RSS

Le temps où les jeunes filles rêvaient de l’instit Souffles… Par : Amine Zaoui

8 septembre 2011

Contributions

Le temps où les jeunes filles rêvaient de l’instit Souffles… Par : Amine Zaoui dans Contributions logo_imp
Edition du Jeudi 08 Septembre 2011

Culture

En hommage à Fouroulou et à son maître Mouloud Feraoun

Nous tous, sans exception aucune, nous avions  rêvé, un jour parmi d’autres, de devenir “maître” (mouâllim) du village ou du quartier ! D’où vient-elle cette force de ce rêve magique, excessivement cher aux yeux des enfants et des parents ? Un rêve, qui jadis,  a hanté toutes les âmes et toutes les têtes ? Sur la place publique, tout le monde rêvait d’avoir un “mouâllim” parmi les siens. Honneur de la tribu !
Les filles, toutes les filles de tous les villages sans exception, ont rêvé, un jour, de se marier avec un “mouâllim” (un instit) ! Le mouâllim fut l’idéal et prince charmant : il portait une cravate, une belle chemise blanche propre et bien repassée, un costume noir  (sans la griffe) ! et il chaussait une paire de souliers toujours hautement cirée ! Il disposait de tout ce qu’il fallait pour séduire et charmer les jeunes filles : la beauté (tous les instits étaient beaux !) de la “classe” ils en avaient ! et de l’argent aussi (un petit salaire mensuel !).
Les vieux, tous les vieux de tous les villages sans exception, ont rêvé d’avoir la force magique du “mouâllim”. L’attraction ! Cet alchimiste était en possession de tout ce qu’il fallait  pour influencer ou pour ensorceler les gens du village : il possédait la science (el-ilm) et les armes du “savoir” : les stylos Bic de couleur bleue et rouge, et un autre stylo plume, qui le remplissait d’un encrier en verre à l’aide d’une petite seringue. Merveille ! Le “mouâllim” fut la seule personne capable d’écrire et de lire les lettres envoyées ou parvenues des parents immigrants ou d’administrations compliquées, dédaléennes.
Je pense à tout ce monde, jadis enchanté par la présence de “l’instit” (le mouâllim), en ces jours où huit millions d’enfants algériens font leur rentrée scolaire.
Jadis la rentrée scolaire avait sa régence mystique sur le village. Le jour de la rentrée scolaire fut un jour plus important que El-Aïd Es-Seghir ou El-Kebir ! Certes, enfants, la rentrée scolaire de crainte ou de peur nous donnait un pincement au cœur ! Une sensation inexplicable ! La rentrée scolaire, pour nous, c’était d’abord les quelques vêtements neufs : un pantalon, un tricot et une paire d’espadrilles. Mais la rentrée scolaire c’était surtout et avant tout la présence de ce cartable, des cahiers et des livres scolaires dont la plupart étaient déjà utilisés l’année antérieure par le grand frère, le cousin paternel ou maternel. Ce qui était impressionnant ce sont les protège-cahiers avec leurs différentes couleurs! Le rouge me faisait peur, m’excitait. C’était la couleur habituelle du protège pour le cahier de compositions ou les contrôles. Jusqu’à maintenant cette couleur me donne une pulsation dans le sang ! La rentrée scolaire, c’était aussi l’attente d’un nouveau instit, l’arrivée des nouveaux copains de classe, la nouvelle salle récemment peinte en blanc, les murs sur lesquels étaient collées quelques images : des animaux, des tableaux de calcul et quelques proverbes sur la propreté ou sur le respect du temps. Tout ce monde de la rentrée scolaire me déboussolait. Me déroutait !
Aujourd’hui, en ce temps de rouerie “zamane el haff” ! personne ne rêve de devenir “mouâllim”. L’image de “l’instit” est un cauchemar. Il est l’oublié du village, le marginalisé de l’histoire, le désocialisé de la société. La misère sur des jambes !
L’imaginaire contemporain individuel et collectif a forgé une autre image de l’instit. Le “mouâllim” ne rayonne plus. Il est le naïf “atnahh” dans un pays de renards et de loups ! Il est l’image d’un “rien” dans une société qui a perdu son capital de valeurs ! Et tout ce qui tourne autour du personnage du “mouâllim” n’est qu’illusions : l’école, le rêve, le respect et la rentrée scolaire ! L’instit ne symbolise plus le rêve des jeunes filles ni la référence dans le village ni le respect. Il n’est qu’un rien sur rien dans un mode affolé par l’argent, la tricherie et la magouille ! Et les couleurs des protège-cahiers comme les images sur les manuels scolaires n’ont plus  de fascination des écoliers !

A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...