RSS

86.Si l’Algérie m’était contée (86e partie) Par K. Noubi

26 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (86e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 85e partie : Mimoun s’est-il laissé abusé par le vieillard qui s’est présenté comme un djinn et lui a promis, pour le remercier de sa générosité, la fortune ?

Il arrive à la palmeraie et va vers son unique palmier. Il est surpris d’y découvrir, à son pied un gros trou. Le vieillard avait-il raison ? car, ce trou, il n’existait pas auparavant !
Mimoun regarde autour de lui : comme il n’y a personne dans les environs, il se glisse dans le trou. Il rampe un peu, puis le trou s’élargit et débouche sur une sorte de couloir. Mimoun peut se redresser. Le couloir débouche sur une pièce qui semble très illuminée.
«C’est la chambre dont a parlé le vieillard !», se dit Mimoun, avec émotion.
Il avance prudemment et entre dans la pièce. La lumière, qui éclaire la chambre, provient d’un coffre ouvert. Il s’approche. Le coffre est plein de pièces d’or.
«Oh !» s’exclame Mimoun.
Il est si frappé qu’il reste un long moment sans bouger. C’est alors qu’il se rappelle les propos du vieillard :
«Tu prendras une poignée de pièces d’or, en récompense de la poignée de dattes que tu m’as donnée !»
Il enlève son turban, puis avance les deux mains et les plonge dans le coffre. Il place l’or dans son turban et s’apprête à ressortir. Il se retourne vers le coffre : c’est à peine si ce qu’il vient de retirer l’a entamé !
«Et si je prenais une autre poignée ?»
Il peut même en prendre deux, trois, plus… Il y a suffisamment d’or dans cette pièce, ce serait dommage de le laisser là…
«Je vais en prendre !»
Il avance la main mais il la retire aussitôt.
«Non, le djinn a dit une poignée, c’est ma récompense !»
Il retourne sur ses pas… Il ne se laissera pas tenter… Il refait le chemin inverse, parvient jusqu’au couloir, puis jusqu’au trou et sort à l’air libre. Il palpe le turban dont il a fait un baluchon : il sent les pièces, à l’intérieur.
«Je suis riche !»
Il rentre chez lui. Sa femme s’irrite, en le voyant arriver.
— Tu reviens déjà ?
Elle aperçoit le baluchon.
— Que ramènes-tu, là ?
— Je ramène ma récompense !
Il défait le nœud du baluchon et les pièces d’or scintillent.
— Oh ! s’exclame la femme.
Mimoun triomphe.
— Femme de peu de foi, crois-tu maintenant à ce que je t’ai raconté ?
La femme palpe les pièces d’or.
— Nous sommes riches !
— Oui, dit Mimoun, Dieu récompense toujours les bienfaiteurs ! Il ne faut pas oublier les pauvres et les nécessiteux, il faut toujours se montrer généreux.
La femme, elle, répète.
— Nous sommes riches ! (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...