RSS

Cheikh Sidi Ahmed ben Mustafa al Alawi, fondateur de la tariqa alawyya

8 août 2011

Religion

Cheikh Sidi Ahmed ben Mustafa al Alawi est le fondateur de la tariqa Al Alawyya en 1909 (d’où le nom de la tariqa). Originaire de Mostaganem, Cheikh Sidi Ahmed ben Mustafa al Alawi est un savetier né en 1869.

Doué de capacités particulières, que son initiateur et maître, le cheikh Sidi al Bouzidi, découvrit en lui et l’encouragea pour les développer et ce, en suivant son enseignement. Très pieux dès sa jeunesse, cheikh Sidi Ahmed ben Mustafa al Alawi appartint tout d’abord à l’ordre des Aïssawiya qu’il quittera. Il s’inscrira, ensuite aux Shadiliya-Darqawa. Très vite, le cheikh Sidi Ahmed ben Mustapha el Alawi montra des aptitudes des plus exceptionnelles dans la perception, la compréhension, ainsi que l’acquisition du Coran, au point où l’élève dépassa le maître. Ayant acquis un grand savoir, il fondit sa propre voie d’initiation et d’enseignement spirituels. Il a installé des zaouias dans toute l’Algérie ainsi qu’au Maroc, en Tunisie, en Palestine, en Syrie, au Yémen, en France (dès les années 20), en Angleterre et dans bien d’autres pays occidentaux, écrit de nombreux livres et il a correspondu avec toutes sortes de savants, intellectuels, d’hommes politiques et l’Emir Abdelkrim al-Khâttabi était l’un des ses disciples, indique-t-on. Pour voyager à travers l’Algérie, la Tunisie, la Tripolitaine, l’Égypte, la Syrie, reléve-t-on, le Cheikh exerça de petits métiers pour vivre. Il étudia dans ces difficiles conditions et, un peu plus tard, se mit au droit et à la littérature, compléta sa culture théologique à Damas, et retourna à Mostaganem, en 1909. Après un séjour d’un an à Constantinople, il reçut la silsila, transmission de la chaîne mystique des Shadiliya-Darqawa et tenta d’en diriger les foqara dans la région de Tlemcen et de Mostaganem, selon la règle et les méthodes anciennes. Cet essai lui parut insuffisant ; comme il est permis aux Shadiliya et aux Darqawa de créer des branches à peu près indépendantes, il fonda, non pas comme on le croit généralement un nouvel ordre, celui des Alawîyya, mais le rameau moderne des Shadiliya- Darqawa. Son succès ne fut point dû à des intrigues, mais à la réelle séduction personnelle, à la spiritualité qu’il apportait, à son dynamisme tranquille, qui contrastaient avec le médiévalisme un peu figé, les méthodes mécaniques et surannées des autres confréries. Il vécut aussi en bonne intelligence avec les chrétiens, entretenant d’amicales relations avec des prêtres et des religieux catholiques, au risque de s’attirer des inimités parmi les irréductibles. Anis M. T

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...