RSS

UN ANCIEN COMPAGNON DU SIGNATAIRE DES ACCORDS D’ÉVIAN TÉMOIGNE «Krim n’a pas tué Abane»

17 octobre 2011

Histoire

Par

Abane Ramdane & Krim Belkacem
Abane Ramdane & Krim Belkacem

L’orateur a révélé aussi que les cinq membres du CEE avaient décidé d’emprisonner Abane Ramdane pour une multitude de raisons.

«C’est Krim Belkacem en personne qui m’a dit qu’il n’était pas du tout informé qu’en accompagnant Abane Ramdane au Maroc, ce dernier allait être assassiné», a révélé entre autres Messous Saâda, membre de l’ALN et ancien compagnon de Krim lors d’une conférence-débat animée à Tizi Ouzou. Messous Saâda a ajouté que la première fois qu’il avait abordé le sujet avec Krim, ce dernier n’a pas voulu lui répondre car selon lui, Krim lui avait dit: «Quelle que soit la réponse que je te donnerai, tu ne me croiras pas car je n’ai pas de preuves».


Pourtant, bien plus tard c’est Krim Belkacem lui-même qui a décidé d’en parler avec le conférencier. «La deuxième fois, Krim lui-même a abordé la question. Il m’a dit qu’il n’était pas du tout au courant qu’il était question d’assassiner Abane Ramdane en accompagnant ce dernier au Maroc en compagnie de Mahmoud Chérif», a ajouté le conférencier devant une assistance qui suivait dans un silence sépulcral le témoignage oculaire de Messous. Ce dernier a expliqué qu’en demandant à Abane de partir avec eux au Maroc, ils lui ont fait croire à des discussions avec des responsables de ce pays voisin.
L’orateur a révélé aussi que les cinq membres du CEE avaient décidé d’emprisonner Abane Ramdane pour une multitude de raisons. Parmi ces dernières, il y avait le fait que Abane Ramdane était très en avance sur le plan des idées que la plupart des autres et aussi pour une question d’incompatibilité de caractère qui était arrivée à un point de non-retour. Krim lui avait même montré une copie du procès verbal de la réunion au cours de laquelle la décision d’emprisonner Abane avait été prise. Boussouf avait bien écrit: «Je dis bien emprisonnement.» Une fois arrivés au Maroc, Boussouf les attendait. C’est alors que Abane Ramdane a été pris de force et tué. Ceci toujours d’après le récit de Messous Saâda qui ajoute que Krim Belkacem avait tenté de s’interposer mais on l’arrêta illico presto en lui faisant comprendre ce qu’il encourait comme risques s’il ne laissait pas faire. Messous avait interrogé Krim sur les raisons de son silence une fois rentré en Algérie, Krim Belkacem lui avait répondu que s’il avait parlé, c’est toute la Révolution qui aurait été remise en cause et qu’il ne pouvait pas sacrifier l’intérêt et l’unité de toute la nation pour une région. Messous a enchaîné son témoignage en affirmant que plus tard il a cherché à confirmer les informations données par Krim Belkacem auprès de Mahmoud Chérif, qui était colonel de la wilaya. «Ce dernier m’a confirmé dans toute sa totalité la version livrée par Krim Belkacem.»
Messous Saâda est revenu sur pratiquement tout le parcours de Krim Belkacem qu’il est arrivé à restituer de mémoire et sans consulter à aucun moment un quelconque document. L’intervenant a rappelé que Krim Belkacem est monté au maquis bien avant 1954. C’était en mai 1947 une fois qu’un avis de recherche avait été lancé par la gendarmerie française contre lui. Ce dernier était au maquis avec vingt-deux de ses compagnons, indique Messous, rappelant que Krim prévoyait de lancer la guerre contre la France au début de l’année 1954, mais il avait compris qu’une région à elle seule ne pouvait le faire. Parmi les points essentiels sur lesquels a insisté l’orateur, on peut citer le rôle de Krim Belkacem à unifier la petite et la grande Kabylie dans la même wilaya (Wilaya III) car au départ il était question de rattacher ces deux régions respectivement à la wilaya I et à la zone autonome d’Alger. C’est donc grâce à Krim Belkacem que la wilaya III a pu naître sous la forme qu’on lui connaît. Messous Saâda a rebondi sur plusieurs autres étapes du parcours de Krim Belkacem parsemé de péripéties, et ce pendant et après l’Indépendance. Il a évoqué la création du Front des forces socialistes dont Krim Belkacem était un membre fondateur, le Congrès de Tripoli qui s’était déroulé sans élections, la création du Mdra à l’étranger et enfin l’assassinat de Krim Belkacem le 18 octobre 1970 à Frankfurt, en Allemagne. Le conférencier a indiqué que c’est Houari Boumediène qui a décidé que Krim Belkacem devait mourir. L’intervenant a souligné que Boumediène a déclaré en pleine réunion de l’Etat-major de l’armée: «Je préfère que ce soit sa mère qui pleure plutôt que la mienne.» Messous Saâda a conclu en disant que Krim Belkacem était le seul opposant que Boumediène craignait sérieusement car il savait qu’il pouvait allait jusqu’au bout de ses idées.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/141195-krim-n-a-pas-tue-abane.html?print

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

13 Réponses à “UN ANCIEN COMPAGNON DU SIGNATAIRE DES ACCORDS D’ÉVIAN TÉMOIGNE «Krim n’a pas tué Abane»”

  1. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Abane Ramdane (en Kabyle: Ɛebban Remḍan ; Abane est le patronyme), né le 10 juin 1920 à Azouza dans la commune de Larbaâ Nath Irathen, et décédé le 26 décembre 1957, était un homme politique algérien qui joua un rôle fondamental dans l’histoire de la révolution algérienne. Il est considéré aujourd’hui encore comme le dirigeant « le plus politique » du FLN. Il est surnommé par certains : l’architecte de la révolution.

    Abane Ramdane a su regrouper et unir au sein du FLN, l’ensemble des courants politiques pour lutter contre l’occupation. Principal organisateur du congrès de la Soummam, il trace les grandes lignes du mouvement révolutionnaire consistant à créer un État dans lequel l’élément politique l’emporte sur l’élément militaire, et a opté pour le pluralisme politique et linguistique en Algérie1. Victime des luttes internes entre les colonels, partisans du pouvoir militaire[réf. nécessaire], et les défenseurs du primat accordé au politique,il mobilisa de par sa vision politique,le souci d’une souveraineté progressiste et une paix durable des valeurs socio-culturelles algériennes en les introduisant dans les principes du fondement de la révolution algérienne et ceux pour avant et après l’indépendance, il est assassiné au Maroc sur l’ordre d’un certain colonel Boussouf2 , qui faisait partie du CCE (Comité de coordination et d’exécution)en 1958.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Biographie
    Formation française, prise de conscience et engagement politique
    Place Abane Ramadane à Larbaâ Nath Iraten

    Abane Ramdane est né le 10 juin 1920 à Azouza dans la commune de Larbaâ Nath Irathen, appelée alors Fort National (wilaya de Tizi Ouzou), dans une famille modeste. Il obtient le baccalauréat mathématiques avec mention «Bien» en 1941 au lycée Duveyrier de Blida. Au contact d’autres jeunes Algériens, il se forge alors et se cimente une conscience politique et nationale, dans une société villageoise rongée par la pauvreté et la misère.

    Abane est ensuite mobilisé et affecté pendant la Seconde Guerre mondiale, avec le grade de sous-officier, dans un régiment de tirailleurs algériens stationné à Blida, en attendant le départ pour l’Italie. Démobilisé, il entre au Parti du peuple algérien (PPA) et milite activement tout en travaillant comme secrétaire de la commune mixte de Châteaudun du Rhummel (Chelghoum Laïd).

    Fortement marqué par les massacres du 8 mai 1945, il abandonne ses fonctions, rompt définitivement avec l’administration coloniale et entre en clandestinité pour se consacrer à « la cause nationale » au sein du PPA-MTLD. Il est désigné, en 1948, comme chef de wilaya, d’abord dans la région de Sétif, puis dans l’Oranie. Durant cette période, il est également membre de l’Organisation spéciale (OS), bras armé du Parti, chargé de préparer la Révolution.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Dans les prisons françaises, élaboration d’une culture politique

    Recherché par la police française dans l’affaire dite du « complot de l’OS » (1950), il est arrêté quelques mois plus tard dans l’ouest du pays. Il est jugé en 1951, après avoir subi plusieurs semaines d’interrogatoire et de torture, et condamné à 5 ans de prison, 10 ans d’interdiction de séjour, 10 ans de privation des droits civiques et 500 000 francs d’amende pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État ». Commence alors un long calvaire dans les prisons d’Algérie (Bougie, Barberousse, Maison Carrée) et de métropole. Après un court séjour aux Baumettes (Bouches-du-Rhône) au début de l’année 1952, il est transféré à Ensisheim (Haut-Rhin, Alsace) dans une prison de haute sécurité. Soumis à un régime de détention, de droit commun, extrêmement sévère, il entame une longue grève de la faim. À l’article de la mort, il est soigné et sauvé in-extrémis, et obtient gain de cause.

    Prisonnier politique, il est transféré en 1953 à la prison d’Albi dans le Tarn (sud-ouest de la France) où le régime carcéral, plus souple, lui permet de s’adonner à son loisir favori, la lecture, qui lui permet de forger sa culture et sa formation politique. Il y découvre, notamment, la condition injuste et dramatique faite à la nation irlandaise, à maints égards semblable à celle que subit le peuple algérien depuis plus d’un siècle, et le sort d’Éamon de Valera qui connut, comme lui, les geôles britanniques.

    Transféré à la prison de Maison Carrée au cours de l’été 1954, il est régulièrement tenu au courant des préparatifs de novembre 1954. Il est même désigné d’office comme l’un des douze membres d’un comité chargé de prendre en mains les destinées de la résistance algérienne contre le régime français, pour l’indépendance de l’Algérie.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Libération, retour à la clandestinité et organisation des réseaux FLN

    C’est à ce titre que les dirigeants de la zone III (Kabylie, future wilaya III historique) prennent contact avec lui quelques jours après sa sortie de prison, le 18 janvier 1955, alors qu’il est assigné à résidence à Azouza. Après quelques jours passés auprès de sa mère paralysée, il quitte Azouza, entre en clandestinité et prend en charge la direction politique de la capitale. Son appel du 1er avril 1955 à l’union et à l’engagement du peuple algérien, signe l’acte de naissance d’un véritable Front de libération et son émergence en tant que mouvement national. Il y affirme son credo unitaire, « la libération de l’Algérie sera l’œuvre de tous », qu’il n’aura de cesse que de mettre en œuvre.

    Il obtient vite une grande influence dans la direction intérieure installée à Alger. Chargé des questions d’animation de la « Révolution » au niveau national en assurant la coordination inter-wilaya, il anime également la liaison avec la Délégation Extérieure du FLN établie au Caire, les fédérations de France, de Tunisie et du Maroc. Il a ainsi, la haute main sur toutes les grandes questions d’ordre national et international.

    Il consacre également son énergie à organiser et à rationaliser la lutte, et à rassembler toutes les forces politiques algériennes au sein du FLN pour donner à la « rébellion » du 1er novembre la dimension d’un grand mouvement de résistance nationale. Secondé par Benyoucef Benkhedda, il impulse la création d’El Moudjahid, le journal clandestin de la Révolution, de l’hymne national algérien Kassaman3 (en contactant lui-même le poète Moufdi Zakaria), appuie la naissance des organisations syndicales ouvrière (UGTA), commerçante (UGCA) et estudiantine (UGEMA), qui deviendront, elles aussi, un terreau pour la Révolution.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    tructuration politique du mouvement national et luttes internes

    Il met également en chantier et supervise la rédaction d’une base doctrinale destinée à compléter et à affiner les objectifs contenus dans la Proclamation du 1er novembre 1954. Appuyé par Larbi Ben M’hidi, il fait adopter au Congrès de la Soummam du 20 août 1956 un statut pour l’armée de libération nationale (ALN) devant se soumettre aux « lois de la guerre », et surtout, devenir une plateforme politique dans laquelle est affirmée la « primauté du politique sur le militaire et de l’intérieur sur l’extérieur ». Il est désigné comme l’un des 5 membres d’un directoire politique national, le Comité de coordination et d’exécution (CCE), chargés de coordonner la « Révolution » et d’exécuter les directives de son conseil national (CNRA) créé à cet effet.

