RSS

05. Insuffisant en allemand (5e partie et fin)

9 juillet 2011

1.Extraits

Histoires vraies
Insuffisant en allemand (5e partie et fin)

Résumé de la 4e partie : parce qu’il courtise la fille de son professeur, Rodler devient un intime de la famille et ce, pour exécuter son plan avec plus de facilité…

Il aperçoit enfin deux silhouettes, enlacées, dérivant sur une barque noire. Hélas ! quatre fois hélas… cette quatrième tentative ayant échoué, le si sympathique Michel Rodler va devoir attendre une année de plus pour accomplir son projet, et cette fois sera la bonne.
L’étudiant a maintenant vingt-deux ans, il a échoué quatre fois dans ses tentatives d’assassinat et décide dans la nuit du 5 au 6 mai 1969, de jouer le tout pour le tout dans la cinquième.
Vers vingt-trois heures, il souhaite bonne nuit à ses parents et se retire dans sa chambre pour la quitter trois minutes plus tard en passant par la fenêtre. C’est à pied, chaussé de baskets et rasant les murs, qu’il se rend au chemin de Rolm pour s’arrêter au numéro 80 devant l’appartement du professeur. Il sait que celui-ci est retenu au lycée. Il attend donc une heure, allongé dans l’herbe du petit square qui fait face au domicile de sa victime.
Vers minuit, les phares d’une voiture éclairent brusquement la rue. Michel Rodler sort son pistolet et se recroqueville, prêt à bondir.
Il ne s’agit pas d’une fausse alerte : c’est bien la Mercedes qui roule lentement et s’arrête devant le 80, après un virage, le capot face à la porte du garage. Michel sait que le professeur va devoir descendre pour actionner, avec sa clef, l’ouverture électrique. Il n’aura que quelques secondes pour agir.
La portière gauche de la Mercedes s’ouvre et l’assassin, d’un bond, traverse la rue. Pour que la vengeance soit parfaite, il faut que le professeur le reconnaisse. Lorsqu’il est près de lui, il appelle à voix basse :
«Professeur ! C’est moi, Michel Rodler, insuffisant en allemand…»
Au moment où Arnault Kurer se retourne stupéfait, l’assassin tire cinq fois et part en courant.
Dans les jours qui suivent, Michel Rodler savoure sa vengeance… Le professeur est mort à l’hôpital sans avoir repris connaissance. Sans mobile apparent ni le moindre indice, la police nage complètement. A-t-il commis le crime parfait ?
Après avoir interrogé des dizaines de témoins éventuels, la police est un jour alertée par un détail que fournit la femme du professeur :
«Un soir, dit-elle, alors que je devais entrer en clinique le lendemain matin, un homme, se prétendant notre voisin, a signalé à mon mari par téléphone que notre chalet venait d’être cambriolé. Ne pouvant me quitter, il a prévenu la police qui n’a rien découvert d’anormal dans le chalet. Quant à notre voisin, il affirme n’avoir jamais téléphoné. A l’époque, l’idée nous était passée par la tête que quelqu’un avait voulu entraîner mon mari hors de chez lui…
— Vous aviez pensé à un guet-apens ?
— Non, bien sûr.., mais maintenant que j’y repense, c’est possible.»
Ainsi, donc, il se pourrait qu’il y ait eu dans Göttingen un homme ayant essayé, il y a un an déjà, d’attenter à la vie du professeur. L’assassinat de celui-ci pourrait donc être l’aboutissement d’une longue et froide vengeance. Qui peut nourrir envers un professeur un tel sentiment sinon un élève ?
Michel Rodler commence à s’inquiéter lorsqu’il voit les promotions du lycée Goethe convoquées par la police, année après année. Finalement vient son tour. Il croit être définitivement tiré d’affaire lorsqu’il ressort libre du commissariat après un interrogatoire qui n’a duré que quelques minutes. Mais il croise le destin dans le hall : un petit jeune homme de son âge, avec de grosses lunettes, qui lui crie au passage :
«Salut, Michel ! Comment vas-tu ?»
Quelques instants plus tard, le petit jeune homme aux grosses lunettes fait un effort de mémoire :
«Oui, monsieur le Commissaire, je me souviens… C’était il y a cinq ans, nous regardions la liste des reçus au baccalauréat. Un de mes camarades, n’y voyant pas son nom, a murmuré : «Le salaud, je le tuerai.»
— Comment s’appelait-il ?»
Derrière ses grosses lunettes, le jeune homme hésite à peine et se décide :
«Il s’appelait Michel Rodler. Je viens justement de le croiser dans le hall !»

Pierre Bellemare

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...