RSS

06.Histoire de celui qui s’en alla apprendre la peur (6e partie)

8 juillet 2011

Non classé

Au coin de la cheminée
Histoire de celui qui s’en alla apprendre la peur (6e partie)

Résumé de la 5e partie : Même dans ce château où bien des choses étranges se passent, le jeune homme ne parvient pas à frissonner…

Dites, pourrais-je jouer aussi ?
— Oui, si tu as de l’argent.
— J’en ai bien assez, répondit-
il ; mais vos boules ne sont pas rondes.
Il prit les têtes de mort, s’installa à son tour et en fit de vraies boules.
— Comme ça elles rouleront mieux, dit-il. En avant ! on va rire !
Il joua et perdit un peu de son argent. Quand sonna une heure, tout avait disparu. Au matin, le roi vint aux renseignements.
— Que t’est-il arrivé cette fois
-ci ? demanda-t-il.
— J’ai joué aux quilles, répondit le garçon, et j’ai perdu quelques deniers.
— Tu n’as donc pas eu peur ?
— Euh ! non ! dit-il, je me suis amusé ! Si seulement je savais frissonner !
La troisième nuit, il s’assit à nouveau sur son tour et dit tristement :
— Si seulement je pouvais frissonner !
Quand il commença à se faire tard, six hommes immenses entrèrent dans la pièce portant un cercueil.
— Hi ! Hi ! Hi ! dit le garçon, voilà sûrement mon petit cousin qui est mort il y a quelques jours seulement.
Du doigt, il fit signe au cercueil et s’écria :
— Viens, petit cousin, viens !
Les hommes posèrent la bière sur le sol ; il s’en approcha et souleva le couvercle. Un mort y était allongé. Il lui toucha le visage. Il était froid comme de la glace.
— Attends, dit-il, je vais te réchauffer un peu. Il alla près du feu, s’y réchauffa la main et la posa sur la figure du mort. Mais celui-ci restait tout froid. Alors il le sortit du cercueil, s’assit près du feu et l’installa sur ses genoux en lui frictionnant les bras pour rétablir la circulation du sang.
Comme cela ne servait à rien, il songea tout à coup qu’il suffit d’être deux dans un lit pour avoir chaud. Il porta le cadavre sur le lit, le recouvrit et s’allongea à ses côtés. Au bout d’un certain temps, le mort se réchauffa et commença à bouger.
— Tu vois, petit cousin, dit le jeune homme, ne t’ai-je pas bien réchauffé ?
Mais le mort, alors, se leva et s’écria:
— Maintenant, je vais t’étrangler !
— Pourquoi ! dit le garçon, c’est comme ça que tu me remercies ? retourne au cercueil !
Il le ceintura, et le jeta dans la bière en refermant le couvercle. Les six hommes arrivèrent alors et l’emportèrent.
— Je ne réussis pas à frissonner, dit-il. Ce n’est décidément pas ici que je l’apprendrai.
À ce moment précis entra un homme plus grand que tous les autres et qui avait une mine effrayante. Il était vieux et portait une longue barbe blanche.
— Pauvre diable, lui dit-il, tu ne tarderas pas à savoir ce que c’est que de frissonner : tu vas mourir !
— Pas si vite ! répondit le garçon. Pour que je meure, il faudrait d’abord que vous me teniez. (A suivre…)

Contes merveilleux

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...