RSS

Momo La verve algéroise

11 août 2011

LITTERATURE

Momo
La verve algéroise
Yacine Idjer
Info Soir : 13 – 12 – 2006


Evocation n Momo était un personnage populaire et aimé de tous.
Paru aux éditions Alpha, Momo, la magie des mots, réalisé par Amar Belkhodja, se veut un livre-évocation racontant – en textes et en poèmes de Himoud Brahimi – ce personnage exceptionnel, voire singulier qu’était Momo, très connu pour son attachement à La Casbah. C’était un personnage populaire et aimé de tous.


Ancré dans une algérianité typiquement algéroise, Momo, de son vrai nom Himoud Brahimi, avait passé toute sa vie à chanter avec verve et affection La Casbah, ses enfants, son art, sa culture, son histoire, ses rites, ses us et traditions.
«Momo est peut-être celui qui a le mieux chanté la prestigieuse Casbah d’Alger, célèbre pour sa blancheur, ses hommes, ses musiciens, son combat, son histoire, sa patience, ses yaouled, son téméraire Ali la Pointe et la grande chahida de Novembre Hassiba Ben Bouali», est-il relevé dans le livre. Et de poursuivre : «Momo, c’est le verbe abondant, ce sont des yeux pétillants d’intelligence et de bonté, c’est la barbe du philosophe en quête de savoir pour traquer les énigmes, ce sont des tirades et une diction enviables et puis, et surtout, ce sont ses éclats de rire si naturels, si spontanés, si sincères, si inattendus.»
Effectivement, Momo, qui a tenu un rôle mémorable dans le film Tahia ya Didou de Mohamed Zinet, qui est un grand classique du cinéma algérien, prend l’allure d’un philosophe, voire d’un sage, et tient un langage éloquent, profond et fort sémantique. C’est un verbe juste et d’une sensibilité saisissante. Outre son verbe, il y a son rire, un rire original ; quand il rit, ses yeux rient, tout son visage rayonne. C’est une vie, une existence en soi.
Momo est également connu pour son talent de comédien, d’acteur, de poète et de nouvelliste ainsi que pour ses émissions radiophoniques. Il se trouve que son œuvre, son héritage littéraire reste, hélas, très mal connu ; c’est pour cette raison, et donc par devoir de mémoire, que Amar Belkhodja a recueilli dans ce livre, la trace écrite d’un personnage dont le nom résonne encore comme un écho dans nos mémoires. C’est pour nous le faire mieux connaître et célébrer «la mémoire d’un homme nanti d’une vaste culture», que de dire son verbe et sa sagesse.
Momo nous a quittés le 31 mai 1997, à l’âge de 79 ans. Il est parti dans le silence et, comme tous les grands artistes algériens, dans l’anonymat. «Le pays était si troublé qu’il ne s’apercevra même pas de la disparition d’un homme si original et si vertueux et dont nous n’aurons certainement pas défloré tous les secrets», a écrit Amar Belkhodja.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...