RSS

108.Hommes et femmes au destin prodigieux (108e partie) Par K. Noubi

28 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Cela s’est passe un jour/ Aventures, drames et passions celebres
Hommes et femmes au destin prodigieux (108e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 107e partie : Frida est grièvement blessée dans un accident, peut-être même qu’elle ne pourra plus marcher, mais elle manifeste une extraordinaire volonté de vivre.

On attend que les douleurs s’atténuent pour lui placer un corset : elle devra rester pendant neuf mois au moins, allongée sur un lit. C’est la catastrophe, car la jeune fille, est habituée à bouger et à sortir.
— Je veux rentrer chez moi, dit-elle.
On lui explique qu’elle ne peut pas.
— Vos soins ne sont pas achevés !
— Je m’ennuie à mourir !
Mais elle doit rester à l’hôpital un certain temps. Ses parents lui rendent visite tout le temps. Alejandro, toujours épris d’elle, vient également la voir, ainsi que ses camarades de l’université. On lui tient compagnie, on lui apporte des livres, des journaux, on la comble de cadeaux.
— Combien de temps vais-je rester encore ainsi ? demande-t-elle
— Le temps qu’il faudra, dit Alejandro
Elle le regarde, les larmes aux yeux.
— Tu crois que je marcherai de nouveau ?
— Oui, dit le jeune homme.
Mais elle s’ennuie à l’hôpital. Elle demande de nouveau à rentrer chez elle, et comme son état s’est amélioré on l’y autorise, cette fois-ci.
Elle retourne donc à Coyoacan, dans la maison familiale où ses parents et ses sœurs vont s’occuper d’elle.
Les amis se font rares, puis ne viennent plus. Seul Alejandro lui rend visite. Mais à chaque fois qu’il vient, la jeune fille pleure. Il lui rappelle tellement de souvenirs…
Pour lui éviter des chocs répétés, sa famille décide de ne plus autoriser personne à la voir.
Un matin, Alejandro arrive, avec un bouquet de fleurs.
— Frida n’est pas là, lui dit-on
— Où est-elle partie ? demande le jeune homme, étonné.
— Chez des parents, loin d’ici. Elle a besoin de calme et de repos.
— Donnez-moi l’adresse, je lui rendrai visite.
— Ce n’est pas la peine, elle ne veut voir personne !
Le jeune homme, dépité, s’en va. Frida est étonnée de ne plus le voir.
— Il est pris par ses études, disent ses sœurs, il n’a pas le temps de s’occuper de toi !
Elle ne veut pas les croire. Elle lui écrit des lettres, mais le jeune homme, rancunier, n’y répond pas. Il pense qu’elle l’a éconduit.
Frida plonge dans le désespoir. Elle se réveille la nuit, en sursaut, assaillie par des cauchemars et se met à crier. Ses douleurs la reprennent et ne lui donnent pas de répit. Elle refuse de retourner à l’hôpital.
«Plutôt mourir !», dit-elle
Les jours passent, ponctués par des crises, mais elle tient bon, émergeant à chaque fois du désespoir, animée par une formidable envie de vivre. (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...