RSS

Le coup de bill’art du Soir Vent divin Par Kader Bakou

14 septembre 2011

Contributions

Culture

Depuis les insensés attentats-suicides contre les tours jumelles du World Trade Center de New York, le mot «kamikaze» est sur toutes les lèvres. Mais à l’origine, ce mot avait un tout autre sens. Le mot japonais «kamikaze» provient d’un événement historique : l’invasion mongole de 1274.


Cette année-là, la flotte de Kubilaï Khan aborda la baie de Hakata et attaqua les Japonais. Mais une tempête se leva et coula une grande partie de la flotte des envahisseurs, ce qui les obligea à battre en retraite (comme la flotte de Charles Quint dans la baie d’Alger). Les Japonais remercièrent cette intervention de la Providence et appelèrent ce typhon «Vent divin» ou «Kamikaze», qui est la contraction de «kami» qui veut dire «Dieu» et de «kazé» (vent). Même si le mot kamikaze vient bien du japonais, il provient d’une interprétation erronée de la part des traducteurs américains. En effet, les termes désignant les unités chargées des attaques-suicides en 1944-45 sont appelées «tokubetsu kÿgeki tai», littéralement «unités d’attaques spéciales», expression couramment abrégée en «tokkÿtai». Leur nom officiel au sein de la Marine impériale japonaise était «shinp tokubetsu kÿgeki tai», c’est-à-dire «unités d’attaques spéciales shinp (vent divin)». Le terme de kamikaze se généralisa dans le monde entier, au point d’être réimporté au Japon où il est devenu courant d’entendre parler de «kamikaze tokubetsu kÿgeki tai». A la fin de la Seconde Guerre mondiale, les kamikazes étaient des militaires d’une armée régulière en guerre. Ils ne s’attaquaient qu’à des objectifs militaires. Les navires de guerre de l’US Navy, d’ailleurs, étaient si puissamment armés que la plupart des pilotes kamikazes étaient abattus avant même d’avoir atteint leurs cibles. De même, presque tous les sous-mariniers kamikazes ont coulé avec leur sous-marin avant d’avoir pu tirer leurs torpilles. Enfin, il n’était pas facile de localiser, trouver et surtout d’atteindre un navire ou un porte-avions toujours en mouvement dans un immense océan. Ceci sans parler des conditions météorologiques et du rayon d’action limité de l’avion. Comment un «vent divin» est-il devenu une «opération militaire» puis «un attentat-suicide» ?
K. B.
bakoukader@yahoo.fr

Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2011/09/14/article.php?sid=122875&cid=16

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...