    C’est Abane Radmane qui décide avec Larbi Ben M’Hidi et Yacef Saadi de déclencher la bataille d’Alger, durant laquelle, chargé avec Ben M’hidi de superviser l’action militaire, il coordonne l’action et la propagande politiques en direction de la population algérienne. En mars 1957, après l’arrestation et l’assassinat de Ben M’hidi, et la traque de Yacef Saadi, les réseaux FLN à Alger, poussés par la 10e division parachutiste du général Massu, s’effondrent. Abane avec les trois autres membres du CCE doivent alors quitter la ville.

    En fuyant l’Algérie, Abane Ramdane se plaçait dans une situation délicate et paradoxale : lui qui, lors du, « congrès de la Soummam », avait prôné et fait adopter à l’unanimité la primauté des responsables de l’intérieur sur ceux de l’extérieur ainsi que celle des « politiques » sur les « militaires », s’il ne devenait pas tout à fait un de ces derniers, le seul fait de son éloignement risquait d’affaiblir son autorité tant sur les combattants que sur la délégation extérieure du F.L.N. Mais le tempérament d’Abane ne le portait pas au renoncement. La disparition de Ben M’Hidi devait le consacrer définitivement comme le n° 1. Mais il fallait d’abord qu’il affrontât deux hommes qui ne l’entendaient pas du tout de cette oreille, qui refusaient de se prosterner devant lui : Abdelhafid Boussouf et Lakhdar Ben Tobbal, colonels repliés à Tunis depuis quelque temps.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Assassinat

    Abane assassiné par la « bande à Boussouf »

    Le colonel Amar Ouamrane un des responsables de la wilaya IV en 1956 prétend qu’il n’aurait voté la mort de Abane que s’il y avait eu unanimité des membres du CCE. Obligé de se rendre en mission à Damas, il s’attendait à être convoqué par Krim Belkacem et Abdelhafid Boussouf pour décider, au sein du C.E.E. au complet, du sort d’Abane. En fait, trois responsables seulement devaient se réunir à Tunis du 17 au 20 décembre : Ben Tobbal, Mahmoud Chérif et Krim (Boussouf étant au Maroc). Ben Tobbal aurait informé Ouamrane en ces termes :

    « Nous nous sommes réunis trois jours et trois nuits, au cours desquels nous avons évoqué toutes les difficultés que nous cause Abane, nous avons tout d’abord prévu de l’arrêter et de le mettre dans la cave d’une villa appartenant à Hadj Ali, originaire d’Aïn-Beïda. Mais comme cette villa était située dans le quartier Mont-Fleury de Tunis, nous avons pensé qu’Abane pourrait attirer l’attention des passants et des autorités tunisiennes par ses cris, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé, Krim, Mahmoud Chérif et moi, de l’envoyer au Maroc pour le mettre en prison. »

    En fait, cette décision, si elle a été prise de la sorte, comportait une ambiguïté : il s’agissait d’incarcérer Abane au Maroc sous la responsabilité de Boussouf, qui n’avait jamais fait mystère de ses intentions : la mort pour Abane !…

    Restait à envoyer Abane au Maroc. D’après Mohammed Bedjaoui4qui a interrogé sur ce point Me Ahmed Boumendjel, un piège fut tendu à Abane, qui y tomba malgré sa grande méfiance. De faux messages fabriqués par les services de Boussouf à Tunis firent état de prétendues difficultés que rencontrait le FLN au Maroc (enlèvements de militants par la police marocaine, refus de transit d’armes, etc.). Cette version du piège est corroborée par Ben Tobbal.

    Convaincu qu’il devait faire partie de la délégation qui rencontrerait le roi Mohammed V pour aplanir toutes les difficultés, Abane, dernière et tragique erreur, accepta de s’embarquer, le 24 décembre, pour Tétouan en compagnie de Krim et de Mahmoud Chérif. Selon ces deux derniers, après avoir fait escale à Rome puis à Madrid, aucun avion ne reliant directement Tunis à Tétouan, les trois hommes arrivèrent à destination le 26 décembre en fin d’après midi. Boussouf, accompagné de quelques-uns de ses hommes, attendait à l’aéroport. « Boussouf », devait raconter Krim, « me prit par le bras et m’entraîna à part un bref instant. À brûle-pourpoint, il me dit : « Il n’y a pas de prison assez sûre, pour garder Abane. J’ai décidé sa liquidation physique ». Indigné, je refusais et informais Mahmoud Chérif, qui, bouleversé, eut la même réaction que moi. »

    Toujours selon les mêmes témoins, tandis que Mahmoud Chérif et Abane conversaient en attendant les bagages, Boussouf demanda à Krim : « Êtes-vous armés? Et Boussouf, souriant, avait amorcé le geste de le fouiller. – Ne recommence jamais ça ! dit Krim. Et maintenant écoute : il a été décidé de l’enfermer et non de le tuer ! – Moi, ici, je n’ai pas de prison. Et puis à ton tour de bien écouter : ici, au Maroc, je fais ce que je veux. Abane « passera » et bien d’autres « passeront » aussi. N’oublie pas que Hitler et la France se sont toujours entourés d’hommes qui se sont toujours entourés d’hommes qui leur étaient entièrement dévoués ! – Attention, Boussouf ! ce que tu avances est grave. Il s’agit d’un membre du CCE connu sur le plan national et sur le plan international. Ben Tobbal est contre l’exécution d’Abane et nous lui avons signé un papier dans lequel il se déclare étranger à tout ce qui peut arriver. – Ben Tobbal ? J’en prends la responsabilité. Je me débrouillerai avec lui et le convaincrai. »[réf. nécessaire]

    Abane, Krim, Mahmoud Chérif et deux des hommes de Boussouf prirent place dans une Versailles bleue qui démarra en direction de Tanger. Peu de temps après, la voiture stoppa devant une grande ferme. « Allez, descends », ordonna à Abane un des deux hommes.. Celui-ci avait compris. Descendu de voiture, il fut immédiatement ceinturé et vit une mitraillette braquée contre lui. Il tenta de se débattre mais une prise de judo le paralysa. Krim lança une nouvelle fois à Boussouf, tandis qu’on emmenait Abane à l’intérieur du bâtiment : « Le C.E.E. a décidé qu’Abane serait emprisonné. Tu ne dois pas le faire exécuter ! », « Ici, nous sommes pour la mort », répondit Boussouf. « Boumediene est d’accord et Bouteflika, qui a le contact avec Ben Bella et ceux de la Santé, dit qu’ils le sont aussi. »5

    Le rapport ultra-secret, dont il est fait mention plus haut, concluait textuellement ainsi : « Finalement vient Boussouf qui nous dit : « Venez constater, Abane est mort ». Nous constatons en effet la mort d’Abane. Ce dernier était allongé et avait été étranglé dans cette position à l’aide d’une corde par deux hommes qui accompagnaient Boussouf à l’aérodrome. Ce n’est qu’après l’assassinat d’Abane que nous nous sommes rendu compte qu’il s’était agi uniquement d’une vengeance personnelle de Boussouf, dont les hommes de main m’ont révélé secrètement qu’il a participé lui aussi à l’étranglement en serrant de ses propres mains le cou d’Abane. »

    Cependant, ce même rapport note qu’« un homme dont le nom sera révélé au moment opportun m’a fait savoir à Beyrouth qu’Abane a été exécuté par Boussouf sur ordre de Krim Belkacem. »

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Citations

    « Abane Ramdane a eu le grand mérite d’organiser rationnellement notre insurrection en lui donnant l’homogénéité, la coordination et les assises populaires qui lui étaient nécessaires et qui ont assuré la victoire. »

    — Ferhat Abbas, L’indépendance confisquée, éd Flammarion, Paris 1984 (p.188-189).

    « J’ai connu pas mal d’intellectuels, mais Abane Ramdane était remarquablement intelligent. C’était en outre un homme simple, d’une sincérité absolue. Il n’aimait ni s’habiller ni avoir de l’argent. La seule chose qui lui importât était l’unité nationale. Il était décidé à l’obtenir par tous les moyens. Et c’est cela qui a choqué beaucoup de militants. Il était violent, brutal, radical et expéditif dans ses décisions. »

    — Amar Ouamrane (cf. Achour Cheurfi, La Classe politique algérienne, de 1900 à nos jours, Casbah Éditions).

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  8. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Notes et références

    ↑ Abane Ramdane Heros de la Guerre, Mameri Khalfa,Edition L’Harmattan , 1988. ISBN 2738401171
    ↑ Ali Mebtouche, «HISTOIRE D’UN BERGER DE KABYLIE PENDANT LA GUERRE D’ALGÉRIE», Éditions l’Harmattan, Paris 2007, page 121, ISBN : 978-2-296-02806-7 »
    ↑ Que connaissez-vous de Kassaman? [archive] – L’Expression, 18 novembre 2007
    ↑ Ce dialogue est tiré d’un rapport ultra-secret envoyé aux membre du CCE et rédigé par l’un d’eux, le 15 août 1958, à Tunis (Historia Magazine – Guerre d’Algérie, N° 237, juillet 1972)
    ↑ Il est fort douteux que « ceux de la Santé » aient cautionné Boussouf. Cependant, nous devons faire état d’une lettre que, selon lui, Boussouf aurait reçue de Ben Bella dans laquelle il était dit : « Je suis très content et te félicite pour le travail d’assainissement que tu viens de faire. » ( Historia Magazine – Guerre d’Algérie N° 237, juillet 1972 )

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  9. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Bibliographie

    Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, L’Hermatan, 1985 (ISBN 2-8580-2543-3)
    Achour Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours.: Dictionnaire biographique, Casbah Éditions, 2006 (ISBN 9-9616-4292-9)
    Mohammed Harbi, « Le Système Boussouf », dans Le Drame algérien. Un peuple en otage, Paris, La Découverte, 1995, pp. 88-89 (ISBN 978-2-7071-2472-2)
    Yves Courrière, La guerre d’Algérie Tome III : L’heure des colonels. « L’épisode de l’assassinat de Abane Ramdane », Collection : Le Livre de Poche n° 3 750, Librairie Générale Française, 1982 (ISBN 2-2530-0091-4)
    Historia Magazine – Guerre d’Algérie, N° 237, juillet 1972
    Khalfa Mameri, Abane Ramdane, Héros de la Guerre d’Algérie, L’Harmattan, Paris, 1988 (ISBN 2-7384-0117-1), et Éditions Rahma, Alger, 1992.
    Lahcène Seriak, Abane Ramdane, éd. AGS Corpus/bibliographie, Alger, 2004.
    Messaoud Benyoucef, Dans les ténèbres gîtent les aigles, éd. L’Embarcadère, janvier 2003 (ISBN 2-9147-2806-9).
    Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN 1954-1962, Paris, Fayard, 2002 (ISBN 2-2136-1377-X).
    Mohammed Harbi, FLN mirage et réalité, Jaguar, 1991 (ISBN 2-8525-8376-3).
    Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens (ISBN 2-8580-2543-3).
    Bélaïd Abane, l’Algérie en guerre. Abane Ramdane et les fusils de la rébellion, L’Harmattan, Paris 2008 (ISBN 978-2-2960-5783-8)

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  10. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    Histoire de la liquidation de Abane Ramdane

    Boubekeur Ait Benali, 14 février 2007

    Il y a 49 ans, Abane a été assassiné par ses pairs. Les idées qu’il a véhiculées ont été très mal comprises du fait qu’il était en avance, sur le plan intellectuel, sur sa génération. Au lieu que d’exploiter cet avantage positivement pour mener à bien la guerre, ses frères de combat ont vu en lui un danger dont il faut se débarrasser au plus vite.

    La déclaration de Ferhat Abbas au Caire, en 1957, pour sa première entrée officielle sur la scène internationale au nom du FLN était : « Nous avons pris les armes pour obtenir la souveraineté et l’indépendance complète pour l’Algérie une et indivisible ». Cette volonté a été affichée dés le départ par tous les combattants ayant créé ou rejoint le FLN. Là où le bas blesse c’est quand ce slogan a été exploité de façon abusive par les militaires pour éliminer les personnes qui ne partageaient pas leur point de vue quant à la conduite de la révolution.

