RSS

12.Une faute de jeunesse (12e partie) Par K. Yerbi

19 septembre 2011

1.Extraits

Ainsi va la vie

Résumé de la 11e partie: Fatma s’est rendue chez la voisine dans l’intention de glaner des informations sur son époux… Son époux qui pourrait être le fils qu’elle a abandonné autrefois.

Elles parlent de beaucoup de choses, puis elles en viennent aux problèmes familiaux, à la difficulté de cohabiter dans de petits logements.
— Tu étais donc à l’étroit ? demande Fatma.
— Oui, j’habitais chez mes parents !
— Le cœur de Fatma fait un bond.
— Tu n’étais pas chez tes beaux-parents ?
— Non, Youcef n’a pas de parents ?
— Le pauvre, il a perdu ses parents !
La jeune femme hésite un moment, puis lâche.
— En fait, il n’a jamais connu ses parents.
Fatma manque de défaillir.
— C’est un enfant abandonné, continue Mériem. Il a grandi dans la misère et la souffrance, allant d’un orphelinat à un autre, mais il a réussi à s’en sortir.
Fatma éclate en larmes.
— Mon, Dieu, s’exclame la jeune femme, je n’aurais pas dû te raconter cela, ça te fait de la peine.
— Le pauvre enfant !
Elle essuie ses larmes.
— Khalti Fatma…
— Laisse-moi pleurer ma fille, cela me fait du bien.
Voilà des paroles bien énigmatiques, se dit sur le moment la jeune femme, mais elle met cette grosse émotion sur le compte de la tendresse.
Plus tard, quand son mari entre, elle lui rapporte la scène.
— C’est une brave femme, dit-il, la première fois que je l’ai vue, je me suis senti très proche d’elle !
— Remercions le ciel de nous avoir donné des voisins aussi bons !
Mériem rit.
— J’ai une surprise pour toi… Une surprise venant de khalti Fatma !
Elle le conduit à la cuisine où trône un magnifique couscous.
— C’est vrai, c’est elle qui a apporté ça ?
— Oui, j’en ai goûté et je t’assure que c’est très bon !
Youcef est très ému.
— Comme j’aurais aimé avoir une mère comme cette femme !
— Rien ne t’empêche de la considérer comme ta mère ! En tout cas, elle, elle semble t’avoir adopté !
Youcef soupire.
— Adopté…
— Pardon, je ne voulais pas faire référence à ton passé !
L’homme soupire.
— Hélas, mon passé me suivra toujours… (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...