RSS

Lunettes 90 par Kamel Daoud

24 octobre 2011

Contributions

Des élections libres en Tunisie et pour la première fois ? Oui, mais en Algérie, la tradition veut qu’on attende que cela échoue, finisse mal, dans le sang et la guerre. Quelque part, c’est plus logique selon notre logique.

Parce que nous nous sortons d’un traumatisme violent, nous attendons qu’il se reproduise ailleurs comme une loi de série. La Révolution du Jasmin est d’ailleurs vue par de nombreux Algériens avec envie, mais aussi avec ce pessimisme national très poussé. D’ailleurs, tout est vu à travers le pessimisme national, l’échec national et les habitudes du crash national. Aucune note d’espoir n’est accordée à nos voisins, ou presque, et seulement par les plus enthousiastes. S’ils réussissent, ils vont tomber dans la banalité pour nous, et on s’en détournera pour chercher une autre confirmation de nos fatalismes. S’ils échouent, ils seront proches de nous, ils confirmeront que rien ne peut réussir, que la vie est finie, que la démocratie ne sert à rien et que vaut mieux subir que se battre. S’ils réussissent, c’est par hasard et pas pour longtemps donc.

Les Tunisiens ont réussi la Révolution ? «On verra», répond la voix triste de nos incroyances. «D’ailleurs, ce ne sont pas eux mais un vaste complot mondial, les Français, les sionistes, etc.».

Les Tunisiens gèrent bien la transition ? Non et non. Ils vont échouer. Il faut qu’ils échouent. La logique est celle du désastre, pas de la réussite.

Il y a des élections en Tunisie ? Oui, c’est le FIS qui va gagner. C’est nos 90 avec la superficie en moins et vingt ans en plus. On peut rétorquer qu’ils n’ont pas le FLN, pas de «Services» et une bonne classe moyenne. Rien n’y fait : nombre d’Algériens croient que le monde arabe s’explique par leurs années 90 et que tout le monde doit tomber et perdre comme eux.

Ce pessimisme a aveuglé donc la perception locale de ce qui se passe dans le monde arabe. L’analyse du printemps arabe est filtrée à travers cette ancienne douleur et le Régime l’a bien compris et a joué dessus ces derniers mois. Aucune leçon n’est tirée de cette actualité exceptionnelle. Aucune remise en question des buts et des stratégies. Absolument rien ou presque. Le traumatisme des années 90 semble être si puissant qu’il filtre le reste de la réalité du monde qui nous entoure. Tout est vu sous l’éclairage FIS-Pouvoir-Terrorisme et 200.000 morts pour rien. Que les Tunisiens et les Egyptiens aient réussi à chasser le dictateur, à démanteler les polices politiques, à dissoudre le « parti unique » local, cela n’est pas perçu comme des réussites et comme ce qui fait la différence entre le cas algérien et le reste du monde. Chez nous, après 88, les polices politiques sont restées, le parti unique aussi et le dictateur a été remplacé par cinq apparents et 200 clandestins, avec le FIS comme marionnette et le peuple comme meilleur second rôle. Cela fait une très grande différence entre notre cas et celui des autres «arabes». On n’en a cure cependant : une partie de l’opinion préfère retenir l’échec futur des autres que la singularité locale. Il n’est pas dit que les autres pays qui ont fait la révolution «peuvent» échouer, il est répété qu’ils «doivent échouer».

Et si donc la Tunisie sombre dans l’impasse islamiste, le cas sera salué comme une confirmation d’une règle imaginaire. S’il réussit à s’en sortir, on haussera les épaules et on cherchera un autre cadavre qui puisse confirmer que la vie n’existe pas après la Révolution.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...