    Toujours est il que lorsque tout le monde était à l’intérieur du pays, les assassinats étaient moins fréquents car les frontistes ne pensaient qu’à échapper au rouleau compresseur des paras dirigé par Massu. En effet, au printemps 1957, la répression a été telle que les membres du CCE (Comité de coordination et d’exécution), issu du congrès de la Soummam, ne songeaient qu’à fuir le pays pour sauver la direction du front. Bien que la décision ait été prise à l’unanimité, les membres avaient des points de vue différents sur le transfert momentané ou définitif du CCE. Pour Abane, les replis sur Tunis ou le Caire n’étaient que provisoires. Le principe Soummamien de la supériorité de l’Intérieur sur l’Extérieur faisait partie d’une vraie ligne politique, puisée dans l’histoire des mouvements de libération dont ses innombrables lectures l’avaient rendu familier, estime, pour sa part, Mohamed Harbi.

    Par ailleurs, pour rejoindre Tunis les quatre survivants (Ben Mhidi étant arrêté la veille par les paras) ont décidé de se scinder en deux groupes. Krim et Ben Khedda ont emprunté la voie orientale via la Kabylie et Abane et Dahleb la voie occidentale. Arrivé au Maroc Abane s’est mis en colère en découvrant, d’une part, que la Wilaya 5 était hors de combat et, d’autre part, que les chefs se conduisaient comme des Sultans. En effet, d’après Harbi : «Boussouf a besoin de terreur pour imposer le monopole du pouvoir, susciter la délation, semer la méfiance qui décourage la critique, l’organisation et la révolte. En un mot contrôler tout ». Du coup, Abane a estimé primordial de remettre la révolution sur rail pour assurer sa victoire. Il reproche notamment à Boussouf de n’être pas au combat au milieu de ses hommes et il exige surtout la dégradation de Boumediene devenu commandant à 25 ans sans fait d’arme à son actif.

    Arrivé à Tunis, Abane n’a rien caché de ce qu’il avait vu au Maroc. Cette intransigeance a poussé le comité de la Wilaya 5 à demander des explications à leurs camarades sur le comportement de Abane. Celui-ci a-t-il eu tort de critiquer ses pairs? Dans une organisation démocratique il est tout à fait normal qu’un dialogue soit instauré. Dans une révolution cependant, le consensus est recommandé pour ne pas engendrer des dissensions au sein de celle-ci. Mais ce que Abane a reproché au comité de la W5 était son manquement au devoir révolutionnaire. En l’occurrence, si un tort pouvait lui être reproché c’était celui de vouloir organiser la révolution à la hauteur du combat enclenché. En effet, sans Abane et Ben Mhidi la révolution n’aurait jamais eu une organisation définissant toutes les étapes jusqu’à la victoire finale.

    Avant le congrès de la Soummam, il y avait, d’après les historiens, six régions avec des stratégies différentes et il fallait le génie de Abane pour que la révolution reprenne son unité. Il a estimé que seul le rassemblement pourrait aider les Algériens à vaincre l’une des armées les mieux organisées au monde. Toutefois, en apprenant le mécontentement du groupe de Boussouf, il a tout de suite essayé de mettre les choses au clair en affirmant que : « l’action politique et militaire est un tout. Les combattants de l’intérieur doivent diriger la révolution mais céder le pas à la politique ».Un argument qui ne pouvait plaire aux militaires.

    Le 26 août 1957, au Caire, les militaires ont décidé de constituer un bloc au tour de Krim Belkacem pour contrer l’action de Abane. Il faut reconnaître que sans une coalition, aucun militaire ne pouvait développer une analyse sur la conduite de la guerre comme pouvait le faire Abane. D’ailleurs, Krim voulait opposer son prestige de maquisard à la puissance intellectuelle d’Abane pour peser sur les débats, estime Yves Courrière. Pour isoler Abane, Krim a repris le reproche de Ben Bella à l’encontre des centralistes du CCE. Il a affirmé que ces derniers n’arrêtaient pas de manigancer pour éliminer les hommes de l’ALN. Cette analyse n’a évidemment aucun fondement. En revanche, elle a un but sous-jacent l’accaparement du CCE par les militaires.

    Krim, en tout cas, voulait 2 ou 3 politiques face à 5 militaires pour diriger la révolution. C’est ainsi que le CNRA (sorte de parlement) du Caire a donné la majorité aux colonels au nombre de 5 sur 9. L’isolement de Abane s’est confirmé avec la constitution d’un comité permanent chargé des affaires courantes où il se trouvait seul face à quatre colonels. Ce manège, Abane l’avait compris bien avant le remaniement des instances de direction. Son inquiétude s’est confirmée quand il a été décidé de lui confier la rédaction du Moujahid. Les témoins de l’époque sont d’accord sur le fait que ce qui avait mis Abane hors de lui était le renoncement aux principes de la primauté du politique sur le militaire et de l’intérieur sur l’extérieur.

    Sachant que les militaires voulaient l’éliminer, Abane a tenté dans un premier temps tous les remèdes afin d’amener les colonels à la raison. Mais ces derniers, par la voix de Krim, ont décidé d’envenimer davantage la crise. D’ailleurs, Krim, pour marquer la rupture, a apostrophé Abane en ces termes : « Nous ne tolérons pas qu’une décision prise démocratiquement par le CNRA soit critiquée par l’un de nous ». A ce moment-là, la décision d’éliminer ce dernier n’avait pas encore été prise, mais Abane a décidé, dans l’intérêt de la révolution, de pousser les militaires dans leur dernier retranchement. A la dernière réunion d’Abane au sein du CCE il n’a pas hésité à sermonner les militaires en leur disant « Vous ne pensez plus combat mais pouvoir. Vous êtes devenus ces révolutionnaires de palace que nous critiquions tant quand on était à l’intérieur. Quand on faisait vraiment la révolution. Moi j’en ai assez. Je vais regagner le maquis et à ces hommes que vous prétendez représenter, sur lesquels vous vous appuyez sans cesse pour faire régner votre dictature au nom des combattants, je raconterai ce qui se passe à Tunis et ailleurs ».

    Pour les militaires, Abane avait franchi le Rubicon, mais la liquidation physique était-elle la meilleure solution pour avancer ? Toutefois, les chefs d’accusation retenus contre Abane n’ont aucun rapport avec le motif de la liquidation. Il a été accusé de faire d’El Moujahid sa propriété privée et d’utiliser l’UGTA à son profit personnel. Selon Gilbert Meynier, il a eu un conflit avec Ben Tobbal qui voulait lire avant publication les articles du journal. Quant à Krim, il a affirmé que Abane avait contacté un officier de la Wilaya 1 pour renverser le CCE. L’officier en question est le commandant Hadj Ali. Une fois encore les historiens sont d’accord que cet argument est non fondé dans la mesure où celui-ci n’était pas un homme de terrain : il avait été chargé du ravitaillement de la W1 aux frontières en 1956. Il ne disposait donc pas de troupes susceptibles de renverser le CCE. Mais si ces reproches étaient vrais, pourquoi les colonels ont-ils créé un tribunal de ‘salut public’ pour le condamner sans qu’il ait la possibilité de se défendre. Une chose est sûre, estime Khalfa Mammeri, c’est que « le condamné, puisqu’il faut l’appeler ainsi, n’a pas été ni présent, ni entendu, ni défendu, et plus grave ni averti de la sentence qui s’est abattue sur lui ». Pour Ferhat Abbas « les colonels se sont comportés comme les héritiers des Beni Hilal pour qui la légitimité se fonde sur la raison du plus fort. En somme, la raison de sa mise à mort était que les militaires connaissaient trop bien le sens de l’organisation, le charisme et la capacité de Abane à pouvoir rallier autour de lui toutes les forces vives pour le laisser agir.

    A l’examen de tous les éléments cités plus haut, la décision de séquestrer Abane était indirectement une condamnation à mort dés lors qu’il avait été décidé de le remettre entre les mains de Boussouf. D’après Khalfa Mammeri, Krim a été partisan de la liquidation, ainsi qu’Ouamrane, et évidemment Boussouf. Cette condamnation ajoute-t-il, d’après plusieurs versions concordantes, le commandant Amirouche se serait déjà proposé de l’exécuter séance tenante lors du congrès de la Soummam, et Mohamedi Said se serait, au CNRA du Caire, proposé si personne ne le faisait. Une chose est par ailleurs certaine: Boussouf a pu tuer Abane parce que Krim avait lâché celui-ci. Pour lancer un dernier avertissement, les colonels ont, par la même occasion, exécuté Hadj Ali la veille de l’assassinat de Abane. « L’Algérie est-il un pays qui n’a pas de chance? » Cette interrogation était de Ferhat Abbas. Il a ajouté plus loin «En effet, ses enfants se jalousent, manquent d’esprit de discipline et de solidarité. Ils se plaisent dans l’intrigue. Ils oublient l’essentiel pour le futile. Quelle liberté, quelle légalité pouvons attendre de telles mœurs » Il est évident qu’Abane n’avait pas de chance face au groupe de colonels. Il ne pouvait pas mener un combat contre le régime colonial tout en étant dans la ligne de mire de ses collègues. Il va sans dire que Boussouf et consorts ont rendu un précieux service à l’armée française. Etant certain que son action est dirigée dans le sens de la libération de la patrie, Abane a été entraîné dans un piège par le seul fait qu’il ne se doutait pas que ses pairs, qui partagent de surcroît le même idéal, puissent le liquider. En revanche, la veille de son départ pour le Maroc, Abane a confié à son ami et confident Gaid Mouloud «Je vais prendre un pistolet chez Boukadoum( représentant du FLN) à Madrid et si le 27, le28 ou le 29 [décembre 1957] tu ne reçois pas par un télégramme où je te dirai: »je vais bien », tu devras alors aviser le Docteur Lamine Debaghine ».

    Sans entrer dans les détails de l’exécution qui sont très douloureux, on peut dire que les assassins ont agi de façon médiévale. Plus douloureuse est la seconde mort de Abane en voulant la cacher dans le premier temps avant de l’édulcorer par la suite. En effet c’est Krim qui a fini par avouer à Ferhat Abbas, le 19/02/1958: «Abane est mort, je prends la responsabilité de sa mort. En mon âme et conscience, il était un danger pour notre mouvement. Je n’en regrette rien ». Quant au journal El Moudjahid, celui-ci a rendu un grand hommage en titrant dans le numéro du 24 au 29 mai 1958 « Abane Ramdane est mort au champs d’honneur ». Le journal ajoute encore que celui-ci est mort sur le sol national des suites de graves blessures reçus au cours d’un accrochage entre une compagnie de l’Armée de Libération Nationale chargée de sa protection et un groupe motorisé de l’Armée française. C’est de cette manière en tout cas que le journal est devenu définitivement un support des militaires. Ainsi Ben Tobbal est arrivé à ses fins.

    Malgré tous les mensonges et les manigances qui ont suivi cet assassinat, le sang de Abane a été un frein à la carrière des colonels. La preuve c’est qu’à l’été 1962, ils ont été mis à la touche et d’autres ont connu les mêmes souffrances que celles infligées à Abane.

    Ait Benali Boubekeur
    http://www.algeria-watch.de/fr/article/hist/1954-1962/liquidation_ramdane.htm

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  11. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    L’Affaire Abane Ramdane

    Extraits du livre de: Ali Kafi, et réactions de Ben Khedda

    Moudhakirat Er-raïs Ali Kafi
    min al-mounadil as-siyassi ila al-qaïd al-askari
    1946-1962

    « Mémoires du Président Ali Kafi,
    du militant politique au dirigeant militaire
    1946-1962″
    P.121-123
    Ed. Dar El Casabah

    Ces extraits ont été traduits par Malik Talbi

    ABANE ET LA DOUBLE STRATÉGIE DE DOMINER LA RÉVOLUTION

    Abane n’avait ni une orientation de gauche ni des ambitions
    idéologiques, sinon celle d’étendre son pouvoir sur la révolution et
    d’arracher ses leviers de commande à la délégation extérieure ; ce qui
    s’est avéré dans les résolutions du congrès de la Soummam concernant
    [la primauté de] l’intérieur sur l’exterieur et du politique sur le
    militaire, lui même s’étant compté parmi les politiques. C’est
    pourquoi [les membres de] la délégation exterieure devinrent de
    simples chargés de mission. Par ailleurs il eut recours aux groupes
    qui ne croyaient même pas à la révolution comme Ferhat Abbas et le
    Cheikh Abbas fils du Cheikh El Houssein.

