RSS

En attendant par El-Guellil

14 septembre 2011

Contributions

                       Si j’étais ana le raïs de ce bled, je me comporterais en dictateur. Attention, par dictateur, il ne faut pas penser tueur ou… Il n’y aura ni asile, ni geôle, ni rien de tout cela. La dictature à moi est plus douce, humaine. J’entretiendrais fi bladi un vivier d’illettrés en réduisant à minima le degré d’éducation scolaire (pour l’instant, il n’y a pas besoin de dictature, puisque les enseignants avec leur grève se chargent de cette mission. Les parents d’élèves les remercient pour leur persévérance).



Sous mon règne, il y aura de l’électricité à gogo, des prises partout. Il sera fait de sorte à ce que le poste téléviseur soit à la portée de toutes les bourses. Il sera même subventionné par ma houkouma, comme produit de première nécessité (pour mon règne, bien entendu). Hakda, ils la regarderont tous les jours, koul youm, dès leur plus jeune âge.

Dans cette télévision, je mettrais de faux dieux à adorer et un joli programme paissant au pied d’un arbre squelettique qui cacherait des forêts entières de connaissance. Afin qu’au bout d’un temps, l’ignorance et la bêtise deviennent les attributs majeurs de mon peuple moutonnier. A ces kabache, je leur donnerais aussi un téléphone portable gratuitement, pour qu’ils ne se sentent pas seuls et se rassurent les uns les autres en parlant avec les quelques kalimette apprises à l’école buissonnière des stars qu’ils auraient vues briller à la télévision. Ils auront toutes la liberté de se livrer aux songes en plein jour sous l’influence du film, la pub, la météo, le tirage du Loto, les documentaires animaliers, les émissions de divertissement, sans parler du sport, du sport et des sportifs, leur vie, leur fortune… l’identification obligatoire à eux, les dieux du stade, les archétypes d’un esprit sain dans un corps sain.

Avez-vous déjà fait attention au nombre impressionnant d’antennes paraboliques qui trônent sur la tête de notre pays, comme des oreilles tout ouïe, oui, oui, des oreilles bonnes à tirer? En attendant la télévision privée…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...