RSS

Maurice Weiss, l’Allemand qui voit l’Algérie mieux que nous Par Kader Bakou

3 octobre 2011

Contributions

Culture : Le coup de bill’art du Soir

«Bois Sacré», ça vous dit quelque chose ? C’est tout simplement le nom d’un jeune groupe blidéen dont le style musical marie la musique algérienne et africaine aux rythmes du rock, du reggae ou encore aux rythmes latino. A Blida, on peut aussi rencontrer les quatre rockers du groupe Yield dont la musique, dit-on, «n’a rien à envier aux groupes de Seattle». Afgate (African Gate) est un groupe algérois de pop-rock qui, à travers sa passion pour la musique, veut transmettre un message d’amour et d’espoir à la jeunesse algérienne.


Fayçal est un jeune rappeur algérois, certes révolté et engagé, mais qui veut aussi casser l’image de violence que certains veulent coller à la culture hip-hop. Leryam est le nom d’un groupe formé de sept belles gazelles. Elèves (ou anciennes élèves) de l’Association des beaux-arts de musique andalouse, elles essayent de donner un sacré coup de jeune à l’andalou et au chaâbi, tout en conservant l’âme de ce patrimoine musical. Les Noudjoum El-Diwan sont membres d’une même famille partagée entre Alger et Beni- Abbès au Sahara. Dirigé par le maâlem Mazouzi, ce groupe œuvre pour la diffusion et la revalorisation de la musique traditionnelle gnawi. Si à Constantine, le jazz cohabite en harmonie avec le malouf, c’est grâce au festival Dimajazz et au groupe Sinoudj qui estime, en fait, qu’il n’a fait que réconcilier le jazz avec ses racines africaines. Un séjour d’à peine deux semaines en Algérie dans les villes d’Alger, Blida et Constantine avait permis au photographe allemand Maurice Weiss de découvrir tous ces groupes et ces artistes ainsi que d’autres comme Arabica, Djmawi Africa, Nima Psy et Harmonica. De ses rencontres, il en est sorti une exposition de photographies et un livre dans le cadre du projet «Algipop » initié par le Goethe Institut Algérie. En deux semaines, Weiss a découvert tous ces artistes. Quant à nous, sans doute trop occupés à regarder ailleurs, nous ne voyons pas nos propres richesses.
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/10/03/article.php?sid=123815&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...