    Il faut faire la distinction entre d’une part notre lecture actuelle
    de l’histoire et la reconstruction des faits tels quels [avec du
    recul] et d’autre part ce qui était vécu à l’époque. Je ne pense pas
    qu’il y avait alors quelqu’un qui soupçonnait Abane Ramdane de quoi
    que ce soit. C’était déjà un militant du PPA. En revanche Abane
    avait ses propres calculs. C’est pourquoi d’ailleurs il vint [au
    congrès] avec Larbi BenM’hidi. Mais après une année du congrès, nous
    avons entendu une autre version des dirigeants de la révolution.
    Amirouche, Krim Belkacem et Ben Tobbal insistaient sur l’existence de
    liens entre Abane et la France et l’ont accusé d’entretenir à leur
    insu des liens avec l’ennemi. On a su alors qu’il était condamné à
    mort par la révolution.

    Le procès verbal de réunion qui s’est tenue entre moi et Amirouche et
    qui existe encore avait été rédigé par Lamine Khan, et la position
    d’Amirouche sur Abane y est claire. Le Moujahid Salah Zaamoum me
    disait à notre retour de Tunisie vers l’Algérie qu’Abane a été
    executé. Je lui répondais que je l’avais laissé à Tunis et je lui ai
    demandé d’oublier ce qu’il disait car c’était faux. Mais ce qui se
    disait lors de la réunion à Tunis est qu’Abane a été exécuté par
    Mahmoud Cherif et Abd Allah Ben Tobbal. La lutte était intérieure au
    CCE et ne nous intéressait pas vraiment.

    Amirouche dit qu’Abane voulait créer une polémique à l’intérieur de la
    Wilaya III et qu’il avait des relations avec un membre de la direction
    de celle-ci qui s’est rendu au colonisateur français. Pour clarifier
    [Kafi qui parle], des informations sures lui sont parvenues concernant
    l’existence de lien d’un membre du CCE avec l’ennemi et il rajoute
    : »J’en ai été convaincu lorsque Salah Zaamoum m’a dit cela »[1].
    Amirouche a clairement accusé Abane dans ce procès verbal.

    ABANE ET LE TEMOIGNAGE DE LA CONDAMNATION

    L’information officielle traitant de la mort d’Abane disait qu’il
    était tombé dans le champ d’honneur alors qu’il était à la tête d’une
    armée qui se dirigeait vers le Nord-Constantinois et qu’il est rentré
    dans un accrochage avec l’ennemi. Mais en réalité, ces accrochages
    n’eurent jamais lieu. J’avais informé les dirigeants de ma Wilaya de
    la mort d’Abane, qui travaillait pour son propre compte.

    Je me rappelle qu’il était venu demander mon aide. Et après qu’il
    avait loué mes mérites, il avait tenté de me tirer de son côté
    concernant ses différents avec Krim et Ben Tobbal mais j’étais resté
    neutre. Quant à ce qui se disait sur Abane , à savoir qu’il était « au
    seuil de la trahison », pour ce qui est de sa condamnation à mort, ceux
    que j’ai rencontrés parmi les dirigeants de la révolution niaient
    cela. Tout ce qu’ils m’ont attesté est qu’il y avait des contacts
    entre Abane et l’ennemi.

    Abane avait des contacts secrets avec l’ennemi qu’il n’avait pas
    divulgués à ses collègues dans la direction jusqu’à ce qu’ils les
    aient découverts par leurs efforts et leurs propres moyens. Et c’est
    là où les soupçons l’ont entourés. Ceci poussa ses collègues à le
    persuader d’aller avec eux au Maroc sous prétexte de rencontrer le roi
    Mohammed V. Là il fut jugé et exécuté.

    ——————————————————–

    [1] Par « lui » et « il rajoute », Kafi fait clairement référence à
    Amirouche. Or comme Kafi semble s’appuyer sur le Procès Verbal qu’il
    cite en Annexe et que vous trouverez ci-joint, il a l’air de confondre
    entre les propos d’Amirouche qui ne fait que rapporter et la
    déclaration du Dr Si Mohammed arrêté pour complot
    contre-révolutionnaire.

    ——————————————————–

    P.402-403

    Procès Verbal de Réunion

    Réunion du 27/11/1958 entre les Sagh-Ethani Si Ali Kafi et Si
    Amirouche en présence de Kh. Lamine.

    Ordre du jour:

    1) Situation de l’extérieur : Cas Abbane et …

    [...]

    Cas Abbane:

    - Présentation du cas Abbane par le Sagh-Ethani Si Amirouche:

    a) – Le Sagh-Aouel Si Salah membre de la Wilaya n°4 de retour de
    Tunisie, lors de son passage dans la Wilaya n°3 rapporte que le frère
    Abbane Ramdane aurait été éxécuté affirmant à l’appui de ses doutes
    qu’il aurait reçu en réponse à une lettre écrite par lui au
    Sagh-Ethani Ouamrane une lettre de ce dernier dans laquelle il lui
    était dit que « dans l’interêt national il est trop tard pour faire
    quelque chose pour Abbane ».

    b) – A l’annonce de la mort de Abbane des responsables de la Wilaya
    faisant en cela crédit à la propagande ennemie, posent des questions
    sur les circonstances de cette mort.

    c) – Déclarations du Dr Si Mohammed résponsable du Service Sanitaire
    de la Wilaya n°3 arrêté pour complot contre-révolutionnaire : « On m’a
    dit qu’on avait dans notre organisation un membre du CCE; je ne l’ai
    cru qu’à la mort de Abbane. »

    d) – L’attitude de Abbane nous a parue suspecte dès le 20 Août 1956
    par le rôle de division qu’il a joué entre les résponsables de la
    Wilaya n°3.

    e) – Les membres du complot contre-révolutionnaire arrêtés en Wilaya
    n°3 parraissent avoir été pour la plupart sinon tous des amis de
    Abbane: exemple Benmerzoug Ahmed dit Abdellah chef de la zone n°2,
    Wilaya n°3, qui rejoignit à Alger apès le congrès d’Août; et qui
    actuellement est « Lieutenant-Colonel » dans les rangs ennemis qu’il
    rallia en Juin 58.

    Le Sagh-Ethani Si Ali Kafi:

    a) – Si Sallah est rentré avec moi de Tunisie. À cette date, Abbane
    était bien en vie.

    b) – À l’époque de l’annonce de la mort de Abbane, de grands
    accrochages s’étaient déroulés à la ligne Morice.

    c) – Il est normal que nous soit inconnue la nature éxacte des
    rapports des membres du CCE entre eux, mais il est vrai que Abbane
    avait été l’objet de sanction à caractère d’une limitation déactivité.

    d) – Récit des tentatives d’enlèvement par l’ennemi dont ont été
    l’objet les frères Ben Tobbal et Krim à Tunis.

    e) – On peut s’étonner de l’attitude du frère Si Salah pour le bruit
    qu’il a répandu à son passage retour de Tunisie.

    [...]

    Signé : Amirouche & Kafi

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  12. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    L’apport de Ramdane Abbane à la Révolution

    43ème Anniversaire du Congrès de la Soummam

    Benyoucef Ben Khedda La tribune/ Mercredi 18 Août 1999

    Abbane Ramdane a toujours constitué une énigme dans notre histoire
    nationale : plus particulièrement celle de la guerre de libération.
    Cette particularité est due au caractère exceptionnel de cet homme qui
    a su marquer la révolution. Elle est due aussi à la manière avec
    laquelle les gardiens de la mémoire officielle ont orienté l’écriture
    de cette page de notre histoire. Beaucoup de choses n’ont pas encore
    été dites sur la période 1954-62; des zones d’ombre subsistent et
    menacent à chaque fois cette mémoire officielle de s’écrouler. C’est
    ainsi : les totems finissent toujours par tomber et le temps en est
    le plus grand ennemi. Mais cette chute n’est pas sans danger si notre
    histoire n’est pas assumée dans la sérénité et par le débat
    démocratique. Sans préjugés ni a priori.L’affaire Abane, qui nous
    hante depuis l’indépendance, a rejailli cette fois-ci à la faveur de
    la publication des Mémoires de Ali Kafi. Les passages qu’il a
    consacrés dans son livre à Abane Ramdane ont soulevé un tollé général
    dont nous espérons qu’il se traduise en un débat fécond sur la guerre
    de libération et les tragédies qui l’ont accompagnées. La réponse de
    Benyoucef Benkhedda aux écrits de Kafi sont à ce titre fort louables
    et permettent de mieux saisir la personnalité exceptionnelle de celui
    qui fut l’un des grands stratèges de larévolution. La Tribune

    Chaque année la date du 20 août vient nous rappeler l’un des
    moments-charnières de notre guerre de libération: le Congrès de la
    Soummam, c’est-à-dire les premières assises de la jeune révolution
    algérienne, en 1956. Un tel événement-fondateur a imprimé à
    l’histoire de notre lutte un tournant majeur par la plate-forme qui en
    est issue et qui trace les contours de l’édifice institutionnel de la
    Révolution. On y retrouve, explicités, les trois éléments clés qui
    identifient la nature du mouvement de libération et sous-tendent sa
    cohérence idéologique et politique : une légitimité révolutionnaire
    articulée sur un programme et une stratégie structurée; un statut
    organique définissant les rouages de la Révolution et leur mode de
    fonctionnement; une direction unique et homogène.Le nom du Congrès de
    la Soummam reste intimement lié à celui d’un personnage d’une trempe
    peu commune: Ramdane Abbane. Homme de conviction et de caractère, il
    a été l’un des principaux promoteurs de l’idée de ce Congrès, comme il
    a été à la fois l’inspirateur avisé de ses orientations et l’artisan
    déterminé de sa préparation et de son succès.

