RSS

“CHRONIQUES ALGÉROISES. LA CASBAH” DE NOURREDDINE LOUHAL Au nom de la mémoire Par : Hana Menasria

26 octobre 2011

1.LECTURE

Un nouvel ouvrage vient de paraître sur les vestiges de la vieille ville de la Casbah, sur son histoire et son architecture. Nourreddine Louhal évoque dans Chroniques algéroises. La Casbah les souvenirs qui hantent chaque personne ayant vécu dans ses “z’niqa” (ruelles).

Ce beau livre de 152 pages se compose de plusieurs illustrations de la citadelle, accompagnées de textes où l’auteur raconte l’histoire de ces lieux mythiques. Ses quartiers, son ambiance et ses senteurs aux parfums du jasmin qui replongent le lecteur dans l’ancienne citadelle en faisant revivre le passé d’autrefois, et les temps d’insouciance. Ce recueil est constitué de dix chapitres, qui portent notamment sur les Édifices de souveraineté nationale, les Saints d’Alger, les Lieux de savoir et de culte, les Fontaines d’Alger, Alger avait aussi ses loisirs, ou encore La Casbah, ses hommes et ses curiosités. Dans chaque partie, l’auteur revient sur la particularité des “houma” (quartier), des maisons anciennes qui ornent les hauteurs d’Alger, l’histoire de sa construction, se référant à pleins de documents et des archives, qui font redécouvrir l’une des merveilles d’Alger. Dans le premier chapitre, il revient sur l’historique de Dar n’has (la Maison du cuivre), située à Bir Z’naq (le Puits des rues). Dans l’ouvrage, l’auteur revient également sur Dar El-Baroud de la citadelle d’Alger, qui se situe dans le corridor créé par “l’autorité coloniale en 1842.” Nourreddine Louhal ne s’est pas contenté des illustrations et des textes d’histoire, il a également enrichit son recueil avec des coupures de presse et des citations datant du début du XIXe et XXe siècle. Concernant le chapitre sur les saints, il met en relief le mausolée de Sidi Abderrahmane, le saint patron d’Alger. Minutieux dans ses recherches, l’auteur passe les pratiques des “ziarates” et les rituels africains au peigne fin. Les gens de la Casbah appréciaient les belles choses, et ils étaient des ardus du septième art. On retrouve cette phase de la vie algéroise dans le chapitre Alger avait aussi ses loisirs. Les projections avaient lieu, dans des ambiances feutrées et de détente, où les clients ressortaient satisfait par l’organisation et de la chaleur des employés. Ce recueil sur la Casbah est une initiative qui permet à l’auteur de faire voyager les mélancoliques et de faire découvrir une citadelle, d’une grande richesse, notamment sur le plan culturel.
Hana Menasria
l Chroniques algéroises. La Casbah de Nourreddine Louhal, 152 pages, éditions Anep.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...