RSS

01.Les trois sœurs et Itrinoubé (1re partie)

15 juillet 2011

1.Contes

Au coin de la cheminée
Les trois sœurs et Itrinoubé (1re partie)

Il était une fois un homme et une femme qui avaient trois filles. La plus jeune, appelée Ifara, était aussi la plus jolie. Une nuit, Ifara fit un rêve et le lendemain elle le raconta à ses sœurs.


— J’ai rêvé, dit-elle, que je voyais le Fils du Soleil descendant sur la terre pour chercher une femme et, le croiriez-vous ? il me choisit pour être son épouse. Les deux autres sœurs furent vexées en entendant cela et elles se dirent : «Elle est certainement bien plus jolie que nous, et qui sait si un grand chef ne viendra pas pour l’épouser ? Il nous faut chercher un moyen de nous débarrasser d’elle. Mais voyons d’abord si tout le monde la trouvera la plus jolie.»
Elles appelèrent Ifara et lui dirent de s’habiller pour sortir avec elles. La première personne qu’elles rencontrèrent fut une vieille femme.
— Oh ! bonne mère, crièrent les deux sœurs, quelle est la plus jolie de nous trois ?
La vieille répondit : «Ramatoua n’est pas mal, Raïvou non plus, mais c’est Ifara qui est la plus belle.» Alors Ramatoua enleva à sa jeune sœur sa robe de dessus.
Elles rencontrèrent un vieillard et lui dirent :
— Oh ! bonhomme, quelle est la plus jolie de nous trois ?
Le vieillard fit la même réponse que la vieille femme, et Raïvou dépouilla Kara de sa robe de dessous.
Ensuite elles rencontrèrent Itrinoubé, un monstre moitié homme, moitié taureau, avec une longue queue pointue.
— Voici Itrinoubé, dirent les deux sœurs, et elles lui crièrent : «Itrinoubé, quelle est la plus jolie de nous trois ?»
Itrinoubé poussa un grognement et répondit : «Ça n’est pas difficile à dire, c’est Ifara.»
Les deux sœurs étaient pleines de rage, et elles se dirent : «Nous ne pouvons pas la tuer nous-même mais nous lui ferons cueillir les légumes d’Itrinoubé alors, il sera en colère, et il la mangera.»
Elles appelèrent Ifara et lui dirent :
— Jouons à qui ramassera les plus gros ignames.
— Où faut-il aller ? dit Ifara.
— Là-bas, dirent ses sœurs en lui montrant le champ d’Itrinoubé. Mais cueille seulement ceux qui viennent juste de pousser.
Quand Ifara rapporta ses ignames, elle vit qu’ils étaient beaucoup plus petits que ceux de ses sœurs. Elles se moquèrent d’elle et lui dirent : «Va vite en chercher d’autres.»
Quand Ifara fut de retour dans le champ d’ignames, elle vit arriver Itrinoubé galopant sur ses quatre pieds ; il la saisit en s’écriant : «A présent, je t’y prends ; c’est toi qui voles mes ignames ; je vais t’avaler.»
— Oh ! non, non, dit la pauvre Ifara pleurant, laissez-moi plutôt être votre femme, et je vous servirai bien.
— Viens, alors, dit Itrinoubé, et il l’emmena dans sa hutte, mais son idée était de l’engraisser pour la manger ensuite. (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...