    Un homme de passion

    Tout autant, le souvenir de Abbane demeure également associé à une
    autre ‘uvre maîtresse pour la réussite de laquelle il s’est dépensé
    avec passion: la promotion de la Zone autonome d’Alger -la fameuse
    ZAA- en un fer de lance d’une redoutable efficacité. C’est sous ses
    auspices, en effet, que l’organisation FLN/ALN d’Alger a pris un essor
    fulgurant. Si elle s’est transformée en vitrine éloquente de la
    Révolution en marche, l’élan incisif qu’il a su lui communiquer y est
    certainement pour beaucoup.Abbane n’avait de cesse de hisser Alger au
    rang de capitale de l’Algérie en armes. Avec l’installation en
    septembre 1956 de l’Exécutif suprême du FLN dans cette agglomération,
    il trouva en Ben M’hidi le compagnon idéal qui nourrissait des
    ambitions identiques. Ensemble désormais, ils s’acharneront à mettre
    Alger au diapason d’une ville symbole d’une fière citadelle où se
    développait dans le vacarme des bombes, l’expérience inédite des
    maquis urbains. Le triumvirat que nous formions alors avait reçu du
    CCE mandat de superviser l’organisation algéroise. A leurs côtés, et
    tout en y contribuant de mon mieux, j’ai pu apprécier combien leur
    rôle avait été déterminant pour insuffler une âme au combat de la ZAA.
    En améliorant et en renforçant les capacités de ses deux branches,
    politique et militaire, en l’impliquant chaque jour davantage dans une
    confrontation exacerbée avec l’ennemi, ils ont permis à la Zone
    autonome de conquérir ses lettres de noblesse. En peu de temps, ils
    ont réussi à faire de cet appareil révolutionnaire de premier ordre,
    un outil offensif doté d’une force d’impact considérable. Les deux
    chapitres qui suivent, consacrés successivement au Congrès de la
    Soummam et à la Zone autonome d’Alger, font partie d’un livre en
    chantier devant paraître prochainement (plaise à Dieu). Je profite de
    l’occasion du 20 août pour en livrer la première mouture et apporter
    ensuite mon témoignage sur le personnage Abbane, l’un des plus grands
    acteurs de l’histoire du mouvement national. Un événement ne saurait
    être saisi et compris que s’il est replacé dans son contexte
    historique . a) Le contexte historique En Algérie: On sait que
    l’insurrection algérienne a été déclenchée par les éléments du CRUA
    (Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action), tous issus de l’OS
    (Organisation Spéciale) branche armée du PPA-MTLD, à la suite de
    l’éclatement de la direction de ce parti en deux factions: Comité
    central et Messali.La direction du Mouvement national révolutionnaire
    assurée jusque-là par le Comité central du PPA-MTLD passe alors aux
    «6» du CRUA qui sort au grand jour le 1er Novembre 1954 sous le sigle
    du FLN (Front de libération nationale).Le partage des responsabilités
    entre les «6» , après la réunion du 23 octobre 1954 à Bologhine
    (ex-Saint-Eugène), s’était fait ainsi :Zone 1, Aurès-Némencha,
    Mustapha Ben Boulaïd,Zone 2, Nord-constantinois, Mourad Didouche,Zone
    3, Kabylie, Belkacem Krim,Zone 4, Algérois, Rabah Bitat,Zone 5,
    Oranie, Mohammed-Larbi Ben M’hidi. (Les zones seront remplacées par
    les wilayate après le Congrès de la Soummam).Boudiaf, quant à lui,
    désigné «coordonnateur» par ses pairs, s’envole pour Le Caire porteur
    de la Proclamation du 1er Novembre 1954 qui sera lue sur les ondes de
    Sawt-El-Arab, la Radio du Caire, dans la nuit du 31 octobre au 1er
    Novembre 1954. Ben Bella, Aït Ahmed et Khider, établis déjà depuis
    deux ou trois ans dans la capitale égyptienne où ils représentaient la
    délégation extérieure du PPA-MTLD avaient entre-temps opté pour le
    CRUA et avec les «6» ils constituaient à «9» la première direction du
    FLN.Avant de se séparer à Bologhine, les «6» s’étaient donné
    rendez-vous à la mi-janvier 1955, semble-t-il, pour une évaluation de
    la situation ; les événements surgis de la guerre ne leur permirent
    pas de se rencontrer.Didouche meurt le 12 janvier 1955 dans un combat
    face à l’ennemi. Ben Boulaïd est arrêté le 12 février 1955 à la
    frontière tuniso-libyenne, alors qu’il se rendait au Caire pour hâter
    l’entrée des armes promises.Boudiaf et Ben M’hidi se déplacent entre
    le Maroc et l’Egypte en vue de prospecter le marché des armes et
    organiser leur envoi en Algérie.Abbane, libéré en janvier 1955 après 5
    ans de détention, regagne son village natal de Azzouza en Kabylie.
    Là, il est contacté par Krim et Ouamrane.Bitat est arrêté le 23 mars
    1955. Ouamrane prend la relève à la tête de la zone IV et confie, en
    accord avec Krim, la responsabilité d’Alger à Abbane.Une «direction»
    de fait s’impose avec Abbane, qui en devient l’âme, Krim, chef de la
    zone de la Kabylie et Ouamrane, chef de l’Algérois ; Ben Khedda est
    l’un des assistants de Abbane au début de 1956.Abbane impulse à cette
    direction un souffle nouveau ; elle devient la véritable direction
    nationale de l’Algérie, un centre de coordination entre les chefs de
    l’intérieur et entre ces derniers et ceux de l’extérieur.

    Une mobilisation considérable

    Abbane la transforme en plaque tournante du FLN, vitrine de la lutte
    pour l’indépendance. Par les tracts qu’il rédige, il lance des mots
    d’ordre et des proclamations qui ont des répercussions au-delà des
    frontières. Sa devise était : «La libération de l’Algérie sera
    l’oeuvre de tous les Algériens, et non pas celle d’une fraction du
    peuple algérien quelle que soit son importance.» Autour de lui se
    forme une équipe qui réalise un travail de mobilisation et de
    propagande considérable aussi bien en direction de la population
    musulmane qu’envers les libéraux et les progressistes de la population
    européenne.Vis-à-vis de la population musulmane, il déclenche une
    dynamique d’union nationale qui se solde entre l’automne 1955 et le
    printemps 1956 par l’adhésion au FLN des membres du Comité central du
    PPA-MTLD et de leurs partisans (les «centralistes») , de l’UDMA de
    Ferhat Abbas, de l’Association des Ulémas de Bachir Brahimi, ce qui
    élargit les assises du Front, son champ d’intervention et isole les
    messalistes avant de les marginaliser totalement sur le territoire
    national ; cependant, ils restaient majoritaires en France où une
    lutte sanglante et meurtrière était engagée entre leur parti : le MNA
    et le FLN ; l’enjeu en est l’émigration algérienne forte de 300 000
    âmes, d’où ils envoient fonds et instructions à leurs maquis encore
    actifs à Alger-ville, en Kabylie et dans le Sud du pays. Le PCA
    (Parti communiste algérien) a éclaté à cause de sa composition mixte
    formée d’Européens et d’Algériens et de sa sujétion au PCF (Parti
    communiste français) allié au parti socialiste de la SFIO de Guy
    Mollet au sein du Front républicain qui accédera au gouvernement en
    mars 1956.Alger servira de base logistique non seulement à l’Algérois
    et à la Kabylie toute proche, mais à toute l’Algérie : médicaments,
    argent, effets militaires y sont collectés et acheminés dans toutes
    les régions sans distinction.On assiste alors à une accélération de
    l’intégration des catégories socioprofessionnelles : juillet 1955,
    création de l’UGEMA, 24 février 1956, création de l’UGTA qui vient
    remplir le vide laissé par la CGT (Confédération générale des
    travailleurs) d’obédience CGT française, l’UGCA (Union générale des
    commerçants), 19 mai 1956, appel à la grève des étudiants lancée par
    l’UGEMA qui mobilise la jeunesse des lycées et de l’université
    contribuant ainsi à enrichir le maquis.Les étudiants et les quelques
    intellectuels qui avaient adhéré au Front posaient déjà des questions
    d’ordre idéologique : nature de l’Etat algérien indépendant, réforme
    agraire, problèmes sociaux et économiques, stratégie de la guerre,
    etc.En dehors des tracts et des communiqués paraissant
    occasionnellement, le FLN ne disposait pas encore d’un journal pour
    propager ses idées, s’affirmer sur le plan public, faire connaître son
    point de vue sur les événements, relater les exploits de l’ALN,
    dénoncer les massacres et les tortures de la police et de l’armée
    françaises.Abbane créa d’abord une commission dont le résultat se
    traduira par l’élaboration du «Projet de la Plate-forme de la
    Soummam».En juin 1956, paraît El Moujahid, organe central du FLN,
    entièrement composé, tiré et diffusé par des militants d’Alger. Il
    sera diffusé non seulement en Algérie, mais parmi l’émigration
    algérienne en France, en Tunisie, au Maroc et au Caire. Il fera
    connaître les positions officielles du FLN dont il augmentera
    considérablement l’audience.Vient s’ajouter à cette dimension
    médiatique, Kassamene, l’hymne du grand poète nationaliste Moufdi
    Zakaria, qui va galvaniser les moudjahidine et le peuple dans le
    combat pour l’indépendance.A Alger commencent à défiler alors les
    journalistes internationaux pour leur reportage aussi bien en ville
    que dans les maquis.Parallèlement, se poursuivait, grâce à un noyau de
    militants d’Alger l’encadrement de la population, dans une structure
    spécifique : la Zone autonome d’Alger avec ses deux volets :
    politique et militaire. Mais l’obstacle majeur dans la lutte pour
    l’indépendance demeure la minorité européenne forte d’un million
    d’habitants sur les 10 que comptait alors le pays , ce qui avait fait
    de l’Algérie une colonie de peuplement « l’Algérie française » dont
    ils détenaient les rênes du pouvoir. La Révolution grandissante
    inquiète ce bloc raciste et colonialiste qui commence à se fissurer.
    Des individus et des groupuscules appartenant aux trois confessions
    catholique, protestante et juive (catholique surtout), émus par les
    massacres de civils musulmans, prennent position contre la répression.
    Cependant, la grande majorité reste fidèle à l’armée et au
    gouvernement de Paris.En FranceEn France, l’Algérie est devenue la
    première préoccupation du gouvernement et de l’opinion publique.En
    mars 1956, le Front républicain socialo-communiste a remporté les
    élections législatives et Guy Mollet, chef de la SFIO, est porté au
    pouvoir. Grâce aux «pouvoirs spéciaux» votés par la nouvelle
    Assemblée, le gouvernement de gauche augmente le potentiel répressif
    de son armée. De 200 000 hommes en 1956, l’effectif de cette dernière
    va être doublé et porté à 400 000. En même temps, Guy Mollet lance
    son triptyque : cessez-le-feu, élections, négociations. Son idée
    était d’obtenir la reddition de l’ALN. Après quoi, il organiserait
    des élections en vue de dégager des «élus» avec lesquels il
    «négocierait». Un moyen d’imposer une solution militaire. Pour le
    FLN, il n’y avait pas d’autres perspectives que la guerre.Les maquis
    avaient fini par faire leur jonction. Cependant des conflits
    frontaliers éclataient à l’exemple de celui de la zone II s’opposant à
    la base de l’Est pour le contrôle de la bande frontalière de
    Tunisie.Dépassements, encadrement déficient, structures différentes
    d’une zone à l’autre caractérisaient l’ALN. Son extension dépendait
    étroitement de l’armement et les promesses faites de l’extérieur ne se
    réalisaient pas. C’est en se rendant au Caire que Ben Boulaïd fut
    arrêté à la frontière tuniso-libyenne, et c’est pour armer les
    djounoud que Zighoud Youcef lança sa fameuse opération du 20 août
    1955.A l’ONU, lors de la session de 1955, les délégués arabes ont
    tenté d’inscrire la «Question algérienne» à l’ordre du jour. Elle fut
    rejetée par la majorité acquise à la France et ses alliés.L’attitude
    des gouvernements arabes, bien que favorable à l’Algérie,
    particulièrement de celui de l’Egypte, est sujette à des fluctuations
    sous la pression de la France qui monnaie son aide économique et
    financière. Le porte-parole du FLN à la radio Sawt el Arab
    Abderrahmane Kiouane, libre jusque-là dans ses interventions, est
    censuré. Le danger est grand de voir la Révolution algérienne
    instrumentalisée par Djamel Abd-Ennasser qui jouit d’un immense
    prestige auprès des masses arabes du Golfe à l’Atlantique et dont il
    ambitionne le leadership.Le colonel Fethi Dhib, l’un des responsables
    des services spéciaux du Raïs, man’uvre dans ses rapports avec les
    membres de la délégation extérieure où il privilégie Ben Bella. Un
    gros problème se posait à la direction du FLN partagée entre Alger et
    Le Caire, celui des positions officielles sur telle ou telle question
    pesant sur le cours de la Révolution: ainsi l’ouverture des
    négociations qui pouvaient ébranler la cohésion politique du FLN et
    semer la division, cette maladie mortelle des révolutions. Jusqu’ici,
    l’identité de formation des dirigeants tous issus du même parti : le
    PPA-MTLD, avait empêché l’éclatement. Mais le danger pouvait survenir
    devant les initiatives de la France.

