RSS

“17 octobre 1961, 17 Bulles” de Benyoucef Abbas Kebir “Tragédie sur Seine” Par : Hana Mansaria

12 octobre 2011

1.LECTURE

 

Un ouvrage poignant contre l’oubli vient de paraître aux éditions Dalimen, et qui entre dans la commémoration du cinquantième anniversaire du 17 octobre 1961.

Cet événement, considéré comme l’une des plus grandes taches noires dans l’histoire, a été évoqué à travers le neuvième art. Réalisée par l’archéologue, musicien, illustrateur et bédéiste Benyoucef Abbas Kebir, la bande dessinée 17 Octobre 1961, 17 bulles, de 40 pages, revient sur cette page sombre de l’histoire. L’auteur exprime avec simplicité la douleur et les souffrances de cette tragédie qui hantent les mémoires après cinquante ans. Peint en noir et blanc, sur des textes à la portée de tous, le bédéiste fait revivre la soirée de ces Algériens massacrés par une horde de policiers à Paris. L’un des héros de ce jour emblématique, Mouloud, est fonctionnaire algérien et se prépare à sortir manifester pacifiquement avec des milliers de camarades. Dans son costume du dimanche, muni du drapeau national serré sous les bras, il rejoint en fin d’après-midi entre 20 000 à 30 000 compatriotes. Ces gens-là étaient sortis pour réclamer l’indépendance de l’Algérie, mais aussi pour crier leur opposition au couvre-feu, imposé le 5 octobre 1961 par le préfet de police de Paris, Maurice Papon. Ces dizaines de milliers de militants demandaient à être traités comme des êtres humains. Sous la consigne de la Fédération du FLN de Paris, les contestataires (hommes, femmes et enfants), répartis en petits groupes sur les Champs Elysées, les boulevards Saint-Michel et Saint-Germain, étaient interdits de port d’arme. Pour répondre à cette action, Maurice Papon avait déclaré avec haine aux policiers : “Pour un coup, vous pouvez en rendre dix.” Munis de crosses, d’armes, matraques, manches de pioches et de barres de fers, les policiers ont produit un carnage, en tuant, en jetant dans la Seine et en blessant des centaines d’Algériens sans défense. Sans oublier l’emprisonnement et la torture de 11 000 personnes. Ces actes barbares étaient dans le but de se venger de policiers morts lors des attentats perpétrés par le FLN. Guidés par le sentiment de vengeance, mêlé au racisme, ces représentants de la loi ont assassiné avec sang-froid des innocents sous l’œil averti de Maurice Papon. Cette BD, titrée comme La tragédie sur Seine, éveille les consciences sur ces meurtres qui restent inavoués et tabous en France dont les chiffres officiels annoncent seulement trois morts algériens. Ce livre est un bel hommage pour ce cinquantième anniversaire.

Hana Menasria

17 Octobre 1961, 17 bulles de Benyoucef Abbas Kebir. Album BD, 40 pages. Editions Dalimen. 300 DA.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...