RSS

11 août 2011

1.LECTURE

ALGÉRIENNE DE LOUISETTE IGHILAHRIZ

Le devoir de vérité

Par

Témoigner est, plus qu’une thérapie psychanalytique, une vertu de libération.

Le livre Algérienne que publie Louisette Ighilahriz, sous la plume délicate et sûre de la journaliste-politologue française Anne Nivat, expose une vérité comme sortie d´un puits. Pour la grande militante et moudjahida de la lutte de libération nationale, dire son engagement pour l´indépendance de son pays et exposer une longue réflexion sur les terribles sévices que lui ont fait subir les services spéciaux, sous le couvert de rechercher des renseignements «par tous les moyens» au cours de son arrestation suivie d´une longue détention, c´est bel et bien une purification mais «sans haine». Louisette Ighilahriz précise, en effet, «Je souhaite que les Français sachent qu´en Algérie, entre 1954 et 1962, il ne s´est jamais agi d´une opération de «maintien de l´ordre» ni d´une pacification. J´écris pour rappeler qu´il y a eu une guerre atroce en Algérie. Il n´a pas été facile pour nous d´accéder à l´indépendance. Notre liberté a été acquise au prix d´un million de morts, de sacrifices inouïs, d´une terrible entreprise de démolition psychologique de la personne humaine. Je le dis sans haine. Le souvenir est lourd à porter.
Docteur en sciences politiques et surtout jeune journaliste, Anne Nivat a trouvé là matière sensible – que certains en France tiennent pour «tabou» -à rapporter, à faire connaître au monde: un combat juste, une oeuvre humaine. Cette «turbulente» journaliste, née en 1969, est la fille de Georges Nivat, un des grands «passeurs» des lettres russes et un spécialiste fécond de l´Histoire de la Russie; il est actuellement membre du Conseil de tutelle de l´Université de Saint-Pétersbourg. Anne Nivat semble avoir hérité de son père (encore que lui, jeune homme, avait révoqué son sursis militaire et était parti pour l´Algérie où il sera blessé) le goût des grandes aventures où le reportage devient un regard porté sur le réel de tout ce qui est humain. C´est ainsi que, par exemple, elle a couvert la guerre de Tchétchénie, «a, dit-on, porté la burqa bleue en Afghanistan et une abaya noire en Iraq» et, professionnelle talentueuse, elle est lauréate du très convoité Prix Albert-Londres pour son livre Chienne de guerre (Fayard, 2000). L´année suivante, chez le même éditeur, elle publie Algérienne, en collaboration avec Louisette Ighilahriz; c´est un «livre-témoignage» qui a immédiatement relancé le débat sur la torture pendant la guerre d´Algérie.
À son tour, Casbah Éditions met entre les mains du lecteur algérien, ce récit passionnant, capable d´instruire la jeunesse algérienne par le document produit du vivant de son auteur. Par ce récit d´une militante qui a subi la torture, on découvre une destinée vécue, comme tant d´autres, dans le drame et la souffrance de tout un peuple face à un système colonial parvenu à son absolu paroxysme rappelant inlassablement comme affirmait Pierre Vidal-Naquet dans son définitif ouvrage Les crimes de l´armée française, Algérie 1954-1962, que «la conquête et la colonisation avaient établi une dissymétrie radicale entre Français et Algériens». Le récit de Louisette Ighilahriz est conçu comme il fallait, c´est-à-dire comme un film documentaire scientifique où une pédagogie spéciale de haute tenue n´est pas absente, c´est-à-dire aussi que l´auteur n´apparaît pas non plus comme un simple témoin, mais comme un catalyseur, un acteur vif qui a «la volonté de partager cette douleur profonde et grande» tracée en son corps, portée en son âme et conscience. Car, c´est par ainsi que l´on peut informer, instruire et éduquer. Algérienne, par sa naissance, par son éducation, par sa formation, forte de son amour pour son pays, Louisette Ighilahriz, estimant que «les jeunes générations ne savent pas», leur laisse son récit comme un testament.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...