    L’absence d’une direction nationale

    Déjà des dissonances apparaissaient entre Abbane qui affirmait : «Pas
    de négociations sans la reconnaissance préalable par la France de
    l’indépendance algérienne», alors que de son côté Khider au Caire
    parlait d’«Assemblée nationale constituante».La France ne se privait
    pas d’exploiter ces contradictions. Et quand les journalistes
    posaient aux officiels français la question des «négociations»,
    ceux-ci répondaient invariablement «Avec qui?», se contentant de
    parler de «fait national algérien», de «table ronde» destinée en
    réalité à noyer le FLN dans un ensemble de partis sans
    représentativité : MNA, PCA et autres formations et personnalités
    musulmanes et européennes. S’il existait des commandements à
    l’échelle zonale, si au Caire la délégation extérieure assurait avec
    plus ou mois d’efficacité la représentation du FLN, par contre, il
    n’existait pas une direction centrale coordonnant les activités du
    FLN, politiques et militaires, nationales et internationales, obéie de
    tous, constituant une autorité en mesure de se poser en interlocuteur
    valable vis-à-vis de l’adversaire, porte-parole de la Révolution et du
    peuple algérien.A un moment donné il fut question d’une direction de
    «12» membres: 6 de l’intérieur (Ben Boulaïd, Zighoud, Krim, Bitat,
    Abbane, Ouamrane) et 6 de l’extérieur (Ben M’hidi, Ben Bella, Aït
    Ahmed, Khider, Debbaghine, Boudiaf).Un des sujets de discorde, qui ne
    cessait de tendre les rapports entre Alger et Le Caire, c’était les
    éléments envoyés d’Alger pour représenter le FLN sur la scène
    internationale et qui étaient contestés par ceux du Caire :
    Debbaghine, Ferhat Abbas, Kiouane, Tewfik El Madani.Cependant, dans
    chacune de ces lettres au Caire, Abbane revient à la charge sur la
    question des armes où il parle de «carence». C’est pour tenter de
    régler tous ces problèmes politiques, militaires et autres et désigner
    la direction officielle du FLN absente de la scène politique depuis 2
    ans qu’Abbane finit par prendre l’initiative de s’adresser aux chefs
    de maquis en vue d’une rencontre. Il avait déjà l’accord de Krim
    (Kabylie), Ouamrane (Algérois); il n’arrive pas à joindre Ben Boulaïd,
    évadé de la prison de Constantine depuis novembre 1955 et dont il
    était sans nouvelles. A Youcef Zighoud (Nord Constantinois) il
    délègue Saâd Dahlab pour en savoir davantage ; et c’est ainsi que le
    futur négociateur d’Evian inaugure son activité «diplomatique» au FLN.
    Concernant la réunion des chefs du FLN, il y avait identité de vue
    entre Zighoud et Abbane. Les éléments qui étaient à l’extérieur sont
    également touchés par ce dernier: Aït Ahmed, Ben Bella, Ben M’hidi,
    Boudiaf. Seul Ben M’hidi qui avait déjà pris la décision de rentrer
    le fera et sera à Alger en mai 1956. On ne connaît pas exactement les
    motifs pour lesquels les autres membres qui étaient à l’extérieur
    n’ont pas suivi l’exemple de Ben M’hidi. b) Les décisions du Congrès

    CNRA et CCE

    Le Congrès se réunit à Ifri-Ighzer Amokrane, sur la rive gauche de la
    Soummam, à quelques kilomètres d’Akbou, le 20 août 1956. Le
    procès-verbal de la première séance donne la liste des présents. «Les
    membres présents étaient :- BEN M’HIDI, représentant de l’Oranie
    (président de Séance),- ABBANE, représentant le FLN (secrétaire de
    séance),- OUAMRANE, représentant de l’Algérois,- KRIM, représentant de
    la Kabylie,- ZIROUd, représentant du Nord constantinois,- BENTOBBAL,
    adjoint de Zirout.Membres absents :- BEN BOULAID, représentant des
    Aurès-Nemenchas,- SI CHERIF, représentant du Sud (excusé après avoir
    adressé son rapport à la réunion).» 1Comme on le voit, le Congrès se
    réduit à six membres. En dehors des séances, chacun se retrouvait
    avec d’autres éléments de sa zone : Ali Kafi, Mostefa Ben Aouda et
    Brahim Mezhoudi avec Zighoud et Ben Tobbal ; Saïd Mohammedi et Aït
    Hamouda Amirouche avec Krim (zone III) ; Déhilès, Si M’hammed
    Bouguerra et Ali Mellah (Si Chérif) avec Ouamrane (zone IV). Chaque
    chef de zone présenta un état de la situation : effectif des
    moudjahidine, armement état d’esprit des combattants et de la
    population.Le Congrès procéda à la désignation des organes de
    direction de la Révolution : -CNRA (Conseil national de la Révolution
    algérienne) et – CCE (Comité de coordination et d’exécution). Le
    CNRA, direction suprême, joue le rôle de parlement du FLN : Assemblée
    législative, symbole de la souveraineté nationale, elle prend les
    décisions d’orientation politique, militaire, économique et sociale.
    Elle désigne l’exécutif: le CCE. Le CNRA engage des négociations
    avec l’adversaire, se prononce sur la guerre et la paix. Le CNRA
    désigné par le Congrès de la Soummam se composait de 34 membres: 17
    titulaires et 17 suppléants (voir tableau ci-dessous).Le problème
    crucial de l’armement revenait sans cesse dans les débats et le bilan
    de la délégation extérieure fut jugé négatif. Le Congrès se résolut à
    la seule décision révolutionnaire : prendre les armes là où elles
    étaient, c’est-à-dire chez l’ennemi.Des décisions importantes furent
    prises concernant l’ALN: limites territoriales des wilayate,
    hiérarchisation, organisation en unités depuis le demi-groupe composé
    de 4 combattants dirigés par un caporal jusqu’au bataillon qui compte
    350 combattants dirigés par le colonel de la wilaya.En vue d’humaniser
    la guerre, furent strictement interdits l’égorgement, l’exécution des
    prisonniers de guerre, la mutilation des cadavres. Deux principes
    fondamentaux furent votés : primauté du politique sur le militaire et
    primauté de l’intérieur sur l’extérieur.

    La plate-forme de la Soummam

    La plate-forme de la Soummam analyse la situation politique 20 mois
    après le déclenchement de l’insurrection, fixe les objectifs à
    atteindre et les moyens d’y parvenir. En outre, elle pose le problème
    des négociations et les conditions de cessez-le-feu qui serviront de
    base, cinq ans plus tard, aux négociateurs d’Evian :II) Cessez-le-feuC
    o n d i t i o n s :a) politiques :1°) – Reconnaissance de la nation
    algérienne indivisible.Cette clause est destinée à faire disparaître
    la fiction colonialiste de «l’Algérie française». 2°) -
    Reconnaissance de l’Indépendance de l’Algérie et de sa souveraineté
    dans tous les domaines, jusque et y compris la défense nationale et la
    diplomatie.3- Libération de tous les Algériens et Algériennes
    emprisonnés, internés ou exilés en raison de leur activité patriotique
    avant et après l’insurrection nationale du 1er Novembre 1954.4-
    Reconnaissance du FLN comme seule organisation représentant le peuple
    algérien et seule habilitée en vue de toute négociation. En
    contre-partie le FLN est garant et responsable du cessez-le-feu au nom
    du peuple algérien.b) militaires :Les conditions militaires seront
    précisées ultérieurement.(Extrait de la Plate-forme du Congrès de la
    Soummam.)Contre la propagande de la France qui accusait le FLN d’être
    au service d’une puissance étrangère, la Plate-forme de la Soummam est
    catégorique : «La Révolution algérienne est un combat patriotique
    dont la base est incontestablement de caractère national, politique et
    social. Elle n’est inféodée ni au Caire, ni à Londres, ni à Moscou,
    ni à Washington». L’allusion au «Caire» déplut fortement à Fethi Dhib
    et bien sûr à Abd-Ennasser qui voulait se faire passer pour le «tuteur
    de la Révolution algérienne». Certes il n’y a pas eu de doctrine mais
    un effort pour combler le vide idéologique et politique existant : ce
    n’était qu’une plate-forme. Elle ne pouvait que fixer les objectifs
    stratégiques de la guerre et les moyens d’y parvenir, notamment les
    conditions du cessez-le-feu. Son mérite aura été d’avoir fourni aux
    militants et aux cadres du FLN, à l’extérieur comme à l’intérieur, des
    repères d’orientation clairs et précis pour la poursuite du combat.
    Le principe de la nation algérienne, partie intégrante du Maghreb
    arabe, fut solennellement rappelé.Vis-à-vis de la minorité européenne
    le droit d’opter pour la nationalité algérienne fut reconnu à titre
    individuel et sur demande de l’intéressé. Ce qui a honoré la
    Révolution algérienne, c’est qu’il n’y a jamais eu de pogrom
    anti-juif. Le boycott des commerçants juifs fomenté par des
    provocateurs dès le début de la Révolution fut étouffé dans l’oeuf par
    le FLN. Pas de profanation de synagogues, ni d’églises, ni de temples
    protestants au cours des 7 années et demi de guerre, malgré la
    participation active de la majorité d’entre eux à la répression. La
    Plate-Forme de la Soummam a fait connaître au monde le visage d’une
    Algérie luttant pour une cause juste, dépourvue de chauvinisme et de
    haine raciale, ouverte à tous ses habitants, y compris aux
    non-musulmans, tournée vers l’avenir.

    Les insuffisances du Congrès

    Il y a eu d’abord les absences : celle de la wilaya des
    Aurès-Némencha et celle du chef de la base de l’Est, Amara Bouglez,
    qui alimenteront l’opposition au Congrès. Boussouf, l’adjoint de Ben
    M’hidi à la tête de la Wilaya V et qui en assurait l’intérim, reprocha
    à Ben M’hidi d’avoir engagé la wilaya sur des questions impliquant
    l’avenir du pays, alors qu’il aurait été délégué uniquement pour «des
    questions d’ordre organique et de coordination».Ben Bella contestera
    la présence de «certaines personnalités» au CNRA («centralistes»,
    UDMA, les Ulémas), la primauté de l’intérieur sur l’extérieur et la
    primauté du politique sur le militaire. Cet avis fut partagé par
    d’autres membres de la délégation extérieure. L’évaluation précise de
    la situation militaire n’a pas été faite. L’on se contenta de dresser
    le bilan de chaque wilaya en armes, hommes, finances, sans étude de
    l’ensemble des forces en présence, algériennes et françaises,
    d’étudier le problème de la guérilla et son évolution. La grande
    préoccupation des maquisards et du Congrès était de se procurer des
    armes et d’étendre le conflit à tout le territoire. On était à la
    veille d’une guerre d’extermination. L’élaboration d’une stratégie
    militaire dans ces conditions était impossible ; les congressistes
    n’avaient pas une vision claire des étapes à parcourir. On ne pouvait
    exiger de ces maquisards poursuivis à mort par l’armada française et
    la multitude de ses services de renseignements et d’espionnage
    d’accomplir des prouesses. Leur mérite a été de se réunir en pleine
    guerre, au milieu de mille dangers, et d’avoir fondé une légalité
    révolutionnaire qui durera jusqu’à l’indépendance et qui servira par
    la suite de fondement aux institutions de l’Etat algérien. Et le rôle
    de Abbane a été là, il faut le reconnaître, prédominant. Le Congrès a
    doté la Révolution d’une autorité nationale: le CNRA et d’un organe
    suprême d’exécution: le CCE. Ce ne sont pas les congressistes de la
    Soummam qui ont étudié et adopté le texte de la «Plate-forme de la
    Soummam». Il en confièrent la tâche au CCE. Celui-ci lui consacra
    plusieurs séances à Alger et procéda à sa publication le 1er novembre
    1956 non sans avoir envoyé un exemplaire du procès-verbal à la
    Délégation extérieure du FLN.L’éventualité du «gouvernement
    provisoire» fut laissée à l’initiative du CCE.Lorsque le Congrès de la
    Soummam définit à Alger le statut de «Zone autonome» il tient compte
    de sa situation spécifique : zone du fait de son exiguïté
    territoriale, wilaya à part entière de par son potentiel humain, la
    qualité de ses cadres et les objectifs qui lui étaient assignés par la
    Révolution. Sur 700 000 habitants que comptait le Grand-Alger, plus
    de la moitié était d’origine algérienne embrigadées dans les
    structures du FLN. La Casbah, à elle seule, comptait 80 000
    habitants.

