RSS

Une enfance sans affection

18 août 2011

Histoire

Je ne pense pas être capable de pardonner à ma mère. Aujourd’hui, je souffre encore énormément de mon enfance sans affection. J’ai toujours vécu très difficilement la relation avec ma mère. J’ai caché mon malheur et mes envies suicidaires d’adolescente pendant longtemps.

J’ai commencé à voir une première psychologue à mes seize ans, et j’ai décidé de partir à l’étranger peu après, pour pouvoir « réfléchir sur moi avec un nouvel entourage ». Depuis, en sachant que ma mère a eu une enfance difficile elle aussi, je comprends son attitude froide envers moi, et j’essaie d’être agréable avec elle, et de renouer une relation mère-fille qui, selon moi, n’a jamais existé. J’ai même essayé de lui parler de mes problèmes de malêtre ou de couple qui sont liés à ce passé, et à ma peur de l’abandon. Plus récemment, mon père a eu un accident cérébral grave, et est devenu complètement dépendant physiquement. Il a perdu une énorme partie, presque toutes, de ses capacités mentales. Depuis, j’essaie donc de comprendre et d’être présente pour ma mère. J’habitais toujours à l’étranger, mais je faisais l’effort de l’appeler régulièrement, de rentrer au pays souvent. J’estimais qu’elle en avait besoin, et peut-être au fond de moi, je cherchais à créer une relation mère-fille. Je suis à présent de retour en Algérie, et me suis séparée récemment de mon ami. J’éprouve le besoin qu’elle me réconforte. Je lui ai parlé de mes problèmes passés et présents, et espérais une compréhension. Elle conserve exactement le même comportement qu’elle a toujours eu, dit me comprendre, mais se comporte toujours aussi froidement. Surtout qu’elle favorise mes frères par rapport à moi, et n’imagine pas qu’elle pourrait être une aide pour moi. Bien que je lui ai expliqué que j’avais une peur bleue de l’abandon, et en plus après lui avoir demandé directement de l’aide, elle reproduit le même schéma. Après cette récente discussion avec elle, et son nouvel « abandon », je ressens à nouveau la colère que j’ai éprouvée pendant longtemps. Je pense n’être jamais capable de lui pardonner pour cette enfance dont je souffre encore. Je conserve pourtant cet idéal de la relation mère-fille, et voudrais la rendre possible. Mais je commence à croire qu’il faudrait me faire une raison, et renoncer complètement à trouver un support affectif chez ma maman. Kamilia

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...