RSS

03.Comme un parfum de trahison (3e partie) Par K. Yerbi

10 juillet 2011

1.Extraits

Ainsi va la vie
Comme un parfum de trahison (3e partie)
Par K. Yerbi

Résumé de la 2e partie : Salim aime Nadjet et veut l’épouser. Après avoir hésité, elle accepte que sa mère vienne demander sa main.

Ils ont acheté un autre sachet de cacahuètes, puis Nadjet a demandé à aller au parc d’attractions, elle veut monter dans les autos tamponneuses. Salim aurait aimé rester sur la pelouse pour discuter, mais il ne pouvait lui refuser ce caprice.
Elle s’amuse comme une folle. Après les autos tamponneuses, c’est sur le grand huit qu’elle veut, puis… ce sont les manèges !
— Mais c’est pour les enfants, ça !
— Eh bien considère que je suis une enfant !
Le temps passe si vite qu’elle ne voit pas la journée passer. Quand elle regarde l’heure, elle pousse un cri.
— Mon Dieu, il est 17h, alors que j’ai promis à maman de rentrer tôt !
— Nous allons rentrer ! dit Salim, ne t’affole pas !
— Il faut attendre le bus… Imagine qu’il n’arrive pas ?
Il rit.
— Nous rentrerons à pied !
Elle s’affole.
— On va m’écorcher vive !
— Ne t’inquiète pas, nous prendrons un taxi !
Ils se précipitent vers la sortie. Pour gagner du temps, Salim s’engage dans un sentier broussailleux. Nadjet court presque.
— Vite, vite !
Brusquement deux jeunes surgissent, couteaux à la main et menacent Salim.
— Laisse-nous la fille, on te laissera partir !
Nadjet recule, effrayée. Salim, lui, se baisse avec une rapidité fulgurante, saisit une pierre et la lance sur l’un des agresseurs. Il l’atteint en pleine tête. Tandis qu’il s’écroule, son complice se jette sur lui.
— Je te ferai la peau !
Il veut le poignarder, Salim esquive le coup et reçoit le couteau sur l’épaule. Nadjet hurle, à la vue du sang.
L’assaillant se retourne vers elle.
— Je vais te saigner, à ton tour !
Mais Salim, qui a repris ses esprits, se jette sur lui. Il cherche de nouveau à l’atteindre de son arme mais Salim, avec l’énergie du désespoir, lui tord le poignet, et retourne l’arme contre son adversaire… qui se poignarde ainsi.
Il rejette le corps sans vie et se redresse.
— Allons-nous-en, dit-il à Nadjet, morte de peur.
— il est mort ?
— il n’a eu que ce qu’il méritait… Partons !
Mais des gens, attirés par le bruit de la bagarre, accourent, puis des policiers chargés de la sécurité du parc.
— Mon Dieu, pleure Nadjet, mon Dieu, qu’est-ce que je vais dire à mes parents ? (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...