    II La Zone autonome d’Alger

    La ZAA a fonctionné comme telle. Aux yeux du CCE, de par son
    importance stratégique sur l’échiquier national, de par la portée
    psychologique nationale et internationale de ses interventions, de par
    son rôle de caisse de résonance de la Révolution, elle était
    considérée comme une wilaya, et même un peu plus, elle était la wilaya
    du CCE lui-même.Jusqu’à début 1956, l’organisation FLN d’Alger était
    structurée en réseaux politico-militaires qui, parfois, se
    chevauchaient et se concurrençaient. Tous ces réseaux gravitaient
    autour de Krim et surtout de Ouamrane et de Abbane, ce dernier secondé
    par Ben Khedda.Parmi les plus importants de ces réseaux, citons :- les
    réseaux Lakhdar Rebbah, Mohammed Ben Mokaddem et Rachid Amara, – le
    réseau Hachemi Hammoud et Hachemi Touati,- le réseau Ahcène Laskri et
    Ben Mohammed Hammada,- le réseau Ahmed Chaïb (Ahmed Loghrab), – le
    réseau Cherif Debbih,- le réseau Arezki Bouzrina (Hdidouche) et Ahmed
    Ghermoul, le réseau Mustapha Fettal et Belkacem Bouchafa.Toutes les
    têtes de file de ces réseaux ont été des adjoints de Abbane. A partir
    de mars-avril 1956, l’organisation d’Alger est restructurée en trois
    régions ; les anciens réseaux étaient dissous et leurs membres
    intégrés au sein de ces régions. L’opération de restructuration
    confiée à Brahim Chergui à cette date durera jusqu’à août-septembre
    1956.En septembre 1956, l’organisation algéroise du FLN prend la
    nouvelle dénomination de «Zone autonome d’Alger», avec toutes les
    prérogatives d’une wilaya.Siège du CCE, la ZAA est sous l’autorité
    statutaire du CCE. Trois des membres de ce dernier en supervisent
    désormais les activités : Abbane, Ben M’hidi et Ben Khedda.Sur le
    plan organisationnel, la ZAA se composait de deux branches distinctes,
    mais complémentaires : La branche militaire, dont le suivi des
    activités est confié à Ben M’Hidi: formée de groupes et de commandos
    de fidaïne, auxquels s’ajouteront à partir de l’été 1956 les «réseaux
    bombes». La branche militaire a été dirigée successivement pa :
    (Mustapha Fettal (octobre l 955-mars 1956), (Belkacem Bouchafa (avril
    1956- août1956), (Yacef Saâdi (août1956- septembre 1957).Avant le
    Congrès de la Soummam, la branche militaire activait sous l’autorité
    directe d’Ouamrane, lequel était, de la sorte, le responsable
    hiérarchique de Fettal, puis de Bouchafa.A la fin de 1956,
    l’état-major de la branche militaire était constitué comme suit : -
    Responsable : Yacef Saâdi ; Adjoint: Ali Amar (Ali La pointe)-
    Région I: Abderrahmane Arbadji ; Adjoint: Hadj Othmane
    (Kamel)-Région Il : Hammoud Ader,Adjoint : Ahcène Ghandriche,-
    Région III : Omar Bencharif (Hadj Omar),Adjoint: Boualem
    Benabderramane (Abaza).La branche politique, confiée à Brahim Chergui
    était sous la supervision directe de Abbane et de Ben Khedda ; grosso
    modo, elle couvrait trois types d’activités :Le travail
    politico-idéologique: diffusion des mots d’ordre du FLN, de sa
    littérature, de ses tracts ; encadrement psychologique des populations
    afin de les rendre perméables à la «mystique du Nidham», c’est-à-dire
    la toute-puissance de l’organisation en tant que symbole et autorité
    morale du FLN, appuyée sur d’autres organisations à caractère social,
    culturel, économique (UGTA, UGCA, UGEMA?).- Le travail
    politico-administratif: encadrement «physique» de la population, sa
    sensibilisation aux directives du FLN, mise en place des bases
    minimales d’un contre-pouvoir et d’une contre-administration
    permettant la symbiose permanente entre le peuple et l’organisation,
    collecte de l’impôt patriotique, recensement des refuges, etc.,-
    Enfin, une mission spéciale de renseignement et de police politique,
    ce qui confère à la branche politique de la ZAA un caractère plutôt
    politico-militaire que seulement politique, au sens traditionnel de ce
    terme.La branche politique créée fin octobre 1956 par le CCE disposait
    de ses propres groupes de fidaïne. On les appelait aussi «groupes
    d’intervention» pour bien marquer la différence avec les «groupes
    armés» qui, eux, relevaient de la branche militaire.A la veille de la
    grève des huit jours (29 janvier – 5 février 1957), l’état-major de la
    branche politique se composait comme suit :-Responsable: Brahim
    Chergui-RégionI : Akli Ziane (Ouakli) ou encore Hachemi Hammoud (Si
    Hocine), Adjoint :Sadek Keramane et Abderrahmane Naït Merzouk, -
    Région II : Hachem Malek,Adjoints: Mahmoud Messaoudi et Toufik
    Bensemane.-Région III : Bellouni Si El-Mahfoud, Adjoints: Rachid
    Benrahmoune et Mohammed Sahraoui. Les membres des réseaux «bombes»,
    une quarantaine, formaient les unités d’élite dans ce dispositif.Après
    la grève des huit jours, les deux branches démantelées de la ZAA sont
    reprises en main par Yacef qui deviendra, ainsi, seul chef de la zone.
    Il rassemblera sous son autorité les deux branches et cela jusqu’à son
    arrestation en septembre 1957. L’épopée de la première zone autonome
    prendra fin, début octobre 1957, avec le dynamitage du réduit où
    s’étaient barricadés Ali Amar et ses derniers compagnons. Construite
    sur le modèle pyramidal, la ZAA était composée d’environ 12 000 hommes
    répartis en 3 régions, chacune gérée par 2 branches : militaire et
    politique.La branche militaire comportait 2 à 3 groupes par quartier,
    hormis la Casbah avec ses 80 000 habitants qui, elle, servait de base
    à une dizaine de groupes évoluant entre 40 et 50 éléments. C’était le
    vivier où puisait constamment l’organisation pour le recrutement des
    militants, des moudjahidine et des fidaïne. Ces derniers sans attache
    à un groupe particulier, formaient une espèce de réserve d’une
    cinquantaine d’hommes par région.Branche militaire et branche
    politique formaient un outil qui, avec ses attentats quotidiens,
    marquait une présence percutante où chaque action perpétrée à Alger
    avait une portée décuplée par ses effets démoralisateurs sur la
    population européenne : le moindre acte «terroriste» était fortement
    médiatisé et les actions particulièrement dévastatrices sur le plan
    psychologique et moral. On avait affaire à des militants instruits,
    formés, issus pour la plupart des rangs du PPA-MTLD. C’était l’ALN de
    la ville, différente de l’ALN de la montagne ou de la plaine. Le CCE
    avait ouvert dans la guerre avec la France un front urbain, le seul
    qui mobilisa dans la capitale une bonne douzaine de régiments de
    l’ennemi et qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde. La
    présence du CCE, installé parmi la population musulmane, quelque part
    à Alger (en réalité en plein quartier chic européen du Télemly) était
    un gage de garantie et de confiance pour les combattants. Par leurs
    actions individuelles et collectives dans un cadre strictement urbain,
    les moudjahidine jetaient le discrédit sur les autorités et leur
    crédibilité et révélaient l’impuissance de la France à maintenir
    l’ordre en Algérie, fût-ce à sa porte, malgré une armée suréquipée et
    plus nombreuse, provoquant chez la population européenne un syndrome
    de l’isolement, la poussant à un repli sur elle-même, en vérité vers
    son origine, en direction de la métropole. Telle fut la Zone autonome
    d’Alger qui fit d’Alger dans les années 1956-1957 la capitale de
    l’Algérie en guerre et où Abbane et son équipe jouèrent un rôle
    déterminant.

    III Le personnage de Ramdane Abbane

    Comme tous les grands personnages de l’histoire, Abbane a eu ses
    détracteurs, qualifié par eux, tantôt de «régionaliste», hostile à
    «l’arabo-islamisme», tantôt d’«autoritariste», voire par certains
    d’«agent de l’ennemi», de «traître» même. Avant de répondre à ces
    accusations, disons un mot sur son itinéraire. Ayant obtenu son
    baccalauréat en 1942 au Collège colonial de Blida (l’actuel lycée
    Ibnou Rochd), Abbane trouva un emploi à Chelghoum El-Id (ex
    Châteaudun-du-Rhumel) comme secrétaire de commune mixte. Il le
    sacrifiera aussitôt pour s’engager résolument dans le PPA, le seul
    parti à revendiquer l’indépendance. En 1950, chef de la wilaya d’Oran
    et membre du Comité central du PPA-MTLD, il est arrêté pendant la
    grande répression de l’OS, branche armée de ce dernier (le rôle du
    chef de wilaya était de situer dans l’organisation politique les
    éléments aptes à la lutte armée et de les verser à l’OS). Il est
    transféré d’une prison à l’autre, en Algérie et en France, et libéré
    après 5 ans de détention, en janvier 1955, souffrant d’un ulcère à
    l’estomac consécutif à ses nombreuses grèves de la faim. Il a
    beaucoup lu au cours de sa détention. Lorsque Krim et Ouamrane
    viennent lui rendre visite à sa sortie de prison et lui exposer la
    situation qu’ils vivaient, il est consterné par l’extrême faiblesse
    des moyens de la Révolution et l’insuffisance des cadres maquisards
    qui, malgré leur courage à toute épreuve et leur mépris de la mort
    étaient marqués par l’illettrisme et l’analphabétisme, un sérieux
    handicap pour mener la guerre et conduire des milliers d’hommes et de
    femmes dans le chemin de l’indépendance. Mais cela ne le décourage
    nullement et il se jette corps et âme dans la bataille, décidé à
    offrir le meilleur de lui-même. D’où sa démarche d’ouvrir les portes
    du FLN à tout Algérien désireux de servir la patrie et de rechercher
    des militants formés et compétents qui manquaient cruellement à la
    Révolution. Il s’était vu confier la responsabilité d’Alger-ville par
    Krim et Ouamrane. Fidèle à sa politique d’union nationale, il fit
    appel aux «centralistes» et aux éléments de l’UDMA et de l’Association
    des Ulémas dont certains seront désignés par le Congrès de la Soummam
    au CNRA. Il s’agit de la présence à cet organisme des «Centralistes»
    (Aïssat, Dahlab, Ben Khedda, Yazid, Mehri, Louanchi, Temmam), des
    éléments de l’UDMA (Abbas, Francis) et de l’association des Ulémas (
    Tewfik el Madani et Brahim Mezhoudi).Dans une lettre au CCE, Ben Bella
    écrit:«Ces décisions (celles générales du Congrès de la Soummam) ont
    été en outre, assorties d’autres décisions consacrant la présence
    d’éléments au sein des organismes dirigeants du Front, qui sont une
    véritable aberration des principes les plus intangibles de notre
    Révolution, et qui, si on y prend garde, finiraient, je pèse les mots,
    à lui faire tordre une fois pour toutes le cou.» (Mohammed Harbi, Les
    archives de la Révolution, page 168).Dans l’esprit de Abbane et des
    congressistes de la Soummam, la présence de ces éléments est le reflet
    de la société algérienne avec ses différentes composantes et
    sensibilités qu’il s’agit de récupérer à travers les tendances qu’ils
    représentent et de les engager résolument dans la guerre pour
    l’indépendance.Le CNRA, c’est le parlement du FLN où la majorité des
    membres, 30 sur 34, appartient à l’ex-PPA-MTLD, véritable Assemblée
    législative qui définit l’orientation et la politique du FLN, la seule
    autorité engageant les négociations avec l’adversaire et habilitée à
    proclamer le cessez-le-feu. Abbane est logique avec lui-même. Pour
    lui il n’y a point de salut en dehors de l’union nationale et sans le
    rassemblement aussi large que possible des forces nationales du pays.
    Dans les reproches faits au Congrès adressés à la direction du FLN par
    certains membres de la délégation extérieure, c’est surtout la
    présence au CCE de Ben Khedda et Dahlab qui est visée, «centralistes»,
    accusés d’avoir combattu le déclenchement armé du 1er Novembre 1954.
    Des «centralistes» devenus membres du CCE, habilités en outre à
    «contrôler les activités de nos organismes à l’intérieur et à
    l’extérieur», cela était insupportable pour les «chefs historiques»
    qui estimaient qu’eux seuls avaient le droit de diriger le FLN et la
    Révolution.En réalité, c’était Abbane qui était ciblé et dont la
    montée fulgurante donnait des cauchemars à certains?S’il y avait des
    reproches à faire contre la désignation au CCE des deux
    «centralistes», ce n’était pas uniquement à Abbane à les adresser mais
    aux 4 ou 5 colonels de wilaya présents au Congrès et qui avaient
    ratifié ce choix. 5 ans après, c’est à ce même Ben Khedda et à ce
    même Dahlab qu’il est fait appel en 1961, l’un pour être le deuxième
    président du GPRA, l’autre pour mener à bien les négociations avec la
    France. Et comme par hasard, l’appel est toujours adressé par des
    chefs militaires, les 3 colonels-ministres du GPRA. On rapporte que
    Youcef Zighoud, proposé membre du CCE, aurait refusé pour se consacrer
    entièrement à sa wilaya. Quant au principe de la primauté du
    politique sur le militaire, cela signifie que le FLN commande l’ALN et
    non l’inverse. Ce n’était pas une idée propre à Abbane mais à tous
    les congressistes de la Soummam. Elle a servi de base à toutes les
    révolutions triomphantes. Le mérite de Abbane a été de l’avoir fait
    partager à ses pairs et d’avoir tenté de la mettre à exécution.
    Appliquée de nos jours à l’Etat de droit, cette règle signifie que le
    civil commande le militaire et qu’au sommet de l’Etat le président de
    la République est le chef suprême des armées. N’est-ce pas là le mal
    qui ronge l’Etat algérien depuis l’indépendance et qui nous a conduit
    à la tragédie actuelle? Abbane «régionaliste»? Abbane et les
    congressistes de la Soummam dans une lettre adressée à la Fédération
    de France du FLN en pleine guerre ont sévèrement condamné les éléments
    «berbéristes, messalistes et autres contre-révolutionnaires qui
    continuent leur travail de sape et de division au sein de l’émigration
    algérienne» (Voir le livre d’Anne-Marie Louanchi, Parcours d’un
    militant paru récemment aux éditions Dahlab). Bien que francophone de
    formation, il a toujours soutenu et défendu le principe de l’identité
    algérienne rattachée à la culture arabo-islamique telle qu’elle avait
    été définie dans le PPA-MTLD son école de militantisme, en opposition
    à la théorie colonialiste de «l’Algérie française» ou celle de
    «l’Algérie, nation en formation». Bien que non pratiquant, il a
    toujours observé le plus grand respect envers ses compagnons d’armes
    quant à leur foi et leur piété musulmanes. Ce qui lui importait avant
    tout, c’était l’unité de tous les Algériens sans distinction qui,
    seule, pouvait libérer l’Algérie de la domination coloniale. Si la
    victoire de l’indépendance a été possible, c’est en grande partie
    grâce à cette unité du peuple qui a opposé un front uni à
    l’adversaire.

