RSS

31.La fille des Aurès La nouvelle de Yasmine hanane

19 septembre 2011

1.Extraits

31.La fille des Aurès La nouvelle de Yasmine hanane  dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Lundi 19 Septembre 2011

Des gens et des faits

4385 dans 1.ExtraitsRésumé : Hakima est désolée pour son amie Houria. Cette dernière semblait déjà perdue. Elle n’est plus que cette marionnette qu’on brandit pour amuser les autres. Aucun argument n’arrive à la convaincre à s’éloigner d’un milieu pourri où elle risque de laisser des plumes.

31eme partie

Hakima ne put se rendormir cette nuit-là. Elle pleura de dépit et de rage en pensant à tous ces gens sans scrupules qui exploitent le malheur des autres.
Deux semaines passèrent. Hakima était repassée plusieurs fois chez Malek pour voir les enfants et discuter avec eux.
Elle rencontra au gré d’un pur hasard la maman de ces derniers, et n’eut aucun mal à reconnaître en elle l’irresponsabilité, l’inconscience et le laisser-aller, qui caractérisent les femmes de son espèce.
Elle comprend plus amplement le désarroi des enfants et de leur père. La faiblesse d’un moment avait engendré tout un monde de conflits.
Dalila s’habitua vite à elle, et ne la quittait pratiquement pas d’une semelle. Sofiane de son côté après avoir fait passer son orage sur elle lors de leur première rencontre, semblait revenir à de meilleurs sentiments.
Il la saluait poliment, lui servait lui-même le goûter, et écoutait ses conseils. Loin de s’offusquer lorsqu’elle le réprimandait, il riait et demandait plutôt à assimiler des instructions qu’à l’école il n’arrivait même pas à suivre.
Il était très doué pour les comptes, et tout comme son père, Hakima voyait en lui, un futur homme d’affaires. Mais cela ne le dispensait pas de rattraper le temps perdu, et sa scolarité, désastreuse jusqu’à ce jour, ne plaidait pas en sa faveur.
Hakima lui avait ramené quelques ouvrages et l’avait aidé à voir plus clair dans certaines matières qu’il n’affectionnait particulièrement pas.

L’université
La rentrée universitaire arriva. Hakima  qui s’était déjà installée dans sa chambre à la cité U fait la connaissance de Nawel, qui lui plut tout de suite. Cette dernière était une vraie beauté, mais son sourire triste n’arrivait jamais à illuminer son visage. Pourtant tout en elle la prédisposait à un bel avenir.
La jeune fille déballe ses affaires, et Hakima l’aide à tout mettre en ordre dans leur chambre.
Si la garde-robe de Nawel était des plus garnies, la sienne prenait à peine le dixième du grand placard encastré qui s’avéra tout de même insuffisant.
- Tant pis, je vais demander à mon père de nous ramener une commode et d’installer des étagères et une table de travail.
Hakima sourit :
- Nous pourrons très bien nous débrouiller sans lui. Il suffirait de changer l’agencement des lits et de mettre les livres sur la bordure interne de la fenêtre.
- C’est une bonne idée, mais mon père a de l’argent, et je n’aime pas le bricolage. Pour lui, je ne suis bonne qu’à demander de l’argent, alors je ne me gêne pas. D’ailleurs, dès qu’il me voit triste, il sort son chéquier.
Elle rit amèrement :
- C’est comme s’il pouvait m’acheter le “bonheur” avec un bout de papier.
Hakima vient s’asseoir auprès d’elle et lui entoure les épaules :
- Ne sois pas triste tout l’avenir est devant toi.
Nawel la regarde curieusement :
- C’est toi qui parle ainsi ? Ma fois je comprends maintenant pourquoi M. Malek fait ton éloge tout le temps, tu es une vraie philosophe.
Hakima sourit :
- Je cache le soleil avec un tamis.
- Non, dis plutôt que tu le fais apparaître. Dalila et Sofiane n’ont jamais été aussi heureux qu’avec toi…
- Ils ont besoin de la présence de leur mère.
Elle soupire :
- Je tente de minimiser les dégâts, mais le mal est déjà fait. Lorsque j’ai connu la maman, elle était si artificielle, et si distante, que j’avais l’impression d’avoir affaire à un mannequin en cire. Sa froideur n’a d’égale que les icebergs du pôle Nord.
Nawel soupire à son tour :
- Moi je n’ai même pas connu ma mère, elle est décédée alors que je venais à peine de boucler ma première année. Ma grand-mère m’avait prise en charge jusqu’à l’âge de 5 ans, puis après c’est la solitude de notre villa qui m’a moulée. Je suis solitaire de nature on dirait, je n’aime pas trop le monde que père ramène à la maison, alors je préfère le vide et le silence de ma chambre.
D’ailleurs, c’est pour cela que je préfère résider dans une cité universitaire. Pourtant, je n’habite qu’à une dizaine de kilomètres de l’université.
- Je comprends Nawel, j’espère que je, que nous pourrions nous entendre.
- C’est déjà fait je crois.
Elles rirent :
- Si tu le prends ainsi. Alors, c’est fait mais promets-moi de me dire crûment que je t’ennuie quand ça sera le cas, parfois j’ai tendance à trop parler.
- C’est ce qui te permet de t’extérioriser. Je pense que je ne vais pas m’ennuyer avec toi Hakima, tu parais si douce, si gentille, qu’on a du mal à croire que tu viens de…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...