RSS

53.Si l’Algérie m’était contée (53e partie) Par K. Noubi

10 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (53e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 52e partie : Ali qui est parti à la tête d’une caravane chargée pour retrouver la fille aux cheveux d’or, sauve un voleur en payant son rachat.

Le voleur est perplexe.
— J’ai entendu parler de la fille aux cheveux d’or…
Le prince lui demande aussitôt :
— Voilà des mois que nous sommes partis à sa recherche, en vain ! Toi qui es de ce pays, peut-être sais-tu où elle se trouve ?
L’homme acquiesce.
— Oui…
Et il ajoute aussitôt :
— Je sais aussi qu’il est très difficile de l’atteindre !
— Je le sais !
— Qui veut l’épouser doit la retrouver dans la maison de son père, s’il n’y parvient pas, il est aussitôt arrêté et décapité !
— Je le sais ! répète le prince.
— Et tu veux courir ce risque ?
— Je mourrai si je ne réussis pas, mais je mourrai aussi si la fille aux cheveux d’or ne m’appartient pas !
Le voleur ne répond pas.
— Je t’ai posé une question : la ville où vit cette femme est-elle loin d’ici ?
— Non…
Le prince sourit.
— Alors, j’approche de mon but.
Le voleur réfléchit.
— Je vois que tu ne renonceras pas à ta folle entreprise !
— Oui, dit le prince.
Hsen intervient.
— Je suis avec lui !
Et il montre la troupe qui accompagne la caravane.
— En cas de danger, les soldats interviendront !
Le voleur secoue la tête.
— Le père de la jeune fille est un seigneur puissant…
— Que suggères-tu ? demande Ali.
— Ce n’est pas avec tes soldats, ta caravane et tes hommes que tu parviendras à la fille aux cheveux d’or. Renvoie-les sans tarder…
— Sans aide, je ne saurais parvenir à elle !
— Je t’aiderai… Dans ce genre d’affaire, seule la ruse peut marcher !
— Moi, je reste, dit Hsen.
— Reste, si tu veux, dit le voleur.
Le prince renvoie la caravane.
— Maintenant, nous allons voyager tous les trois incognito, dit le voleur. A présent, comptons sur Dieu et sur notre bonne étoile ! (A suivre …)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...