RSS

30.Les blessures du passé… La nouvelle de Adila Katia

20 août 2011

1.Extraits

30.Les blessures du passé... La nouvelle de Adila Katia dans 1.Extraits logo_imp2821 dans 1.Extraits
Edition du Samedi 20 Août 2011

Des gens et des faits

Résumé : Habiba en veut à son mari de ne pas lui avoir parlé. Omar a beau lui répéter vouloir lui éviter d’autres souffrances. Elle refuse de l’écouter. Elle est décidée à partir. Omar passe la nuit  au salon. Il sort à l’aube. Alors qu’il se trouve à proximité de son garage, il se fait renverser par une voiture conduite par un jeune. Omar est abandonné, inconscient…

30eme partie

C’est un agent de sécurité qui rentrait de son travail de nuit qui le découvre. Omar n’a aucune blessure apparente mais il a beau lui tapoter la joue et lui parler, il ne revient pas à lui.
Il va chercher un ami, possédant un véhicule, pour l’emmener à l’hôpital. Là, les urgentistes s’occupent vite de lui. Les radios ne révèlent aucune fracture. Ils l’emmènent dans un clinique pour effectuer un scanner. Là, ils découvriront un œdème au niveau du cerveau.
L’agent de sécurité qu’on nommera Ali, n’a pas quitté l’hôpital. Il a attendu d’en savoir plus sur son état.
-Qu’est ce que vous allez lui faire maintenant ? Vous allez l’opérer ?
-Non. Nous allons attendre, avec un peu de chance, il se résorbera avec le traitement que nous allons lui administrer, Inch Allah  tout rentrera dans l’ordre !
-Mais est-ce que sa vie est en danger ?
-Je ne peux pas répondre à cette question, répond le médecin des urgences. Son état est grave mais il a des chances, de s’en sortir.
-Inch Allah qu’il s’en sortira !
Il va le voir une dernière fois à la réanimation. Il le regarde branché à ses appareils et prie encore pour qu’il revienne à lui. Il se dirige ensuite au bureau du chef de service, à qui ses effets ont été confiés.
- Je voudrais son adresse, je vais informer sa famille…
Le chef de service fouille dans le porte feuille et lui note son nom et son adresse.
Ali le remercie puis part voir la famille d’Omar. Il connaît le quartier. Il n’a aucune difficulté à trouver où il habite. Il doit frapper longtemps avant qu’une voix lui crie.
-Quoi que vous ayez, je ne suis pas intéressée !
-Madame, je ne suis pas vendeur, je suis venu vous parler de votre mari !
- Mon mari ? Qu’est ce que vous lui voulez ?
-Ouvrez ! Vous n’avez rien à craindre, je suis seulement venu vous dire qu’il…
Habiba retire le loquet puis ouvre un peu, pour voir l’inconnu.
-Oui, continuez…
-Votre mari est à l’hôpital, lâche-t-il d’un coup. Je suis tombé sur lui, en rentrant de mon travail…
-Que lui est il arrivé ?
-Je l’ignore, je l’avais trouvé inconscient, il est en réanimation.
La jeune femme ferme la porte en criant de douleur. Elle pleure. Elle se rappelle d’autres souvenirs. Il lui faut un moment pour se ressaisir.
Tremblante, elle va voir les enfants, dans leur chambre.
-Préparez vous à sortir, vous allez chez votre tante. J’ai une course, à faire.
-On peut t’accompagner ?
Habiba ignore dans quel état est son mari. Elle ne veut pas les traumatiser. Elle ne leur dit rien, tant qu’elle ne l’aura pas vu.
-Non, une autre fois, promet-elle. Allez, faites vite !
De son côté, elle va mettre un hidjab sur sa robe d’intérieur et un foulard. Une fois les enfants prêts, ils se rendent chez sa belle-sœur. Elle met Halima au courant. Les enfants resteront avec les siens. Ces derniers sont grands. Elles pouvaient partir tranquille. Elles se rendent à l’hôpital.
Habiba a le cœur serré en le voyant, sur le lit d’hôpital. Elle a l’impression qu’il dort. Mais ces appareils prouvent la gravité de son état. Elle manque s’évanouir en réalisant qu’il est entre la vie et la mort…

http://www.liberte-algerie.com/imp.php?id=161267

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...