RSS

Etablissements hospitaliers: La fonction peut-elle encore créer l’organe ? par Farouk Zahi

21 juillet 2011

Contributions

C’est du moins ce qui est constaté au vu de ces structures hospitalières appelées à tort ou à raison : Centres hospitalo-universitaires (CHU).



A part l’Etablissement hospitalier universitaire (EHU) d’Oran, aucune structure nouvelle n’est venue égayer la morosité infrastructurelle hospitalière dédiée à la cure, la formation et la recherche médicales.

Amené à nous rendre aux deux plus grands centres hospitaliers du pays par nécessité, en l’occurrence Frantz Fanon de Blida et Mustapha d’Alger, le constat est le même. Vieillottes bâtisses du début du siècle dernier, croissance tentaculaire et inadaptation aux exigences de modernité. Les murs lézardés qui font face au dispensaire « Léon Bernard » laissent voir un arbuste qui défie les lois de l’équilibre. Et ce n’est pas tant un état d’abandon de la part du gestionnaire, mais l’usure du matériau qui se désagrège au fil du temps. Si le CHU d’Alger a été réalisé d’un seul tenant, il n’en est pas de même pour celui de Blida qui connut plusieurs phases d’adaptation pour passer d’un hôpital exclusivement psychiatrique à un hôpital général. Le genre pavillonnaire en fait un établissement dispersé et peu fonctionnel. Les plateaux techniques d’imagerie médicale et de biologie se trouvent à « l’air libre » tout autant que le premier cité.

De vieux hôpitaux européens péchaient par les défauts architecturaux, mais la mise à niveau les a alignés sur les standards technologiques les plus récents. Le CHU Brugmann de Bruxelles, pavillonnaire à souhait, tout en gardant son aspect muséal extérieur, a su moderniser ses services d’hospitalisation. La jonction entre les différents services se fait par galeries souterraines et c’est ainsi qu’il vente ou qu’il pleuve, les hôtes sont à l’abri des aléas climatiques. Les nouveaux bâtiments de substitution poussent à côté des anciens, et ce ne sera aucunement de la génération spontanée, cette théorie de l’évolution qui semble recueillir l’adhésion de nos décideurs.

Lors de notre récente visite au service de Neurologie du Pr. Arezki au CHU de Blida, impeccable dans la tenue des espaces aussi bien de consultation que d’hospitalisation, les contraintes techniques sont, malheureusement, bien là. L’absence apparente d’ascenseur, en dépit de la relative raideur de l’escalier menant au service d’hospitalisation destiné aux dames, est incongrue dans le contexte de la spécialité où l’invalidité physique est quasi présente. L’utilisation de splits pour la climatisation ne fait que fragiliser les services par ces équipements individuels qui, en plus de l’excessive consommation d’énergie, rendent vulnérable et précaire le confort induit. Le service d’imagerie médicale, notamment la grande salle d’attente pourvue d’un seul split poussif, n’arrive pas à calmer les esprits surchauffés par l’attente et la canicule. L’unique accès principal oblige l’urgence couchée à s’exposer à la vue des patients qui attendent. Un jeune motocycliste victime d’un accident de la circulation à Damous (Tipaza) et orienté pour subir une scannographie du crâne n’a quitté l’ambulance qui l’aurait embarqué la veille, aux environs de 1 h du matin, que pour subir l’examen et être réembarqué pour on ne sait quelle destination. Ses deux accompagnateurs, excédés et abattus par le circuit emprunté depuis la veille, crient à qui veut les entendre qu’ils ne sont pas disposés à quitter les lieux sans s’être rassurés du sort qui sera fait de leur frère. Sans sombrer dans l’invective, l’aîné, apparemment, se dit près à accepter la mort de son frère au service de réanimation… mais surtout pas dans l’ambulance ! Indémontable argument.

Le parcours sous le soleil de plomb entre les différents services est des plus éprouvants pour les personnes vulnérabilisées par la maladie. Les bouquets d’eucalyptus et d’oliviers, dans un état d’abandon visible par les herbes sèches, auraient gagné à longer les allées de circulation pour les rendre plus ou moins ombragées. La visite à l’ancienne clinique des Orangers, plus connue sous la dénomination « Ferroudja » et consacrée à la chirurgie orthopédique et traumatologique, incite à la déprime. Installé depuis fort longtemps dans des locaux inappropriés, ce service lourd lutte vaillamment contre l’adversité. Abritée dans deux bâtiments séparés par un espace commun exigu, cette spécialité portée à bout de bras par d’héroïques universitaires couvre, en plus de la Mitidja, le Haut et le Bas Chélif et une partie du Littoral ouest algérois. Le pôle d’excellence que constituait, jadis, l’hôpital de Koléa et qui était le premier recours de la zone escarpée du Chenoua n’est plus que l’ombre de lui-même.

