RSS

04.Un homme inutile (4e partie)

28 août 2011

Histoire

Histoires vraies

Résumé de la 3e partie :L’information selon laquelle l’Allemagne veut attaquer la Russie a provoqué une campagne contre le journaliste Labalski…

Pour la première fois, le journaliste regarde le petit cocu ridicule et ne le trouve plus du tout ridicule.
«Mais vous, vous ne tenez pas à elle ?
— Si. Mais je ne suis pas beau. Je suis pauvre, je suis juif, et je ne peux rien pour elle…
— J’ai compris, monsieur Holtorf. Je veillerai sur elle et je ferai attention à ma peau.»
Mais le journaliste, en qualité d’exilé autrichien, se trouve dans un cas bien particulier : lorsque au moment de l’Anschluss les Allemands ont envahi l’Autriche, il se trouvait déjà en Roumanie. Or, le rattachement de l’Autriche à l’Allemagne ayant été officiellement reconnu, tous les citoyens autrichiens sont devenus allemands.
Étant en Roumanie avec un passeport autrichien, pour valider son permis de séjour, le journaliste doit s’adresser à l’ambassade d’Allemagne. Là, non seulement il a la désagréable surprise d’être traité de mauvais Allemand par le Consul mais celui-ci fait savoir que non content de ne pas lui délivrer de passeport allemand il garde son passeport autrichien.
Pourtant, à l’expiration de son permis de séjour, les Roumains ne l’expulsent pas. Ils prolongent son visa de semaine en semaine jusqu’au début de janvier 1940 où, se présentant à la police pour obtenir une nouvelle prolongation, il doit constater que les nazis ont enfin gagné : il est expulsé.
À partir de cet instant, les événements vont se précipiter. Ayant décidé de se rendre en Angleterre où, malgré sa nationalité allemande, il espère être accepté grâce aux démarches du Daily Herald, il a une entrevue avec Paul Holtorf. La situation de celui-ci n’est guère meilleure puisqu’il est juif et que la Roumanie vient d’adopter des mesures racistes extrêmement cruelles.
«Vous emmenez Colette ? demande le petit cocu ridicule.
— Si vous l’acceptez, oui. Je pense qu’elle serait plus en sécurité en Angleterre.
— Et les enfants ?
— Eh bien, si vous voulez, j’emmène les enfants aussi.
— Bien, dit le petit homme. Je vous les confie.
— Pourquoi ne venez-vous pas avec nous ?
— Je suis un homme inutile, monsieur Labalski, et encombrant.
— Mais je suis sûr que Colette n’accepterait pas de vous abandonner ici !
— Vous croyez ? Et puis ils vont me bloquer à la frontière, monsieur Labalski.
— Il faut essayer, monsieur Holtorf.»
Quelques jours plus tard, les voici prêts à s’embarquer sur un navire grec dans le port roumain de Constanza. Le petit cocu ridicule, le grand journaliste aux yeux gris profonds, élégant et décontracté et l’adorable Colette dont les yeux verts brillent à l’ombre d’une toque de fourrure, avec les deux gamins et les valises. Soudain il y a un flottement, un frémissement dans la foule des passagers qui attendent sur le port. Des voix chuchotent :
«La Cigurenza… La Cigurenza…»
La Cigurenza, c’est la police secrète de Roumanie, l’outil de domination de la dictature du président Antonescu. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les deux hommes voient des menottes se refermer sur leurs poignets. A la petite femme aux yeux verts affolés, le journaliste a tout juste le temps de crier :
«Embarque, Colette! Embarque !
— Pars ! Pars !» hurle de son côté le petit cocu ridicule, tandis que les portières d’une voiture se referment sur les deux hommes pour les emmener Dieu sait où.
En route, le petit cocu ridicule tremblant de peur murmure au journaliste :
«Moi, je n’ai pas la force. Mais si vous pouvez vous sauver, faites-le. Ne vous occupez pas de moi.» (A suivre…)

Pierre Bellemare

http://www.infosoir.com/editarchive.php?lejour=27&lemois=8&annee=2011&id=131183

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...