RSS

Lutte par El-Guellil

20 septembre 2011

Contributions

               La santé morale de nous autres est fortement liée à la prévision d’événements. On se rend compte assez jeune, en effet, que l’on ne se sentait bien que si on avait une perspective intéressante et encourageante à nous mettre sous la dent. L’espoir fait vivre, dit-on, et cela semble une expression assez proche de notre ressenti pour la faire nôtre aujourd’hui.



A partir du moment où il y a une «carotte» suffisamment alléchante, on est capable de bien des choses, efforts physiques ou mentaux, concentration, efficacité. Si on ne trouve plus de carotte, ou si on se rend compte que l’on ne pourrait jamais l’atteindre parce qu’elle est trop loin ou trop incertaine, psychologiquement, on s’effondre.

Aujourd’hui, les choses se sont compliquées. Mais cette fois, tout ne dépend plus que de nous. On n’est plus seuls maîtres à bord. D’une minute à l’autre, une chute inopinée, une otite carabinée, un caprice hystérique peuvent détruire les plans pourtant les mieux construits. Impossible de prévoir à coup sûr une sortie, un loisir, voire un petit quart d’heure de temps libre, en silence. Il faut maintenant voler ces instants, les optimiser à mort, en prévoyant la possibilité de devoir tout arrêter dans l’instant, pour une urgente urgence. Mais, dans la basse lutte quotidienne pour la conquête de territoires inutiles, comme les marécages et autres sables mouvants, les plus sages sont certainement ceux qui renoncent les premiers. Dans cette autre lutte quotidienne qui mène à l’accaparement d’une position illusoire, comme celle accroupie ou allongée, les plus sages sont aussi ceux qui cèdent les premiers.

Aux vaches, on ne demande pas à ce qu’elles s’excusent de nous avoir marché sur les pieds, d’avoir brisé les vitres ou d’avoir brouté les fleurs. Aux chiens, il ne faut pas interdire d’aboyer mais juste se contenter de faire en sorte à ce qu’ils ne nous mordent pas. Et s’ils nous mordent malgré tout, il ne faut pas perdre de vue que, au fond, ce ne sont que des chiens.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...