    Abbane «autoritariste»?

    Mais Abbane n’était pas seul. Il avait toute une équipe autour de lui
    menant des activités diverses et où chacun avait un secteur
    particulier : organisation, finances, logistique, milieu européen,
    avocats, liaisons. Lorsque nous étions à Alger, nul protocole
    n’existait entre nous. Nous étions à la même enseigne. Aucun n’avait
    le pas sur l’autre. Nous courions tous le même danger : celui de
    tomber entre les mains des paras de Massu-Bigeard et l’arrestation
    était suspendue au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès.
    Mais il y avait une entente tacite, une espèce de modus vivendi qui
    consistait à faire confiance à Abbane et à lui reconnaître le
    leadership parce que c’était un homme de décision, un animateur, un
    coordonnateur. C’était lui qui assurait la correspondance avec les
    wilayate, les Fédérations de France, de Tunisie et du Maroc et la
    délégation extérieure. Le CDE alors était homogène.C’est à la sortie
    du CCE du territoire national que les choses changent, sortie décidée
    par les 4 membres restants, y compris Abbane, après la mort de Ben
    M’hidi. Une sortie lourde de conséquences, loin du terrain propre de
    la lutte, dans l’exil propice aux complots, aux coups bas, aux
    man’uvres de toutes sortes et qui sera fatal à Abbane. Son grand
    défaut a été son tempérament. Abbane était entier. Chez lui point de
    nuances. Il lui arrivait d’exploser, d’entrer dans une violente
    colère lorsqu’il s’apercevait d’une anomalie, d’un défaut, d’un abus,
    quitte à faire à son auteur des observations en pleine figure, parfois
    blessantes et publiques. «Tu ne comprends rien», avait-il dit un jour
    à l’un de ses pairs, membre du CCE. Un autre, il le traita de
    «fasciste». Une fois qu’il avait «vidé son sac», il se reprenait. Il
    n’était pas vindicatif ni rancunier. Qui peut se vanter parmi ceux
    qui ont exercé des responsabilités au cours de la guerre de libération
    d’avoir été «démocrate» et de n’avoir pas pris parfois des décisions
    «absolutistes». Les événements imposent souvent d’en prendre sur le
    champ et Abbane en a pris. Cependant, avec tout le respect et la
    considération que nous devons à la mémoire de Abbane, à l’oeuvre qu’il
    a accomplie et à la contribution qu’il apporta à la cause de
    l’indépendance, nous ne devons pas tomber dans le «culte du héros», le
    «culte des morts» en honneur chez les peuples d’Occident qui érigent
    des statues et des stèles à leurs grands hommes. C’est là une
    pratique contraire à nos m’urs, à nos traditions nationales et à nos
    valeurs islamiques qui assimilent cette pratique à une forme de chirk,
    polythéisme tendant à associer le culte de Dieu l’Unique au culte de
    l’homme. Inspirons-nous de ses idées, mais n’allons pas jusqu’à
    l’adorer. Pour nous, Abbane est dans nos c’urs, et c’est en luttant
    pour le triomphe des idées qu’il a défendues que nous serons fidèles à
    sa mémoire, idées qui demeurent plus que jamais d’actualité dans notre
    Algérie souffrante: -la primauté du politique sur le militaire, -la
    primauté de l’intérieur sur l’extérieur (des problèmes internes sur
    les problèmes externes),-l’unité du peuple. Dans son livre paru
    récemment Ali Kafi fait parler des anciens chefs de la Révolution qui
    auraient lancé contre Abbane des accusations de «traître» «agent de
    l’ennemi» et autres «liens secrets». Ces chefs sont connus pour avoir
    été des adversaires et des rivaux de Abbane à la direction du FLN. A
    l’appui de ce qu’il avance, Kafi fait état d’affirmations plus ou
    moins vagues sans fournir des preuves tangibles : les personnes
    impliquées dans cette «trahison», leurs lieux de rencontre, les dates,
    les décisions prises et autres faits concrets. Les arguments de
    l’auteur sont loin d’être convaincants. Alors que l’Algérie se débat
    dans les convulsions d’une tragédie sans nom, alors que la jeunesse
    algérienne est à la recherche de ses repères historiques, on ne peut
    s’empêcher de se poser la question suivante : quelle motivation a
    poussé Kafi, secrétaire de l’Organisation nationale des moujahidine à
    diffamer et à calomnier un symbole de la Révolution, connu pour son
    ‘uvre historique d’unification des forces nationales qui a permis la
    libération de l’Algérie. Il a poussé l’outrecuidance jusqu’à
    s’attaquer à un mort et salir sa mémoire, jouant par là un rôle peu
    glorieux et peu digne.

    B. B. *Titres et intertitres de notre rédaction (1) Le Sud c’était
    la wilaya VI.

    Liste des «22» du CRUA (juin 1954) -Mokhtar BADJI-Othmane Belouizdad
    -Ramdane BEN ABDELMALEK-Ben Mostefa BEN AOUDA – Mustapha
    BENBOULAID-Mohammed – Larbi BEN M’HIDI – Lakhdar BEN TOBBAL – Rabah
    BITAT – Zoubir BOUADJADJ-Slimane BOUALI-Ahmed BOUCHAIB-Mohammed
    BOUDIAF – Abdelhafid BOUSSOUF-Lyès DERRICHE-Mourad DIDOUCHE -
    Abdesselam HABBACHI-Abdelkader LAMOUDI-Mohammed MECHATTI-Slimane
    MELLAH -Mohammed MERZOUGUI-Boudjemaâ SOUIDANI-Youcef ZIGHOUD

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  13. http://www.bonjourdesougueur.unblog.fr Dit :

    ASSASSINATS DE ABANE RAMDANE ET DE KRIM BELKACEM
    2/1/2010

    ASSASSINATS DE ABANE RAMDANE ET DE KRIM BELKACEM
    Les révélations de Mehri
    22 Novembre 2009

    L’ancien secrétaire général du FLN ouvre une nouvelle brèche dans la réécriture de l’Histoire.Suite…

    L’ancien membre du CCE (Comité de coordination et d’exécution), Abdelhamid Mehri a affirmé que l’assassinat de Abane Ramdane a été une décision prise collectivement au sein des institutions de la Révolution, qui monopolisaient toutes les prérogatives relevant de l’exécutif, du législatif et du judiciaire. C’est la première fois qu’un responsable politique algérien fait une pareille déclaration qui a une double signification. D’abord, elle brise un tabou entretenu au plan officiel et selon lequel Abane Ramdane est tombé au champ d’honneur. Ensuite, il y a la reconnaissance d’une erreur collective. Est-ce un réel pas vers une vraie écriture de notre Histoire? «Les liquidations physiques durant la Révolution s’expliquent par une vision ou conception individuelles engendrées par une erreur fondamentale et majeure: les institutions de la Révolution embrassaient à la fois tous les pouvoirs dont le judiciaire», a déclaré hier l’ex-secrétaire général du FLN lors d’une conférence sur les institutions de la Révolution organisée au forum d’El Moudjahid. Même si Boussouf et Ben Bella, souvent cités par certains historiens, comme étant les instigateurs de cet assassinat, ils ne l’avaient pas fait de leur propre chef, car la décision relève d’une sentence institutionnelle. Toutefois, la vraie leçon n’était pas tirée de cette expérience selon M.Mehri «On a repris les mêmes erreurs après l’Indépendance; tout en transposant les mêmes schémas truffés des aspects négatifs de la Révolution, on a ignoré sciemment les aspects positifs», soulignera Abdelhamid Mehri. Toujours dans le volet des liquidations physiques, le conférencier suppose que l’élimination de Krim Belkacem est directement liée au fait «d’une justice à la carte», mise sous la coupe de l‘Exécutif ayant concentré tous les pouvoirs entre ses mains. A ce niveau également, c’est la première fois qu’un responsable politique, qui a occupé de hautes fonctions de l’Etat après l’indépendance, fasse pareille révélation qui, le moins que l’on puisse dire, est tonitruante.
    «Les mêmes erreurs sont reproduites actuellement, en ce sens que la justice n’est toujours pas indépendante», a encore ajouté l’ancien ministre des Affaires nord-africaines. La liquidation de Abane Ramdane, surnommé à juste titre le cerveau de la Révolution, fait couler encore beaucoup d’encre.
    Le mystère de cet assassinat n’a jamais été élucidé. Abane Ramdane dérangeait beaucoup de monde, c’est pour cela qu’il a été assassiné par ses pairs en février 1958, selon quelques révélations. Les idées qu’il a véhiculées ont été très mal comprises du fait qu’il était en avance, sur le plan intellectuel, sur sa génération, soutient-on encore. Auparavant, l’ancien Premier ministre, Belaïd Abdesselam, a évoqué l’assassinat du stratège du Congrès de la Soummam à l’occasion de la Journée du Moudjahid en expliquant que «Abane, vu sa forte personnalité et sa persévérance, commençait à s’imposer comme le leader de la Révolution, ce qui n’a pas été du goût de certains», ajoutant que «si Krim Belkacem et Ouamrane n’avaient pas donné leur accord, Abane n’aurait jamais été assassiné». Selon certaines informations, les colonels Bentobbal, Boussouf, et autres, avaient décidé de l’emprisonner au Maroc.
    De même que la liquidation du lion des djebels, Krim Belkacem, également présidant la délégation algérienne aux négociations d’Evian, relève d’un complot collectif selon les propos de plusieurs responsables politiques. En 1970, poursuivi par la haine de certains de ses frères de combat, il est assassiné, étranglé avec sa propre cravate dans une chambre d’hôtel à Francfort, en Allemagne.

    Mohamed BOUFATAH

    Source : http://www.lexpressiondz.com

    Tags : Krim Belkacem Abane Ramdane
    Catégorie : HISTOIRE D’ALGERIE – 1

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...