RSS

À propos des communes mixtes durant la période coloniale Reflet culturel Par : ABDENNOUR ABDESSELAM

19 septembre 2011

Colonisation, Contributions

À propos des communes mixtes durant la période coloniale Reflet culturel Par : ABDENNOUR ABDESSELAM dans Colonisation logo_imp
Edition du Mardi 13 Septembre 2011

Culture

L’organisation administrative durant la période coloniale a été une des premières préoccupations de l’occupant. Initialement, organiser les populations suivant une disposition territoriale permettait de mieux les contrôler.

Le système choisi avait été celui en cours dans la métropole et son application prolongée dans les colonies dont l’Algérie. C’est le système jacobin de l’organisation de l’État dont nous avons hérité aujourd’hui. À la base de cette organisation administrative, trois types de communes avaient été établis. Il s’agit de la Grande Commune Mixte gérée par un administrateur principal, de la Commune Mixte gérée par un administrateur auxiliaire et enfin de la Commune de Plein Exercice gérée par un maire élu. Pour une meilleure compréhension de cette division géographique, nous prendrons comme exemple la région de Aïn El Hemmam (ex- Michelet, ex-Agwni n Walma comme appellation originale peu connue aujourd’hui). L’administration coloniale s’est heurtée à la dimension juridique importante et dont allait dépendre les différents statuts des communes. Ainsi, Michelet s’est vu attribué le premier statut appelé  Grande Commune Mixte du Djurdjura puis Commune Mixte de Michelet. Le terme mixte tenait de la donnée liée à la juridiction. En effet, durant cette période, trois types de juridictions composées avaient été employées. Il s’agit de la composition du droit français (appliqué aux seuls Français résidant dans la commune), du droit canon (du terme musulman Canoun lui-même tiré de la chariâa) et du droit coutumier, libre par rapport aux deux premiers, pratiqué dans l’esprit des us et coutumes ancestrales. Les populations algériennes choisissaient l’un ou l’autre des droits canon ou coutumier. En Kabylie, le choix avait été porté sur la pratique du droit coutumier en cours depuis des siècles et géré nouvellement par le juge de paix. Il était couplé au droit français géré par une juridiction reposant sur les lois françaises. C’est donc de cette combinaison de deux ou des trois juridictions groupées qu’est apparu le terme administratif de Commune Mixte. 

A. A.
(
kocilnour@yahoo.fr)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...