RSS

107.Hommes et femmes au destin prodigieux K. Noubi

28 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Hommes et femmes au destin prodigieux
K. Noubi

107.Hommes et femmes au destin prodigieux K. Noubi dans 1.Extraits azch63
Résumé de la 106e partie : Le 17 septembre 1925, Frida qui a pris le bus, en compagnie de son ami, est victime d’un accident : elle est grièvement blessée.


Quand elle ouvre les yeux, elle aperçoit son père et sa mère à son chevet.
— Maman, papa, souffle-t-elle
Aussitôt elle pousse un cri de douleur.
— Ne bouge pas !
— J’ai mal, dit-elle, en réprimant un sanglot.
Son père lui caresse les cheveux.
— Je sais, dit son père, on peut dire que tu as échappé à la mort.
Elle se rappelle le bus, Alejandro avec qui elle bavardait joyeusement, puis le choc et le grand noir qui a suivi.
— Alejandro, gémit-elle
— Ne t’inquiète pas, dit son père, il va bien.
— Juste une petite blessure à la main, dit sa mère. C’est lui qui t’a tirée du bus et enlevé le morceau de fer fiché dans ton dos…
— J’ai mal, gémit-elle de nouveau.
L’infirmière arrive, avec une seringue.
— Je vais lui faire une piqûre, dit-elle, elle dormira.
Guillermo et Mathilde doivent sortir. Si, comme ils le disent, la jeune fille a échappé à la mort, elle n’est pas encore sortie d’affaire. On peut même dire que sa situation est très critique, la barre de fer l’ayant transpercée de l’abdomen au vagin. Elle n’est pas paralysée mais ses jambes et son dos portent des séquelles, et on ignore encore si elle pourra marcher un jour, voire se tenir debout. En attendant, elle souffre beaucoup et on doit lui injecter des doses massives de sédatifs.
Elle émerge du brouillard des tranquillisants et aperçoit son ami.
— Alejandro, c’est toi ?
— Oui, dit le jeune homme, très ému
— Tu n’as rien eu ? demande-t-elle
— Non, il faut penser à toi…
Elle s’efforce de sourire.
— ça va… J’ai encore mal, mais les médecins disent que je reprendrai…
Alejandro sourit.
— Je sais, je te fais confiance.
Elle lui prend la main.
— Nous sommes toujours fiancés ? demande-t-elle.
Il sourit.
— Bien sûr
— Je t’aime, dit-elle encore avant de sombrer dans le sommeil.
Alejandro va voir les médecins qui soignent la jeune femme. Quelles sont ses chances de récupérations, demande-t-il, très inquiet. Personne ne peut lui répondre. Tout ce que l’on sait, c’est que la jeune fille a une volonté extraordinaire de vivre…
A suivre
K. Noubi

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...