RSS

Faire revivre une œuvre “Taâssast, une lecture de la Colline Oubliée de Mouloud Mammeri”, de Djoher Amhis-Ouksel Par : Hana Menasria

4 octobre 2011

LITTERATURE

Faire revivre une œuvre “Taâssast, une lecture de la Colline Oubliée de Mouloud Mammeri”, de Djoher Amhis-Ouksel Par : Hana Menasria dans LITTERATURE logo_imp
Edition du Mardi 04 Octobre 2011

Culture


Paru aux éditions Casbah, dans la collection Empreintes, Taâssast, une lecture de la Colline oubliée de Mouloud Mammeri s’adresse aux collégiens et lycéens qui pourront découvrir des textes et des extraits du roman de l’un des plus importants auteurs algériens. Taâssast, une lecture de la Colline oubliée de Mouloud Mammeri

(94 pages) permet une (re)découverte d’un des chefs-d’œuvre de la littérature algérienne. L’auteure revient sur plusieurs passages du livre pour simplifier la lecture. Elle dessine une sorte de carte géographique du paysage choisi par Mouloud Mammeri et l’histoire de ce village kabyle où évoluent des personnages attachants. Avec des mots simples et accessibles, Mme Amhis-Ouksel décortique l’ouvrage page par page. Elle explique les passages de l’auteur avec des indications qui permettent au lecteur d’en assimiler rapidement le sens. Cela est le cas dans le chapitre “Au fil du roman”, où l’auteur relève une série d’informations sur les vingt premières pages en se référant aux grandes lignes du texte, notamment en donnant une indication de saison : “Le printemps chez nous ne dure pas”, une indication de lieu : “la place du village”, les liens reliant les personnages, familles, amis ou amants : “Mokrane et Aazi sont cousins”, “Menach aime Davda qui est mariée à Akli”. Elle aborde toutes les facettes du roman minutieusement, à travers les cultures, le mode de vie et les coutumes kabyles évoqués dans le livre. On retrouve le chapitre “Côté femme”, où l’inspectrice a fait des recherches sur la place et la situation de la femme dans la société kabyle. Elle revient sur le regard extérieur de certains anthropologues dénigrant la position de la femme en Kabylie. Alors que, dans la Colline oubliée, “les femmes font l’unité et les forces du groupe”. L’auteure démontre à ces jeunes que, dans cet ouvrage, malgré les idées reçues, “les femmes sont porteuses de culture sans pourtant avoir accès à l’écriture”. Educatif et intéressant pour les jeunes, cet essai est une manière de faire revivre l’œuvre de Mouloud Mammeri et la culture berbère.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...