RSS

La fille des Aurès 61eme partie Par : Yasmine HANANE

31 octobre 2011

1.Extraits

La nouvelle de Yasmina Hanane Lundi, 31 Octobre 2011

Résumé : à la rédaction, Nawel découvre un monde qu’elle ne connaissait pas encore. Un monde où chaque minute était comptée. C’était l’heure du bouclage, et le service technique est pris d’assaut par une meute de journalistes et de reporters qui remettaient les derniers papiers de la journée.


HOURIA
On était au milieu de l’après-midi. La ville affichait un air de gaieté, et une foule dense encombrait les trottoirs. On dirait que tout le monde s’était donné le mot pour sortir en cette journée printanière. Nawel avait les bras chargés, et Hakima, qui s’était contentée de s’acheter une tenue de sortie, tenait son sachet au bout du bras, tout en gardant cet air absent que Nawel ne lui connaissait que trop.
- Veux-tu qu’on aille prendre une glace ou un café quelque part Hakima ?
Hakima hausse les épaules :
- Si tu veux… Je suis fatiguée d’avoir trop marché, et puis regarde un peu tous ces gens qui se bousculent. Tout le monde semble pressé, et pourtant personne ne l’est réellement.
- Qu’en sais-tu ? à chacun ses préoccupations. Et puis à la rédaction non plus, ce n’est pas le grand calme… Tu devrais donc être habituée à cette vie infernale et quotidienne…
Hakima tendit son index pour indiquer une terrasse de café :
- Allons nous installer là… C’est un beau coin. Le lieu surplombe un beau jardin… Nous aurons une belle vue et la paix pour un moment.
Nawel acquiesce et, sans plus hésiter, les deux jeunes filles s’installèrent à une table et passèrent commande. Elles discutaient tranquillement entre elles et ne se rendirent pas compte qu’une femme à l’allure négligée et misérable les regardait. Elle les suivait depuis un moment déjà et avait hésité à entrer au salon de thé et à s’installer sur la terrasse. Mais maintenant qu’elle s’était rapprochée des deux jeunes filles, elle ne savait plus si elle devait les aborder ou retourner sur ses pas.
Hakima parlait de sa mission à Cannes et élaborait déjà un programme varié pour se lancer dans cette aventure dont rêvaient la plupart de ses collègues.
Nawel l’écoutait en souriant. Elle était heureuse pour elle. Au moins, Hakima réussissait dans son travail. Elle était douée, et son sérieux lui était reconnu. La preuve, c’est elle qu’on avait choisie pour un événement d’une telle envergure.
Elle relève la tête et remarque la présence de la femme non loin d’elles. La femme croise son regard et baisse les yeux, mais demeure loin et silencieuse. Un serveur la rabroue et elle tente de se défendre. Hakima remarque le manège et se lève d’un bond. Elle s’approche du serveur et le sermonne :
- Vous n’avez pas honte de vous en prendre comme ça à une femme sans défense ?
- Excusez-moi mademoiselle. Mais cette femme n’est qu’une mendiante… Elle vient de temps à autre par ici tendre la main, et cela dérange nos clients et porte atteinte à la notoriété de notre établissement.
Hakima s’approche de la femme et lui prend le bras :
- Viens avec moi… Tu dois avoir faim, n’est-ce pas ?
La femme ne répondit pas et garde les yeux baissés. Hakima la secoue :
- Tu es muette ou quoi ? Viens prendre place à notre table et je te promets que personne ne viendra t’importuner.
- Hakima…
La jeune fille eut froid dans le dos. Cette voix ne lui était pas inconnue.
- Hakima… Je ne sais pas si tu m’as reconnue…
La jeune fille est perplexe. Nawel s’approche d’elle et demande :
- Que se passe-t-il donc ?
Hakima contemple la femme un moment sans dire un mot. Son regard se mouille et elle sentit les larmes mouiller ses joues.
Nawel s’écrie :
- Mais tu pleures… ! Que s’est-il passé ?
Elle regarde la femme et poursuit :
- Que lui as-tu dis ? Tu connais Hakima ?
Hakima renifle et lève une main :
- S’il te plaît Nawel. Cette femme était avec moi à l’orphelinat. Elle s’appelle Houria !
Nawel qui commençait à comprendre les entraîne toutes les deux vers la table :
- Vous attirez les regards sur vous deux au milieu de la terrasse. Installez-vous donc. Nous avons tout le temps pour discuter discrètement.
Hakima tire une chaise et sans quitter du regard Houria, elle l’invite à s’asseoir. Elle reprend sa place, sans trop d’enthousiasme cette fois-ci.
- Alors Houria, que t’arrive-t-il donc ? Comment es-tu arrivée au stade de la mendicité ?
Pour toute réponse, Houria se met à pleurer à chaudes larmes. Hakima la détaille un moment. Houria semblait avoir le double de son âge. Une dentition cassée et gâtée, un visage buriné et ridé à souhait, des touffes de cheveux mal coiffés dépassaient d’un foulard sale et déchiré, sa gandoura était trop large et tachée d’huile. Houria n’avait plus que la peau sur les os, et semblait affamée et malade.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...