RSS

DEtention prEventive, dEmocratie, libertE de la presse et rEconciliation

10 juillet 2011

Contributions

Le Carrefour D’algérie

DEtention prEventive, dEmocratie, libertE de la presse et rEconciliation  dans Contributions chemin_16 Dimanche 10 Juillet 2011

DEtention prEventive, dEmocratie, libertE de la presse et rEconciliation

Les vérités crues de Ksentini

Il a depuis toujours plaidé pour la réduction de la durée de la détention préventive : maître Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des Droits de l’Homme (CNCPPDH) a remis au président de la République son rapport annuel sur la situation des Droits de l’Homme en Algérie, dans lequel

il interpelle le chef de l’Etat sur la détention préventive et l’usage «abusif et systématique » qui en est fait. Adepte habituellement des discours peu offensifs, M. Ksentini ne lésine, néanmoins, sur le moindre propos quand il s’agit de critiquer la détention des journalistes et les détentions préventives en général. Dans un entretien à l’agence publique APS, Me Ksentini n’est pas allé par quatre chemins pour dire, sans réserve aucune, que la détention préventive est une «grande faiblesse de notre système judiciaire», car il en est fait «un usage abusif et systématique». Il est vrai que le ministère avance un taux de 11 % de personnes en détention par rapport à la totalité des détenus, mais pour Me Ksentini, ce taux est «beaucoup plus important» et représente «au moins le tiers» des prisonniers. La population carcérale dans les 133 centres de détention que compte le pays s’élève à environ 56.000 détenus. «Nous n’avons pas les mêmes critères sur la détention préventive», explique Farouk Ksentini qui relève que la loi considère en état de détention préventive toute personne qui n’est pas définitivement condamnée, alors que le ministère de la  Justice considère en état de détention préventive uniquement les personnes placées en détention préventive par le juge d’instruction. Le président de la CNCPPDH ira jusqu’à dire que «la justice ne peut se targuer d’être irréprochable avant qu’on se débarrasse de cet abus» qui est la détention préventive qui traîne toujours lamentablement comme un boulet au pied. Maître Ksentini n’a pas manqué de faire remarquer que la détention préventive «fait des dégâts dans les foyers et des familles entières se sont écroulées à cause d’elle». Dans son rapport remis au chef de l’Etat, il relève tout simplement qu’il s’agit d’une situation «dramatique» qui «nécessite absolument d’être revue».

 

Démocratie: les textes et la réalité

 

En outre, le président de la CNCPPDH a souligné avoir interpellé, dans dudit rapport, le président de la République sur d’autres sujets, notamment, la réconciliation nationale, la levée  de l’état d’urgence, la liberté de la presse, la liberté d’opinion et de culte. Le rapport aborde également la question les droits sociaux et insiste, selon son auteur, sur les élections que la commission voudrait «transparentes». Le rapport en question fait état aussi du «malaise social» dans le pays, de la souffrance de la jeunesse «marginalisée» et «désespérée» de trouver un logement ou du travail, et aborde le phénomène des «harraga». Sans détours ni faux-fuyants, Me Ksentini ajoute avoir insisté sur la nécessité d’approfondir la démocratie, car pour lui, «il ne suffit pas de proclamer la démocratie dans les textes mais il faut que la population la ressente dans la pratique quotidienne». A ce sujet, l’avocat juge «insuffisants» les efforts consentis pour une démocratie qui demande à être «améliorée et approfondie». Jamais le président de la   CNCPPDH n’a été aussi cru dans ses rapports annuels qu’il remet au premier magistrat du pays. Il ne se lasse pas à dire que le plus important en démocratie, ce sont des élections «totalement libres et transparentes, de manière à les rendre indiscutables aux yeux de l’opposition».

   «C’est à partir de là que les choses changeront vers plus de démocratie», estime l’avocat. Il ne s’arrête pas à ce stade de réquisitoire: «Cela me chagrine de voir que l’Etat diabolise l’opposition et que l’opposition diabolise l’Etat, alors que les deux parties devraient travailler pour l’amélioration de la pratique démocratique». Au volet de la réconciliation nationale, l’avocat pense qu’il y a des «dispositions complémentaires» à prendre, parce que pour lui il y a «des oubliés» de cette réconciliation, tels que «les internés du sud qui n’ont pas été indemnisés et qui devraient être réhabilités moralement», a-t-il dit. Me Ksentini plaide également pour la «liberté totale» de la presse, estimant que sa situation s’est «indiscutablement améliorée». Il considère «grotesque», «moyenâgeux» et «inadmissible» de mettre un journaliste en prison pour ses écrits. Me Ksentini s’est félicité que la libération du Moudjahid Mohamed Gharbi soit intervenue de manière légale, et dans le respect des lois.

Hakim Aichiou

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...