RSS

82.Si l’Algérie m’était contée (82e partie) Par K. Noubi

22 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (82e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 81e partie : Ce jour-là, sur le marché, un vieillard déguenillé va d’un marchand à un autre, la main tendue, mais il se fait chasser.

Le vieillard s’éloigne. Il fait quelques pas et tombe sur un autre vendeur de dattes. Il s’approche et tend la main.
- Au nom de Dieu, la charité…
Le vendeur, qui s’occupe d’un client, ne lui répond pas. Le vieillard insiste.
- Quelques dattes me rendront la vie !
Le marchand s’occupe toujours du client. Le vieillard se fait suppliant :
- Voilà deux jours que je n’ai pas mangé… Je vais tomber d’inanition ! Dieu vous récompensera pour votre générosité !
Le marchand, agacé, retourne vers lui.
- Va-t-en !
- Quelques dattes seulement !
Comme le premier, il serre son bâton.
- Si tu ne pars pas, je te brise les reins !
Le pauvre homme s’éloigne encore. Il va au bout du marché, se trouve un étal. Il s’agit de Mimoun que nous évoquions au début de ce récit.
Mimoun, lui aussi, vend des dattes. Mais sa marchandise est toute rabougrie et les clients ne s’approchent pas de lui. Il a beau crier, s’égosiller : «Venez acheter mes dattes, elles sont les moins chères du marché» Personne ne va vers lui !
Il a fini par s’asseoir, et serré dans son burnous, il garde le silence. S’il est écrit qu’il ne vendra rien ce jour-là, il ne vendra rien : il attendra la fin du marché pour remballer sa marchandise et rentrer chez lui. Tant pis, sa femme et ses enfants devront se contenter de ces dattes, il n’aura rien gagné qui lui aurait permis d’améliorer son quotidien…
C’est alors que le vieillard s’approche. Mimoun a entendu le bruit de la canne foulant le sol. Il lève les yeux.
«Un client», se dit-il
Il remarque que l’homme est vêtu de haillons : lui, au moins, il ne dédaignera pas les dattes rabougries. Il va sûrement en acheter. Cependant, le mendiant s’est arrêté et regarde à la fois les dattes et Mimoun.
- Approche, dit le marchand qui s’est levé. Approche !
Mais le vieillard, qui doit craindre de se faire éconduire, reste à sa place.
- Mes dattes sont les moins chères du marché !
- Elles ont l’air rabougries, mais elles sont bonnes à manger !
Il prend une poignée de dattes et les montre au vieillard.
- Regarde !
Le vieillard hoche la tête mais garde le silence.
- C’est vrai, dit Mimoun, mes dattes ne sont pas très belles mais elles sont aussi nourrissantes que les autres… Et surtout, elles sont très bon
marché !
Tous les discours de Mimoun ne décident pas le vieillard à avancer. Mimoun comprend alors que l’homme ne veut pas acheter ses dattes. Il jette la poignée sur l’étal et se rassit. Déçu, il ferme les yeux. (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...