RSS

58.La fille des Aurès 58eme partie Par : Yasmine HANANE

26 octobre 2011

1.Extraits

 58.La fille des Aurès 58eme partie  Par : Yasmine HANANE dans 1.Extraits 21_200_150Résumé : Nawel se réveille avec une drôle de sensation. Elle repense aux événements de la veille et à Hakima. Elle repense aussi à Ammir et se sentit heureuse. Elle se dit qu’elle devrait s’occuper un peu plus de sa petite personne. Une nouvelle coupe de cheveux et de nouvelles tenues ne seront pas de trop… Enfin, elle put s’entretenir avec Hakima sur ce sujet.


Nawel fait un geste impatient :   C’était pour lui en mettre plein la vue… Tu reconnais que je suis nulle en culture universelle, mais pour compenser mon manque, je lui ai  parlé de toi, en précisant que tu étais une journaliste douée pour tout ce qui touche à la culture universelle.
Hakima sourit :
- Et bien sûr, il ne pouvait pas t’inviter sans un chaperon pour une telle soirée.
- Tu consens donc à m’accompagner Hakima.
- Bien sûr. Je ne vais pas rater l’occasion de découvrir davantage la culture millénaire d’un pays tel que l’Inde… C’est tellement profond, tellement varié qu’on s’y perd.
Nawel bondit sur ses pieds et l’embrasse sur la joue :
- C’est dans deux jours… Nous aurons l’occasion de rencontrer la famille d’Ammir aussi… Il veut me présenter à sa mère et à sa sœur. J’ai eu à les rencontrer déjà aux urgences de l’hôpital…
Hakima fronce les sourcils :
- Tu es en train de t’emmêler Nawel. Vas-y doucement. Je n’arrive pas à te suivre.
Nawel se rassoit :
- Je suis tellement confuse… Voilà,
elle se lance dans son récit plus explicitement cette fois-ci. Hakima se reverse du café et l’écoute jusqu’au bout sans l’interrompre. À la fin de son récit, Nawel lui demande :
- Qu’en penses-tu ?
Hakima sourit :
- C’est dans la chaleur de ton cœur que mon souffle cherche refuge… Dois-je me détruire pour pouvoir t’aimer  ?
- Hein ? Mais que dis-tu là, je ne te suis pas.
Hakima sourit :
- C’est la réplique d’Aamir Khan dans le film Fanaa…
- Fanaa ? Aamir qui… ?
- Aamir Khan… Une grande star de Bollywood. Le film Fanaa a eu un succès fou à sa sortie en 2006. Je l’ai revisionné dernièrement afin de relever quelques notes pour une éventuelle étude cinématographique, un vrai régal.
- Tu disais : “Dans le souffle de ton cœur… ”
- Non, “c’est dans la chaleur de ton cœur que mon souffle cherche refuge… Dois-je me détruire pour pouvoir t’aimer ?”
- C’est sublime ! Mais je ne vois pas la relation avec ma rencontre…
- Ah, ah !… Moi non plus ma puce… Mais je peux t’assurer que ta relation avec cet homme  ne s’arrêtera pas au stade de l’amitié.
- Tu es folle Hakima. Ce jeune diplomate voulait juste me remercier d’avoir traité sa mère.
- Hum… Je vois…
- Tu regardes trop de films hindous… Tu es trop loin de la réalité Hakima.
- Ah, Ah, Ah… Plus réaliste que moi, ça n’existe pas, je ne suis ni romantique ni amoureuse.
Elle s’interrompt tout d’un coup et repense à Faouzi :
- Cela vaut mieux d’ailleurs pour moi, poursuit-elle.
Nawel lui pince la joue :
- Tu repenses encore à Faouzi… Je vois qu’il ne t’est pas indifférent.
Hakima soupire :
- Je n’aimerais pas trop me leurrer… Cet homme a une famille. Il doit épouser aussi une fille de famille… Je n’ai rien à lui offrir moi… Rien… Que mes malheurs, et un passé sans racines.
Nawel s’écrie :
- Cesse donc d’être aussi sceptique… Tu ne sais pas ce que l’avenir te réserve.
- Oh que si ! J’en connais déjà un bon bout… Ce que je vis, n’est que le reflet de ce qui m’attend.
Nawel bondit sur ses pieds :
- Tu veux que je te dise… ? Pourquoi ne m’accompagnes-tu pas tu pas pour faire du shopping, et te coiffer. Cela t’évitera d’affronter Faouzi aujourd’hui et te permettra de te changer les idées.
Hakima se met à réfléchir avant de répondre :
- C’est une bonne idée, mais je dois quand même me rendre au journal. J’ai un travail à remettre à Hamid… Et puis je dois aussi le mettre au courant de mon intention de quitter mon job prochainement.
Nawel lui jette un regard plein de reproches :
- Pourquoi anticipes-tu les choses ?  Attends au moins la réponse de Faouzi. Ne  serait-il pas  lâche de ta part de lui tourner le dos de cette manière ?
- Je n’ai pas d’alternative.
- Oh que si ! Tu peux au moins en parler à Hamid…
Hakima hoche la tête :
- Tu as raison… Je vais lui en parler au plus tôt.
Elle sourit :
- Allons-nous préparer… Pour une fois, nous allons passer une demi-journée à flâner et à faire les vitrines… Amusant, non ?
Nawel se met à rire :
- Tu retrouves ta bonne humeur, c’est le moins qu’on puisse dire.

http://www.liberte-algerie.com/la-nouvelle-de-yasmina-hanane/la-fille-des-aures-58eme-partie

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...