RSS

L’épée sociale par El-Guellil

13 octobre 2011

Contributions

Voilà une aire de stationnement qui manquait dans cet espace urbain. D’autant que dans ce quartier pas mal d’administrations, une banque, une prison, une clinique, un grand marché populaire et les boutiques spécialisées

dans les matériaux de construction. C’est vous dire un peu les voitures qui ferment tout en jour ouvrable. Des véhicules qui tournent en bourriques à la recherche d’un espace où garer les quatre roues de leur fortune. Cela n’a pas échappé aux zootorités locales qui ont décidé de grignoter sur le trottoir pour aménager un parking. Les mauvaises langues, comme à l’accoutumée, disaient «voilà encore une teghmissa dans la sauce mairie». C’est que pour nous, tout paraît louche. Tout chantier représente des dessous-de-table. C’est faux. Pour une fois cet aménagement s’imposait et son utilité était incontestable. Donc les macharkine el foum on s’en contrebalance.

De toute façon quoi que fasse l’autorité est entouré de voile de médisance. Ils ne sont jamais satisfaits. Tant mal que bien cet espace a été réalisé au grand bonheur des automobilistes. On attendait l’installation d’un mtargui pour racketter les automobilistes, mais rien ne fut. Pour la simple raison que dès son ouverture ce parking a été squatté par des vendeurs à la sauvette. Bien organisés. Au point où chacun d’eux connaissait son emplacement et l’espace qui lui était «affecté». Il se dit que c’est géré par une maffia qui loue les espaces et qui s’occupe de la sécurité et de l’ordre de ce désordre. Il se dit aussi que partout dans la ville il y a des bandes organisées qui s’occupent de la gestion de ces espaces. Soit sur les rues marchandes, soit dans les marchés. C’est ce qui explique qu’on trouvera des ambulants au seuil de magasins sans que les propriétaires des locaux ne disent mot. La peur des représailles est là et tous évitent de défendre leur parcelle de virilité. C’est la loi du plus fort, du laisser-faire… surtout ne pas bousculer l’ordre de l’anarchie, une autre anarchie peut être engendrée par l’interdit. Silence total. La paix sociale d’abord. On verra après.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...