RSS

18.sur d’autres chemins à tes côtés… La nouvelle de Adila Katia

5 août 2011

1.Extraits

18.sur d’autres chemins à tes côtés… La nouvelle de Adila Katia  dans 1.Extraits logo_imp1508 dans 1.Extraits
Edition du Samedi 02 Janvier 2010

Des gens et des faits

sur d’autres chemins à tes côtés…

La nouvelle de Adila Katia

RÉSUMÉ : Mélissa voudrait continuer à travailler mais il refuse. Elle en est peinée mais elle accepte d’y renoncer. Il lui vire des devises. Elle obtient rapidement son visa. Ses parents ne s’attendaient pas à ce que ce soit aussi rapide…

18eme partie

-Tu feras attention à toi Mélissa ! Écoute : pour le mieux, vous vous mariez là-bas et à votre retour, une fête vous attendra.
- Je préfère me marier en ta présence maman ! Que tu puisses me conseiller, je n’ai personne là-bas !
- Ma bénédiction t’accompagne ma fille et l’œil protecteur de Dieu te suivra où tu iras ! Et puis, tu n’es pas une petite fille ! Tu as vingt-six ans, je pense que je peux compter sur toi ! Tu ne me décevras pas, j’espère ?
- Je ferai tout pour que tu sois fière de moi, lui promet Mélissa. Avec ton soutien, je pense que cela sera plus facile.
Melissa aurait voulu aller passer un week-end chez sa sœur Taouès mais Bilel la presse de le rejoindre.
À défaut de passer le week-end, elle va déjeuner avec elle, la veille de son départ sur Paris. Elles ont l’occasion de discuter de la nouvelle vie qui l’attend.
- Il te faudra être très patiente. Bilel est quelqu’un qui s’emporte très vite et quand quelqu’un le blesse, il ne pardonne pas. Tu as eu l’exemple quand  il  a  parlé  de toi, à ses parents ! Sûrement que ses parents ont changé de sentiments mais il refusera de revenir à eux !
- J’ai un peu peur, j’y ai aussi pensé, lui confie Mélissa. Imagine qu’un problème se pose, il n’hésitera pas à me répudier ! Il est d’un tempérament jaloux.
Taouès la rassure, même son mari Fouad est jaloux. Cela ne pose pas un problème tant qu’il la laisse libre de sortir et de fréquenter ses amies. Il est sûr qu’il la cloîtrera dès qu’il sentira que quelque chose ne tourne pas rond, qu’elle commence à lui échapper.
- Bilel ne m’a même pas laissée travailler.
- Pourquoi  travailler  quand tu as tout ? Quand tu te prépares à ton mariage ? Et puis, ajoute Taouès, il doit avoir peur que tu ne tombes, en son absence, sur quelqu’un de mieux que lui !
- Malgré tout, j’ai un peu peur, insiste Mélissa. Je n’ai rien voulu dire à maman, cela aurait gâché la tranquillité dans laquelle elle baigne depuis quelque temps !
- Tu as bien fait. Elle partira le cœur léger en te sachant avec un compagnon pour le restant de tes jours.
- Promets-moi de me tenir au courant sur sa santé, lui demande Mélissa. Je sais qu’elle ne me dira jamais ce qu’il en est.
- Promis, s’il y a quelque chose, je te tiendrai au courant !
Mélissa est contrainte de partir. Son père est venu la chercher plus tôt que prévu. Elles ont du mal à se séparer.
- Si Fouad rentre assez tôt, je viendrais passer la nuit ! Sinon bon voyage et tous mes vœux de bonheur !
- Au cas où tu ne pourrais pas venir, j’appellerai à ton travail, lui dit Mélissa tout en l’étreignant une dernière fois. Prends soin de la famille !
- Promis !
Mélissa rentre à la maison. Son père Saïd a beaucoup de chagrin mais il s’efforce de le cacher dans une bonne humeur forcée. À la maison, sa mère  a préparé un couscous, comme celui des fêtes, avec de la viande de mouton et aussi une sauce rouge, riche en légumes.
Ils attendront un peu avant de passer à table, souhaitant que Taouès et son mari les rejoignent. Mais une fois l’heure du couvre-feu dépassée, ils dînent, sachant qu’ils n’oseront pas s’aventurer dehors. C’était trop risqué.
Durant toute la nuit, ils ne dorment pas. Mounira se confie à elle, comme si elles n’auraient plus l’occasion de se revoir.
Le petit matin arrive très vite à leur goût. Mélissa se prépare rapidement. Elle prend quelques affaires dans un petit sac de voyage. Son père et sa mère se  sont aussi apprêtés de leur côté. Aussitôt le café avalé, ils se rendent à l’aéroport. Mélissa part par le premier vol. Destination bonheur, souhaitent ses parents. Mais pour savoir, il faudra attendre les premières nouvelles et le retour de Mélissa. Ce, si  elle revient…

http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=127905&titre=sur%20d%E2%80%99autres%20chemins%20%20%C3%A0%20tes%20c%C3%B4t%C3%A9s%E2%80%A6&

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...