RSS

Laka el khat par El-Guellil

23 juillet 2011

Contributions

Laka el khat

par El-Guellil

La décision a été concrétisée, chaque région, chaque ville, chaque village a sa radio locale. Ça permet de résorber le chômage. Très bonne initiative que de donner la parole à des régions qui subissaient le diktat de la seule chaîne «Une-deux, Une-deux nationale». Les papes offrent des soupapes.        C’est le boum. Des petites radios locales, à travers leurs animateurs ont damé le pion à d’autres plus nanties. On retrouve sur les ondes des différentes stations, les mêmes grilles à quelques différences près.
Mais chaque radio a une émission où est convié un expert de la parole. C’est drôle le nombre d’experts qui ont la parole. On les dirait faits pour ça, les khoubara. Ils s’expriment, ils ne bafouillent pas, tout est écrit. Et c’est l’animateur qui remet les horloges à leurre: «les citoyens ont leur mot à dire». Un numéro de téléphone est mis à leur disposition et… «Allô… laka el-khatte, ya oukhti». Souvent ça tombe à l’eau, la ligne est ce qu’elle est. La ligne éditoriale bien sûr.



J’adore. J’aime cette phrase. «Les citoyens ont leur mot à dire». Ça veut tout dire.

Ça veut dire d’abord qu’ils ne disent rien. Si l’on insiste tant sur ce mot à dire, c’est bien qu’ils ne le disent pas assez, les pauvres gens. Leur rôle, pourtant c’est de dire leur mot. Et ce n’est pas en lui proposant un numéro de téléphone qu’il va le dire. Enfin, rarement. Il le dit en ne respectant pas les passages cloutés de la houkouma. En balançant ses ordures là où il veut, quand il veut.

Car il ne croit plus en rien. Il le dit son mot de proche en proche, autour d’une marmita «… tous des escrocs, tous des voleurs, tous yaklou, mais rabbi kayène…».

Et quand les radios invitent les experts, et que ceux-ci parlent bisme les citoyens, c’est le plus souvent pour avoir leurs propres mots à dire, à la place des citoyens qui, eux, et ça se sait, n’ont pas grand-chose à dire, car ils savent qu’ils ne sont jamais écoutés. Alors, ça boude les émissions style «laka el-khatte». Ça chuchote au début et ça chahute ensuite.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...