RSS

Ecouter

29 septembre 2011

Contributions

Le Carrefour D’algérie

Ecouter dans Contributions chemin_16

Point de vue

Par Ahmed Meskine

Ecouter

S’il est une chose dont les Mozabites ont besoin c’est que l’Etat ne s’ingère pas dans leurs affaires. Une société organisée, hiérarchisée, solidaire selon des normes ancestrales, aussi bien en Algérie qu’à l’étranger, qui s’auto-suffit sur le plan alimentaire,

vestimentaire, culturel, spirituel et intellectuel, devrait être un poids de moins pour l’Etat central qui a d’autres charges à remplir pour accomplir ses missions régaliennes. Un exemple des plus parfaits du développement local avec ses structures et pratiques de concertation dans des formes spécifiques, de ce que l’on appelle «l’approche participative», découverte il y a à peine une vingtaine d’années par des institutions internationales. Hissée au rang de patrimoine mondiale de l’UNESCO, la vallée du M’zab est une véritable curiosité touristique, d’un tourisme propre qui ne va pas jusqu’à folkloriser une population pour quelques pièces de monnaie. Tout y est et l’on se demande ce que va apporter le Conseil National Economique et Social à cette région caractéristique de ce que devraient être les autres régions d’Algérie. Le C.N.E.S. a eu plus de choses à apprendre qu’à donner. A apprendre qu’un modèle local peut mieux fonctionner sans l’Etat ou alors avec très peu d’interventions quand les habitants comptent sur leurs propres ressources, leur génie créateur, pour assurer un équilibre social. L’antithèse en fait du rôle de l’Etat réduit à son expression la plus indiquée: assurer la sécurité des biens et des personnes. Et encore ! Car même à ce niveau, les cités du M’zab disposent d’une organisation sans faille pour se prendre en charge. Mais l’Etat a cru bon d’ériger Ghardaïa en wilaya avec des fonctionnaires venus d’ailleurs chacun avec ses habitudes, qu’il faut loger, des services de sécurité qu’il faut entretenir et des constructions en béton qui ont amoché le tissu urbain plus qu’elles ne l’ont complété. S’il y a des dispositions à prendre, c’est bien celles qui consistent à réduire la poussée de l’Etat dans un paysage devenu porteur d’une fausse modernité. Non pas qu’il faille oublier la région dans les plans de développement puisqu’il s’agit d’Algériens à part entière, mais de laisser la société mozabite se prononcer sur les modèles qui vont avec ses spécificités. En somme, c’est de mettre en pratique l’insistance d’un représentant de la société en déclarant: «Ecoutez les gens du Sud, ils ont des spécificités». Ecouter, seulement écouter. Et comme l’édicte un proverbe africain: «Si tu parles à quelqu’un qui ne t’écoute pas, tais-toi. Ecoute-le, tu sauras peut-être pourquoi il ne t’écoute pas».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...