RSS

Octobre 88 : des maux et des mots pour le dire par Abdelkader Leklek

6 octobre 2011

Contributions

Combien y a-t-il, de huit dans Octobre 88 ? Non pas deux, mais trois, parce qu’en latin, huit se dit, octo, car le mois d’octobre était le huitième mois du calendrier romain. Il est redevenu le dixième dans le calendrier grégorien et julien.

Donc tout peut permuter, prendre d’autres formes et d’autres dimensions. Ainsi les interprétations de la mutation des vocables obligent à l’adaptation à leur milieu de création. Alors qu’en est-il des maux et des mots d’octobre ?

Il n’y avait pas à travers toute l’Algérie, de ville, de village et de douar ou bien de mechta, qui n’avait son Souk-El-Fellah ou ses Galeries Algériennes et parfois les deux se côtoyaient. Et cela rappelle-t-il quoi aux algériens ? Des mots et des maux. Les interminables chaînes, les pénuries répétitives et le piston pour décrocher le produit d’arrivage du jour. Le sac Tati, Barbes, le visa, cours Belsunce, kech devises, makench, walou. Et la corporation la plus adulée était celle des directeurs de la Sempac, de l’Edipal, de l’Edimco, de Districh, de Sonelec *.

Et ce seront toutes ces enseignes, que le feu de la mal vie consumera en premier, le 5 octobre 1988. Mais avant que le brasier ne s’enflamme, qui étaient ceux qui y avaient mis le feu, et comment vivaient-ils ? C’était une jeunesse en plein désarroi,qui appelait au secours, pour avoir sa part d’espoir, sa portion de rêves, et croire en un avenir somme toute légitime pour tout être humain normalement constitué. Cette jeunesse cherchait à travailler et à vivre. Face à ces maux,quelqu’un de bien pensant mais visiblement en décalage par rapport au siècle où vivaient ces jeunes,prononça avec ses mots, la formule alors périmée, sans qu’il ne s’en rende compte, mais quand même assassine : « c’est un chahut de gamin ». Leurs mots, étaient espérance, optimisme, aspiration, conviction, dans et pour leur pays. Leurs maux, étaient, silence, mutisme, paralysie, statut quo et autisme, de la part de ceux auxquels ils demandaient aide et assistance. Plus d’offres d’emploi, plus de logements sociaux, plus de soutien des prix des produits de première nécessité, et de plus en plus des soins de santé de base, médiocres.

De l’autre côté la pseudo solution qu’offraient ceux qui depuis quelques années, régentaient les mosquées n’est pas meilleure. Ils proposaient purement et simplement à ces jeunes de ne plus vivre. Dans cette ambiance de marasme et de léthargie, les jeunes inventèrent un langage, des codes, des vocables, des messages, et beaucoup d’ironie et de satire pour en rire et en parler. Ils créèrent des néologismes et des mots valise. La vie c’est le «dégoutage» pour dire le dégoût et l’ennui d’avoir vingt ans et vivre comme des retraités désargentés. Le travail, au sens d’activité rémunératrice, devient «Bizness». Le commerce parallèle, sans registre de commerce et sans immatriculation fiscale, dont l’ancêtre des années 70, était le trabendo, cette déformation de l’espagnole, «contrabendo», contrebande, et dont le commerce informel qui toutes nos rues, nos trottoirs et nos places publiques, est la preuve vivante de la postérité. Pour alimenter ce marché illégal en divers produits en rupture en Algérie des jeunes étaient recrutés pour être employés comme, b’ghal, mulet ou bien bardot, bêtes de somme. Ils étaient chargés de convoyer des cabas bourrés d’articles de toutes sortes, et pour tous les usages, par ceux qui possédaient le capital, et qui souvent avaient eux mêmes exercé ce métier sous la tutelle d’autres ânes devenus rapidement patrons. Considérant l’immensité de la demande, la disponibilité d’une masse monétaire et la violence de la rareté de tous les produits, ce créneau était réellement porteur, lucratif et rapidement payant. Pour le reste des jeunes, ils se qualifièrent de hittistes. Du mot «hitt», le mur, c’est-à-dire ceux qui n’ont rien à faire et pour s’occuper la journée durant, soutiennent les murs pour qu’ils ne tombent pas. Le hitt peut également être un poteau électrique, une rampe d’escaliers publics, des gardes corps de trottoirs. Au premier degré d’appréhension, c’est de la dérision, qui participe de la raillerie, que ces jeunes se font de leur propre existence. Mais, cette posture, grandement position stratégique, fut plus tard employée et utilisée, par de plus rusés que ces jeunes sarcastiques et blagueurs, comme postes pour guetteurs, pour sentinelles.

