RSS

«DE L’EMIR ABDELKADER À L’IMAM CHAMYL» PAR BOUALEM BESSAÏH

11 août 2011

Contributions

LE TEMPS DE LIRE
«DE L’EMIR ABDELKADER À L’IMAM CHAMYL» PAR BOUALEM BESSAÏH

Deux hommes, deux grandes destinées

Par

Abdelkader, en Algérie, en 1832, Chamyl, dans le Caucase, en 1834, luttent contre l’envahisseur étranger.

Boulalem Bessaïh nous raconte une histoire étrange mais fort intéressante et fort belle, car elle nous instruit et nous fait réfléchir sur l´oeuvre du hasard. Ah ! comme le hasard construit bien, en effet, le destin des hommes, et particulièrement celui de ces deux génies patriotes: Abdelkader, l´Algérien et Chamyl, le Caucasien! Pour comprendre les tenants et les aboutissants de cette «structure» stochastique, il faut lire l´ouvrage De l´Emir Abdelkader à l´Imam Chamyl (*) que nous propose Boualem Bessaïh.
Notre auteur est évidemment bien connu par tous les publics. Rappelons brièvement qu´il est né en 1930 à El-Bayadh (Algérie). Ancien officier de l´ALN, pour sa compétence et sa formation bilingue (Arabe-Français), il a été chargé de nombreuses missions importantes pendant la Révolution.
A l´indépendance, il est plusieurs fois ambassadeur et ministre. Ancien professeur de Lettres et docteur ès Lettres et Sciences Humaines, il a écrit dans les domaines de la littérature (Etendard interdit, poèmes du poète Mohamed Belkheir) et de l´histoire (le scénario du film Bouamama, réalisé par B.Bakhti).

Un montage cinématographiqueDans le résent ouvrage, Bessaïh réussit une sorte de montage cinématographique, présentant deux destins parallèles, celui de la lutte de l´Emir Abdelkader contre l´envahisseur colonial français et celui de l´Imam Chamyl contre la domination russe.
D´une part, le chef de la résistance algérienne est face à Louis-Philippe, Roi des Français, et d´autre part, Chamyl, héros de la résistance des Tchétchènes et du Caucase. «Deux hommes, deux destinées, écrit Bessaïh dans son introduction. Tous deux partisans farouches de l´indépendance de leur pays, tous deux défenseurs inlassables de la dignité de l´homme, tous deux chefs de guerre et conducteurs de foules, tous deux Soufis nourris aux sources ascétiques de l´Islam, tous deux Hommes
d´Etat éclairés, redoutables négociateurs et brillants orateurs, et enfin dans le silence des nuits paisibles, poètes de talents. Tels sont, de prime abord, Abdelkader et Chamyl.
» On note que Abdelkader «venu des plaines de Mascara, est désigné malgré lui à 22 ans Emir»; Chamyl venu «de sa montagne du Daghestan islamisée depuis le 7e siècle (bien que son islamisation complète durât dix siècles) se vit proclamer, à 38 ans, 3e Imam de son pays. A ce titre, il détenait le pouvoir temporel et spirituel.» A lire la biographie de l´un et de l´autre, plusieurs comparaisons ne laissent pas indifférent l´esprit critique ou tout simplement curieux.

De l´Algérie au CaucaseLe fataliste y trouvera de quoi exercer sa philosophie métaphysique ou religieuse. Pourtant les faits sont là, éprouvés ; l´histoire debout, rectiligne comme une verticale : en Algérie existe telle chose, une autre semblable aussi dans le Caucase.
Abdelkader et Chamyl sont contemporains: l´un est né en 1808 dans la plaine de Ghriss, près de Mascara, et a été désigné Emir en 1832; l´autre est né vers 1796 en Circassie dans le Caucase et a été proclamé Imam en 1834. tous les deux sont issus de familles célèbres et respectables et ont étudié l´arabe, le Coran, la théologie, la littérature arabe, l´histoire, la philosophie et le soufisme. Et ils étaient tous les deux de grands cavaliers et maîtres dans le maniement des armes de chasse et de combat…
Bessaïh décrit avec conviction et beauté les longues chevauchées de ces deux héros de la résistance dans leurs pays respectifs, seuls ou en compagnie de leurs amis ou de leurs soldats. La biographie de chacun est assez suffisante pour nous éclairer sur leur naissance, leur éducation, leur formation, leur rôle et leur responsabilité dans la lutte contre l´ennemi. Cette comparaison peut aller jusqu´à la manière de chacun d´eux de célébrer la victoire ou de supporter la défaite, d´organiser le combat ou de soutenir le moral des combattants quand le destin est contraire.
Tous les deux ont fait subir des pertes énormes à l´armée d´occupation, tous les deux ont été d´habiles négociateurs face aux généraux et aux autorités politiques de la France coloniale et de la Russie tsariste. L´un et l´autre ont échangé des prisonniers avec la puissance qui était venue dans leur pays avec le dessein de s´y installer définitivement.
Les deux hommes ont eu le même itinéraire, ou presque. Ils ont eu tous les deux des offres analogues pour cesser le combat, la même issue: des départs forcés, contrôlés, et même des réceptions à Paris et à Saint-Pétersbourg, presque point par point identiques, suivies de déclarations officielles faisant l´éloge des «célèbres vaincus». Abdelkader et Chamyl, grâce à la durée et à l´importance de leur résistance dont l´écho est parvenu à chacun d´eux, ont fini par se connaître de loin.

Deux destinéesMais la comparaison de ces deux destinées ne tient pas qu´à cela. L´histoire, la grande histoire, Boualem Bessaïh la déroule méticuleusement sur plus de 300 pages en une présentation fouillée des différents événements qui ont fait l´héroïsme des peuples algérien et caucasien. L´épilogue, qui nous fait revivre la rencontre entre Abdelkader et Chamyl, émeut le lecteur qui a compris la symbolique éblouissante de la comparaison des «deux grandes destinées». Le hasard, construit par la volonté des deux héros, se poursuit, fascinant. Notre auteur insiste: «Il est certain que les deux hommes se rencontrèrent à Suez.» Et puis, ajoutant un dernier point commun à ces deux géants de l´histoire des luttes nationalistes sur la planète, il écrit: «Abdelkader et Chamyl moururent tous les deux à l´âge de soixante-quinze ans; comme si le destin, en décrétant une égale durée de vie, voulait souligner la similitude de leurs existences et l´analogie de leurs combats.»
L´histoire, la vraie, n´a pas manqué d´être juste, ni plus ni moins. Car, et c´est la conclusion de Boualem Bessaïh, «Abdelkader et Chamyl ont porté leurs peuples sur le piédestal de l´histoire, où leurs noms continuent de retentir comme ceux de personnages de légende, fabuleux et immortels».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...