue au gré des péripéties d’un combat acharné. Par ailleurs, Abdelkader Benarab est né à Sétif. Universitaire et diplômé de la Sorbonne, il est membre de Presse internationale francophone. Connu en tant que chercheur pour ses publications sur la culture et la littérature du Maghreb et de l’Afrique, il a collaboré à la publication de l’ouvrage Maghrébins de France(éditions Privat) qui a reçu le prix de la sélection Amitié franco-arabe. Son ouvrage qui traite de Frantz Fanon, a été traduit en arabe, en anglais et en espagnol.
Faouzi SENOUSSAOUI

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...