Ainsi de véritables banques de données personnelles, contenant des renseignements précis, sur tous ceux et toutes celles, qui habitent la cité, le quartier, la rue, l’immeuble, furent constituées. Certains de ces cerbères vigies, au nom de la prétendue rodjla dénonçaient à leurs frères cousins et autres détenteurs de puritanisme, les comportements des filles qui déshonoraient, par leurs comportements la réputation du quartier. Beaucoup de ces informations, aussi servirent malheureusement de fichiers à ceux qui ne pas proposaient pas la vie aux jeunes, pour cibler et attenter à la vie de ceux qui ne pensaient pas comme eux. Pour les jeunes qui ne pouvaient ou ne voulaient pas faire ce voyage, comme hongres et autres baudets, il y avait le programme ‘’jeunesse 2000 », qui avait consisté en l’ouverture de quelques locaux notamment à Alger, où les jeunes pouvaient jouer au baby-foot, au flipper et à d’autres jeux électroniques. La télévision nationale, en ce temps là passait le feuilleton Dallas, crée par David Jakobs, avec des acteurs aux profils psychologiques bien arrêtés,à dessein, par le ou les scénaristes, auxquels chacun des téléspectateurs pouvait s’identifier.

Le patriarche Jock Ewing qui a fondé l’empire, le bon Boby, préoccupé par le bien être des siens et la solidarité entre les membres de sa famille, inquiet pour la santé de sa femme Paméla, toujours prêt à aider ou rendre service, bon samaritain, que ni l’argent, ni la fortune n’intéressaient. Le mauvais, J R, prodigue, avide de richesses et de pouvoir, intrigant et sa femme Sue Ellen,ancienne miss Texas frustrée et qui n’arrive pas à quitter son mari,par cupidité. Le succès de cette saga bien que venue de loin, fit que toutes les villes d’Algérie où les A P C, mirent en vente des lots de terrains à bâtir, eurent chacune sa cité Dallas, où les nouveaux habitants de villas, furent stigmatisés. Le terme de Hogra fut remis au goût du jour. Plusieurs essais pour traduire ce mot, n’ont jamais connu le bonheur, de rendre fidèlement son acception selon l’imaginaire algérien. Et ce mot qui est un mal, demeure intraduisible. Mais la hogra, ce sont toutes les situations d’abus de pouvoir, de commission d’actes ou de procédures d’injustice sociale, perçus par ceux qui se prétendent lésés, à tort ou bien à raison.

Ce concept, s’il en est peut être décliné en plusieurs significations. Un gars fort, malmenant un autre physiquement plus faible, est une hogra. Quelqu’un de riche sous-estimant un autre moins riche, est une hogra, l’habitant d’une villa ou bien d’un quartier chic, ne saluant pas un autre, habitant un quartier pauvre est une hogra etc. Le nouveau millénaire qui s’annonçait, avançait à grands pas, avait la côte. Tout l’univers en faisait une fixation, et alors qu le monde entier appréhendait le bug informatique de l’an 2000, un nouveau journal public, du soir, avait été lancé, et ses promoteurs le baptisèrent Horizon 2000. A cette époque, un brave gars, sûrement vendeur de journaux à la criée, dans une autre vie, avant l’uniformisation de tout, qui écoulait ce canard à Oran, entre 1986 et 1987, sur l’avenue Khémisti, à partir de 15 ou 16 heures, criait à s’égosillait et sans arrêt, mais il était heureux: «aya le soir». Qu’il en soit ici salué. À l’époque, on s’était demandé avec des potes sur la désuétude et l’obsolescence du titre dès le premier janvier 2001.L’avenir nous donnera raison, puisque le 2000 avait sauté du titre. Pour une troisième catégorie de jeunes, les choyés, de par la situation des parents, qui pouvaient voyager à l’étranger, conduire des voitures à un age relativement jeune, se mettre des fringues à la mode, ramener des parfums, des chocolats, le soda noir le plus vendu dans le monde et des bananes, pour leur, copains, copines et leurs surprises parties ou bouffa. Le mot consacré avant octobre, était : La tchitchi, la jeunesse dorée, les enfants gâtés du pays.

En ces années là, avait était édifié par des canadiens, à l’architecture froide comme leur pays, le complexe Riadh El Feth, et inauguré par ceux qui n’ont pas voulu que le soleil d’Algérie et de méditerranée y pénètre. On s’y bousculait, et la tchitchi se montrait dans les restaurants et les discothèques et dépensait ostensiblement. Ainsi était perçu chez nous le courant du libéralisme, qui commençait à pointer du nez. A la fête de la jeunesse, le 5 juillet 1985, une version du raï, ce genre musical banni à tort, plus dynamique, plus dansante, avec des arrangements adaptés, d’autres instruments et une acoustique agréable fit son entrée officielle sur l’esplanade de l’édifice.