Cette attractivité est due au statut hospitalo-universitaire de la structure en dépit de son dénuement infrastructurel : ascenseurs obsolètes et liaisons découvertes. Le Pr. Kara, tel un capitaine de bateau dans la houle, délivre des orientations à l’un et à l’autre : « Tu me fais le genou d’hier… toi, occupe-toi du calcanéum, il ne doit plus attendre ! ». Près de son rustique bureau, d’anciens patients attendent qui une ordonnance, qui une recommandation vers un autre service. Il interpelle lui-même ses malades pour leur remettre le précieux pli.

Le Pr. Benachour, son confrère de longue date, lui vient en aide. La grève prolongée des médecins résidents a, apparemment, densifié la charge de travail et obligé les enseignants eux-mêmes à s’impliquer davantage. Il faut reconnaître aussi qu’en dehors de cette contingence, l’esprit battant du Dr Zoubir Kara, qui ne date pas d’hier, est sans aucun doute pour quelque chose. Il nous vient à l’esprit l’accident de la route dont il fut victime sur la route Koléa-Mazafran en 1990. De retour d’Irak au lendemain de la première guerre menée par les USA sur ce pays, Dr Kara aurait pu, comme ses autres confrères, prendre quelques jours de repos réparateur. C’est méconnaître ce praticien que de croire qu’il cède sous le chant des sirènes du farniente. A peine revenu et en plein Ramadhan, il « enfourche » sa ludique Coccinelle et fonce vers « Ferroudja » qui n’est, phonétiquement, pas loin de Felloudja de la lointaine Mésopotamie. Il s’en tire avec un membre inférieur brisé et mesure, à ce moment-là et selon son propre aveu, toute la détresse humaine que subissent les traumatisés.

Le nouveau service qui fait languir les usagers en général et les praticiens en particulier tarde à surgir du néant. Lancé en 2005, le projet est achevé, complément en construction, malheureuse l’opération d’équipement entamée, bien plus tard, semble battre de l’aile. Les dernières informations en notre possession font état des lenteurs bureaucratiques, d’abord dans la confection des cahiers des charges, ensuite dans le traitement du dossier par la commission nationale des marchés publics. Les opérateurs se plaignent du peu de cas fait aux dossiers soumis à cette instance. Les gestionnaires de projets, cadres supérieurs pour la plupart, font longuement le pied de grue dans l’enceinte du département ministériel en charge de la chose pour, parfois, s’entendre dire que le rapporteur attitré du projet fera défection par son absence. Cumulé aux précédents retards, l’ajournement ne peut être que préjudiciable au projet dont la nécessité vitale n’est point à justifier. Le nouveau service des Urgences médico-chirurgicales, ultra moderne avec ses blocs opératoires et ses 35 lits de réanimation, est dans la même veine que le précédent. Sauf que, cette fois-ci, le gestionnaire n’est autre que l’administration du CHU.

A ce propos, peut-on encore se complaire dans une situation où le chef d’établissement, dont on attend depuis un an déjà la nomination, ne soit pas encore désigné ? Au nombre de cinq (5), les établissements sans tête vivent la même situation intérimaire. Dans les plus sombres années de sous encadrement du système de santé, aucun des établissements sanitaires n’a connu une aussi longue vacuité dans le circuit décisionnel.

L’établissement public hospitalier(EPH) de Zeralda, ancienne annexe du CHU d’Alger Ouest (Beni-Messous), ancien secteur sanitaire, est cet établissement hybride qui, en plus d’une vocation de santé publique, est universitaire pour certains services médicaux. L’afflux que draine le service de gynéco-obstétrique du Pr. Ayyache est des plus intenses. Sa maternité a certainement rendu la commune de Zeralda l’une des communes les plus prolifiques démographiquement. L’activité développée et qui ne souffre d’aucune indolence dans la prise en charge des mères en couche est signalée par un grand écriteau qui annonce : « Urgences gynéco-obstétricales H / 24 ». Cette volonté d’assumer est à encourager et à magnifier même, quand beaucoup de prestataires de services se murent dans l’indifférence mortifère. Le tendon d’Achille de cet hôpital est sans aucun doute l’âge avancé du bâti en préfabriqué. Avoisinant les 40 ans, les structures en Placoplâtre partent en lambeaux. Le parquet, sous la pression des structures métalliques qui « bougent », se désagrège sur de grandes plages. Le faux plafond dissimulant les gaines techniques est béant par endroits, ce qui signe les fréquentes interventions sur les réseaux divers. La climatisation générale est, apparemment, muette depuis fort longtemps. Cette obsolescence précoce est du seul fait du défunt « Onep », organisme ad hoc qui a piloté le plan d’équipement en préfabriqué du début des années 80. En ce qui concerne Théniet El Haâd et justement Zeralda, le choix de l’opérateur étranger s’est porté sur « Dragados », modeste entreprise portugaise de l’époque. Que pouvait-on espérer de l’apport technologique d’un pays à peine émergent ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...