RSS

63.Si l’Algérie m’était contée (63e partie) Par K. Noubi

8 juillet 2011

1.Extraits, K. Noubi

Une ville, une histoire
Si l’Algérie m’était contée (63e partie)
Par K. Noubi

Résumé de la 62e partie : Le prince sort enfin du coffre où le voleur l’a enfermé. Il veut voir la princesse aux cheveux d’or, mais le voleur l’incite à la prudence.

Le prince demande :
— Comment arriver jusqu’à elle ?
Le voleur lui explique :
— Nous allons suivre la démarche habituelle. Ton serviteur et moi te conduirons auprès du roi, tu te présenteras et tu lui demanderas la main de sa fille.
— Va-t-il accepter ? demande Hsen, avec angoisse.
— Comme il le fait habituellement, répond le voleur, il te donnera trois jours pour prouver que tu sais où elle réside et que tu l’as vue. Passé ce délai, il te mettra à mort et nous serions accusés d’être tes complices !
Hsen demande :
— Dès que nous ferons la demande, nous produirons les preuves que tu a ramenées ?
Mais le voleur refuse.
— Non, nous attendrons la fin du délai.
Il regarde le prince.
— Nous devons faire bonne figure !
Il va en ville. Il achète trois chevaux, avec leurs harnachements, et trois costumes de soie.
Il donne le plus beau au prince, il en revêt un et donne l’autre à Hsen. Ils s’habillent, puis descendent en ville. Ils sont tellement beaux, qu’on se retourne sur leur passage pour les admirer.
— Où allez-vous ? leur demande-t-on
— Nous voulons voir votre roi !
— Et que voulez-vous chez notre roi ?
— Je veux, dit le prince, demander la main de sa fille.
On s’écrie aussitôt.
— Vous ne savez pas le sort qui vous attend, si vous ne donnez pas la preuve que vous avez vu auparavant la princesse ?
— Nous verrons la princesse !
— Mais elle est dans une résidence inaccessible !
Le prince sourit.
— Je veux épouser cette fille !
Ils continuent donc leur chemin. Arrivés devant la porte du palais, on les arrête.
— On ne passe pas !
— Je suis le prince de tel pays, je viens demander la main de la fille de votre roi !
On le regarde avec hostilité
— Etranger, tu ne sais ce qu’il peut te coûter en venant demander la main de la fille de notre roi ?
— Je sais tout.
— Et tu veux quand même faire ta demande ?
— Oui ! conduisez-moi auprès du roi ! (A suivre…)

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...