Le monument qui y trône dédié à honorer les mémoires des glorieux chouhadas de la lutte de libération nationale, fut nommé et consacré, Houbel, cette divinité pré-islamique, considérée comme le dieu principal parmi les dieux et le plus notable du panthéon de la Ka’aba, par ceux qui en voulaient à l’Algérie et qui juraient détenir la vérité. Alors que les algériens prétendaient,ce faisant, comme les autres peuples et nations du monde, vouloir simplement accueillir le nouveau millénaire. Le groupe Raïna Ray fit sensation, avec : ya zina diri latye, et cheb khaled, chantait déjà : Ouine el harba ouine, et naissait ainsi le mythe du bateau pour l’Australie, ce navire qui accostera au port d’Alger et embarquera tous les jeunes qui voudront partir au loin, dans l’hémisphère Sud, pour refaire leur vie.     L’Eden quoi. La musique africaine était, cette année là, à l’honneur, et le yellowman, l’albinos malien, Salif Keïta, entonnait son reggae africain. Mory Kanté, le guinéen, le magicien fabuleux et virtuose joueur de cora, meubla l’une des plus belles nuits juilletistes algéroises. Il y avait aussi Touré Kunda du Sénégal, et le groupe antillais kassav, qui signifie en créole, galette de manioc, qui fit zouker toute l’esplanade, et bien sûr les rockers du groupe algérois T 34.Malgré la présence de toutes ces vedettes de rêve, et la quasi gratuité de l’entrée, l’atmosphère semblait être illusoire, la fête était artificielle, je peux en témoigner, j’étais présent. Beaucoup de jeunes dansaient en criant :«sans pitié», mais nul ne saisissait le message, et tous mettaient cela sur le compte de la soif de ces jeunes de s’éclater, comme ils disaient à l’époque.

Après la fête, c’est-à-dire, durant la nuit du 26 août 1985, à la veille de l’Aïd, l’école de police de Soumaa fut attaquée et il y eut mort d’homme. Et de nouveaux éléments de langage furent leur apparition : ratissages, bouclages, faux barrages, ninja. Si les trois premiers mots, évoquaient pour les algériens des pratiques de terreur et d’épouvante, de l’armée française en Algérie.

Les ninjas qui sont des guerriers japonais vêtus de noir, avec une cagoule masquant leur visage, qui accomplissent des exploits physiques en combat, des acrobaties, et qui étaient experts dans les techniques de dissimulation, d’empoisonnement, et surtout de diversion. Que la télévision avait popularisé, par le biais d’une bande dessinée, fortement suivie par les jeunes, à l’époque en Algérie. Donneront l’occasion aux jeunes d’accoler ce nom à tous les membres des différents services de sécurité, qui portaient pour des raisons de service des tenues, noires ou bleues nuit, furtives, avec cagoules. L’arrivée de l’antenne parabolique collective, qui était pour quelque chose, dans la dénomination ninjas des policiers, renvoya Dallas, les feuilletons égyptiens et autres causeries religieuses du lundi de l’égyptien El Ghazali, au loin, et les élimina des discussions de tous les jours.

Les algériens sont désormais informés en même temps et au même niveau que les européens, français, italiens et espagnoles. Ils partageaient désormais, avec eux l’actualité en temps réel.

Celle des européens, la leur, et celle du monde aussi. Quelle fenêtre pour respirer au travers de l’image, quel exutoire, quelle victoire sur le sort, grâce à la technologie !les algériens se sont d’un coup, par la magie d’un câble coaxial, affranchis de la langue de bois servie matin, midi et soir, par les infos de leur télé nationale. Les algériens d’un coup ne sont plus prisonniers des horaires de leur chaîne unique de télévision. Ils pouvaient désormais regarder les chaînes françaises à n’importe quelle heure, et avaient les informations et les nouvelles du monde au petit déjeuner. Ce fut aussi jusqu’à preuve du contraire, depuis l’indépendance du pays, la seule occasion où des algériens se sont organisés en groupes, pour participer ensemble à installer un équipement collectif, qui plus est payant, sans accrocs notables.

La chaîne nationale forcée, dut s’adapter, avec plus au moins de bonheur. Copier le Téléthon français, ne fut pas uns mince affaire, et se termina par des bides et des flops, indécents. Le programme d’ajustement structurel, les accords avec le F M I, les lettres d’intention, firent les choux gras des débats entre initiés, dans les quelques journaux indépendants. Pendant ce temps, la jeunesse inventait les concepts, Entik et Normal, finalement deux mots passe partout, mais ils procuraient à leurs auteurs, l’économie de ne plus être contraints de faire des phrases conventionnelles. Ce furent, peut être aussi, des mots et surtout des maux, qui imposèrent le silence à nos jeunes et qui depuis les empêchent de dialoguer et les forcent à agir et réagir violemment, quand ils veulent se faire entendre. Les maux procréent des mots et ces derniers créent, des maux. Doit-on alors ressasser indéfiniment ces mots et ces maux, ou bien doit-on avancer ?

*-organismes étatiques de distributions de divers produits, alimentaires, semoule, de matériaux de construction, d’appareils électroniques, et de chaussures.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...