RSS

56.Si l’Algérie m’était contée (56e partie) Par K. Noubi

9 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (56e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 55e partie : Le prince, son ami et le voleur qui les guide, parviennent enfin au pays de la fille aux cheveux d’or. Le voleur enferme le prince pour le mettre à l’abri.

— Libère-moi ! crie le prince.
— Je le ferai, dit le voleur, quand ton compagnon et moi aurons retrouvé la résidence de la fille aux cheveux d’or !
Le prince s’adresse à son fidèle ami.
— Toi, Hsen, tu vas me libérer !
— Moi non plus je ne veux pas que tu coures des risques !
— A trois, nous aurons plus de chance !
— Non, non, tu resteras dans le coffre.
Le prince fulmine.
— Vous me le payerez tous les deux !
Mais Hsen et le voleur quittent la maison.
— Maintenant, dit Hsen, il faut trouver la résidence de la fille !
— Nous allons nous séparer, ainsi nous aurons plus de chance.
— D’accord, nous nous retrouverons le soir, à la maison.
Le soir, ils se retrouvent.
— Alors ? demande Hsen.
— Je suis entré dans plusieurs quartiers, à chaque fois que j’évoquais la fille aux cheveux d’or, on me regardait bizarrement et personne n’a voulu me répondre.
— Moi aussi, je n’ai pas eu de succès !
Du fond du coffre où il se trouve, le prince crie.
— Moi, j’aurais eu plus de chance que vous !
Hsen sourit.
— Toi, tu es si impulsif qu’on aurait tout de suite deviné que tu viens chercher la fille aux cheveux d’or !
Le prince se met à crier.
— Libérez-moi !
— Quand nous aurons retrouvé la résidence de la fille !
— Cela va prendre du temps ! je risque de mourir de faim !
Le voleur soulève une petite trappe.
— Ne t’inquiète pas, j’ai tout prévu, tu recevras ta nourriture.
un peu plus tard, il s’entretient avec Hsen.
— Les gens ont peur, ils refusent de parler !
— Il faut chercher un moyen de les mettre en confiance !
Ils réfléchissent tous les deux.
— Je crois, dit le voleur, qu’il faudra payer le renseignement que nous voulons obtenir !
— Comment faire ?
— Te reste-il suffisamment d’or ?
— Oui, dit le jeune homme.
— Alors mets-moi dans une bourse dix-pièces d’or et laisse-moi agir.
— Je t’accompagne !
— Non, je dois agir seul. (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...