RSS

11.Une faute de jeunesse (11e partie) Par K. Yerbi

19 septembre 2011

1.Extraits

Ainsi va la vie

Résumé de la 10e partie : Fatma rencontre pour la première fois son voisin de palier : elle est persuadée qu’il s’agit du fils qu’elle a abandonné, il y a plus de trente ans !

Elle retourne chez elle, bouleversée. A son air, Athmane croit qu’il est arrivé quelque chose et s’inquiète.
— La petite a rechuté ?
— Non, non, dit Fatma, elle va bien !
— C’est alors le petit !
— Non, tout le monde va bien !
— Alors pourquoi sembles-tu si remuée ?
— Je suis fatiguée… j’ai des vertiges !
— C’est sûrement ta tension, je vais te la prendre !
— Non, non, ne t’inquiète pas, dans un instant tout ira bien… J’ai juste besoin de me reposer un peu, et ça ira mieux.
Elle va au salon et se jette dans un fauteuil. Mon Dieu, c’est certainement lui, mais il subsiste encore en elle quelques doutes. Ainsi, elle se souvient que Athmane lui a dit qu’il habitait avec ses parents et qu’il se disputait avec eux, ce qui l’a poussé à louer un appartement. Mais est-ce vrai ? Il lui faudra confirmer ou infirmer cette information. S’il a des parents, cela signifie qu’il n’est pas son fils, mais il se peut aussi qu’il s’agisse de parents adoptifs… Elle doit tirer tout cela au clair ! Sa femme lui a dit qu’elle va rester avec la petite, elle pourra donc aller lui poser quelques questions. Athmane vient prendre de ses nouvelles.
— Tu vas mieux ?
— Oui, d’ailleurs, je me lève !
Elle quitte, en effet, son fauteuil.
— Je vais préparer du couscous…
— Ah, bon, je croyais qu’il restait du ragoût d’hier ! Le couscous, je croyais que c’était pour demain…
— Je veux en faire pour offrir à la voisine… Elle s’occupe de sa fille, elle n’a pas de temps à consacrer à la cuisine !
— Alors, ça change tout !
Il a un petit sourire.
— Je crois que tu as pris en affection nos voisins !
— Oui, ils sont charmants !
Elle prépare donc un couscous et, elle remplit un grand plat et va trouver la voisine.
— Khalti Fatma, c’est trop !
— Non, non, j’en ai préparé plus qu’il n’en fallait, comme nous ne sommes que deux…
Elle va déposer le plat.
— Tu prendras bien un café !
— Ne te dérange pas !
— Non, non ça me fera plaisir.
Cela fait également plaisir à Fatma qui va pouvoir discuter avec elle. (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...