RSS

Peuple et moi par Kamel Daoud

27 septembre 2011

Contributions

«… moi, je résume l’histoire de tous par l’histoire d’un seul. Comme ça, l’histoire algérienne, je la comprends mieux. J’explique : je prends tout le peuple sous la forme d’une seule personne et je dialogue avec elle. Pour toi, si je te rencontre dans la rue ou autour d’un pain, je te pose la question classique :

Que fais-tu dans la vie ? Tu me répondras : Médecin, ou enseignant, ou riche rentier ou commerçant. Je te jugerais alors pour ta profession, ton habit ou ton fric. Je pose la question au Peuple que je traite comme une seule personne : Que fais-tu dans la vie ? Réponse : Je vis. Tu sais faire quoi ? Le peuple algérien répond : Rien. Je ne sais rien faire. Ni avec les mains, ni avec les pieds, ni avec la tête. Dans la division du travail internationale, ce peuple n’a pas de métier connu. Il ne sait rien faire. Sauf peut-être acheter ou revendre. Mis à part ça, aucun don ou métier ou génie. Chasseurs de colons peut-être, mais tous les trois siècles souvent et après une longue hésitation sur les moyens et l’heure.

Tu comprends donc, que si moi j’étais un étranger, je serais un peu hésitant à faire confiance à un peuple chômeur, lui marier ma fille la plus belle ou lui prêter de l’argent. Ou même l’accueillir et le laisser dormir chez moi en mon absence. Les peuples qui ne savent rien faire sont tentés par n’importe quoi. La guerre, la barbarie ou l’audace et la mer. On peut en faire un grand peuple, dans l’action, mais c’est une menace dans le désœuvrement. Il faut le surveiller, le faire manger et ne jamais le laisser seul. L’entretenir mais ne pas investir de l’émotion sur sa nature et sa pelure. Pour l’essentiel, c’est comme ça que je vois le peuple et que je me vois. Je me résume et résume l’histoire de tous dans ma façon d’ouvrir ma porte à un étranger que je connais, qui est moi mais dont je me méfie. C’est compliqué ? Oui. C’est un métier que l’étrangeté. On se connaît mais on se tourne le dos. On se serre la main en serrant une pierre. Il faut donc apprendre un métier pour ce peuple. Vite. Comme ça on pourra le marier au reste du monde. D’ailleurs, pour le moment, aucune famille internationale n’en veut : il n’a pas de maison. Même chez lui, il est locataire. Pas d’argent, pas d’avenir, pas de vêtement, pas d’avenir et un gros passé sur le dos. Pas de quoi donc …»
Onzième année – Numéro 3425 – Mardi 27 Septembre 2011- www.echo-doran.com – Prix 10 DA

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...