RSS

29.La fille des Aurès La nouvelle de Yasmine hanane

19 septembre 2011

1.Extraits

29.La fille des Aurès La nouvelle de Yasmine hanane  dans 1.Extraits logo_imp
Edition du Samedi 17 Septembre 2011

Des gens et des faits

4290 dans 1.ExtraitsRésumé : En ressortant de la chambre de Dalila, Hakima rencontre Sofiane. Ce dernier dévoile un caractère instable et arrogant. Hakima tente de le calmer en s’opposant à lui. Le jeune garçon s’estime en deuxième position dans la maison après son père. Hakima comprenait fort bien son état d’esprit. Sofiane cachait ses malheurs derrière des apparences …

29eme partie

29eSofiane baisse les yeux, puis la tête, et garde le silence. Hakima lui relève le menton, mais il se dégage d’un geste rageur et court se réfugier dans sa chambre. Cependant Hakima avait eu le temps de remarquer les larmes qui brillaient dans ses yeux.
Le jeune garçon était loin d’être un idiot. Mais tout comme sa sœur, le manque affectif maternel avait fait de lui un adolescent agressif, doté d’un complexe d’infériorité à souhait. Elle n’avait plus rien à apprendre à ce sujet, étant donné qu’elle-même en était une victime. Mais pour elle, les données étaient bien différentes. Elle a su redresser à temps la barre, avant que le bateau ne coule. Mais combien sont-ils dans l’état de Sofiane et de Dalila à attendre un geste salvateur qui leur permettrait de renaître de leurs cendres ?
Elle entendit des pas et remarqua que Athmane l’attendait au seuil du portail. Malek lui montrait quelque chose, et les deux hommes se retournèrent vers elle :
- Je pensais que tu avais oublié ma présence, lui lance Athmane avec un regard désapprobateur. Tu sais bien que je travaille.
Hakima lève la main :
- Toutes mes excuses, je suis fautive au plus haut point, mais la petite Dalila ne voulait plus me lâcher et j’ai eu une petite discussion avec Sofiane.
- Hein, mon fils a consenti à vous parler ? demande Malek avec étonnement.
- Disons que je lui ai un peu forcé la main. En réalité, il a un bon fond et il est très intelligent. Hélas, il y a un vide en lui qu’il n’arrive pas à combler.
Malek baisse les yeux :
- Si vous avez pu comprendre tout ça dès cette première entrevue, c’est que vous êtes vraiment douée pour aider mes deux enfants. C’est Dieu qui vous a orientée vers eux.
Athmane ouvrit le portail d’entrée :
- Vous aurez l’occasion de rediscuter de tout ça une autre fois. Mes patients doivent s’impatienter.
Hakima ébauche un sourire :
- Bien joué Athmane, il n’y a pas plus patient qu’un patient, mais lorsque ce dernier s’impatiente, c’est qu’il y a vraiment le feu. Au revoir M. Malek, je reviendrais très bientôt pour les enfants.
Ils prirent congé et Athmane déposa rapidement Hakima devant l’orphelinat, avant de rejoindre son poste. Il se faisait déjà tard et la jeune fille se met à  repenser aux derniers évènements qu’elle venait de vivre.
La société était cruelle. Les gens ne se comprenaient pas et ne prenaient pas la peine de se comprendre. Les uns couraient après le matériel, les autres après le prestige et d’aucuns ignoraient jusqu’à leur entourage. Les enfants de Malek étaient adorables, mais déséquilibrés. Elle aurait aimé rencontrer tout de suite cette mère indigne qui était la leur et qui ne prenait même pas la peine de leur adresser la parole. Malgré sa bonne volonté, Malek ne pouvait accomplir les deux tâches essentielles sur lesquelles se basait l’avenir de chaque enfant.
La nature avait bien réparti les choses et chaque parent avait un devoir, voire une obligation auprès de ses enfants.
Elle se rappelle que son problème d’hébergement était réglé et remercie la providence d’avoir mis sur son chemin un peu de chances. Maintenant, il ne lui reste plus qu’a quitter l’orphelinat et pour toujours.
Elle se met à ramasser quelques affaires dans un grand sac, puis remet quelques livres et cahiers de classe qui ne pouvaient plus lui servir sauf à quelques lycéennes qui comme elle ne vivaient que de la charité des autres.
Il faut bien penser à aider plus démuni que soit, se dit-elle en s’allongeant sur son lit.
Elle s’endormit et n’ouvrit les yeux qu’au son de la porte de la chambre qui s’ouvrit sur une silhouette. Elle tâtonne et s’empare de sa montre bracelet pour constater que la nuit était déjà bien avancée.
Une odeur de sueur, d’alcool et de parfum bon marché se répandit dans la pièce où dormaient  deux autres filles.
Hakima s’assit sur son lit et chuchota :
- C’est toi Houria ?
Un petit rire ironique se fit entendre puis une voix entrecoupée :
- Tu, tu ne dors pas Hakima. Il est bien tard tu sais ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...